Accueil

5 mai 2021

VERDUN , J’OUBLERAI TON NOM ?

     SI LA BATAILLE DE VERDUN PEUT ETRE ENSEIGNÉE AU LYCÉE , ELLE N’EST PAS OBLIGATOIRE

par Philippe DAVID  le 25   03  2019

Le quotidien de  » l’Est Républicain  » a annoncé ce samedi la disparition de la bataille de VERDUN des programmes d’histoire du lycée. Devant l’indignation d’une partie de la classe politique , le ministre de l’Education Nationale a dû intervenir  .Si elle n’est pas explicitement au programme  , elle peut être enseignée , mais elle n’est pas obligatoire . 

Il y a bientôt trois ans j’avais pris la plume  dans le  » Causeur  »  pour  DENONCER LA MASCARADE DE LA COMMÉMORATION DE LA BATAILLE DE VERDUN  , quittait vu des dizaines de jeunes français et allemands  courir au milieu des tombes  leurs ancêtres dans une ambiance proche de la kermesse .L’article avait fait beaucoup réagir et je n’imaginais pas que trois ans plus tard  , il me faudrait reprendre la plume , non pas pour une nouvelle profanation de ce lieu de mémoire , mais pour la disparition  pure et simple des livres et des programmes d’histoire dans les lycées  de France , un peu comme les déviants déclarés  » ennemis du peuple  »  disparaissaient  les photos fans feu l’Union Soviétique .

VERDUN S »ILS LE VEULENT BIEN !

Cer , on l’a appris la bataille de Verdun ne sera plus obligatoire dans les livres d’histoire lycée à la rentrée 2019 pour y être remplacée par la bataille de la Somme en raison , accrochez vous bien , du caractère  » plus international , selon  » l » Est Républicain . » Devant le tollé ,le ministre de l’Education Nationale  Jean Michel Blanquer a tweeté dés dimanche : Verdun sera évidemment étudié en première  il était déjà enseigné en 3ème ( sic ) Tweet auquel  le Syndicat nation des lycées et collèges  (SNAKC ) a répondue la bataille de Verdun figurait bien  au programme de 3ème en 2008 , mais avait été déjà retirée en 2016 et pas rétablie  szpuis ,  , tandis qu’un professeur d’histoire – géographie  , Clem Bukowski  a tweeté que le nouveau de 1er dans lequel la bataille de Verdunn’apparaît pas  aux dépens de la bataille de la Somme . Son évocation au lycée  szeait en fait laissée  au bon vouloir des professeurs d’histoire.

Verdun que les soviétiques appelaient le  » Stalingrad français  » risque de disparaître de la mémoire collective qui se transmet de générations en générations , Verdun aves ses 160 000  morts et ses 203 000  blessés français  , ou sont passés  en rotation 7O % des poilus français ,  Verdun et sa  » Voie Sacrée  »  son Ossuaire de Douaumont  ,ses forts de Vaux ,  de Tavannes et de Souville , tous ses morts mythiques gravés dans l’inconscient d’un peuple  ….. Verdun ou la france seule tint dans ses mains le destin du monde libre alors que tous les alliés sz battaient sur la Somme ou notre armée a laissé 67 000 morts et 136 000 blessés  , car si Verdun était tombé , la Somme serait aussi tombée  et la guerre aurait été perdue « .

VERDUN , C’EAIT AUSSI KLEBER DUPUY ET SES POILUS DE LA 3é Cie su 72 R.I.  QUI EN DEFENDANT LE FORT DE SOUVILLE ET L’ARRACHANT AUX MAINS DE L’ENNEMEI QUI L’AVAIT ATTEINT JUSQU’A SON SOMMET ONT MIS FIN A LA BATAILLE DEFENSIVE DE VERDUN .

9 avril 2021

ATTAQUE CONTRE LE FORT DE SOUVILLE ,racontée par un POILU

Notre Amie , Marie-Hélène CABO , nous a fair parvenir copie d’un article  publié le 21 JUILLET 1916  , da,s le   » Petit courrier »  , Dépêches de la nuit  : « UNE ATTAQUE CONTRE KE FORT DE SOUVILLE  » .

 » Troyes – 20 – . des blessées évacués  de le région de Verdun  viennent de passer ici , continuant leur voyage vers Parés – Dunant  , longue escale de leur convoi dans cos gares .J’ai pu m’entretenir avec l’un d’entre-eux  , un vieux territorial  du … régiment d’infanterie  et ce sont ses impressions toutes fraîches  , sincères , confirmées par l’approbation de ses camarades , que je voudrai  rapporter ici.  Elles on trait  à ce qu’il a vécu  en dernier lieu , à savoir la fameuse attaque par les allemands  du fort de souille  , le 12 juillet ..

é Voici ce que raconte , textuellement ce vaillant  poilu .

 » Il y avait environ trois semaines que nous nous trouvions à Souville , lorsque l’attaque proprement dite  contre le fort le 12 juillet  . jusqu’à cette date les allemands avaient envisagé de nous couper le ravitaillement  par leurs tirs de barrage , mais sans succès.

 » nous avions tout de même du vin  vu que l’intendance , il est vrai ne nous apportait pas .Il fallait qu’un poilu allat e chercher .Nous prenions nos repas entre Belleray et Handainville . Nous y sommes allés à deux reprises et c’est à notre second retour  dans les tranchées de Souville , le 12 juillet , que our avons appris que les boches se préparaient à livrer un assaut contre le fort.

 » au cours de cette journée , qui fut une des plus chaudes , que les boches attaquèrent et contre-attaquèrent .5 fois et sans succès.

.Devant le parapet des tranchées ennemis des milliers de cadavres étaient entassés !  J’ai pu me rendre compte , une fois de plus des ravages exercés dans les rangs des boches  par nos mitrailleurs.Devant le parapet des tranchées ennemies , des milliers de cadavres étaient entassés ! Les attaques ne s’achevaient jamais tant que nos mitrailleurs les fauchaient . Les boches chargèrent à la baïonnette .Ils furent reçus par les troupes coloniales qui brisèrent leur élan .

 » notre artillerie nous soutenait par un tir de barrage extrêmement intense qui infligeait à l’ennemi de lourdes pertes . A cet égard je puis vous citer n fait dont j’ai été le témoin : Notrevtir de barrage put un moment isoler un fort contingent bavarois qui avait été lancé contre les coloniaux  , ces derniers n’eurent  pour ainsi dire pas à intervenir  :les bavarois dont la liaisonavec leurs lignes se trouvait coupée furent défilés par nos mitrailleuses et les tirs de notre 75 .

 » L’attaque du forts divisera en deux parties. En effet les boches attaquèrent en 2 parties qui débouchèrent l’une de Fleury , l’autre du Bois-Chapitre .Ces deux colonnes projetaient vraisemblablement de faire leur jonction afin de pouvoir encercler le fort de Souville . Mais cette manoeuvre fut déjouée .Non seulement des 2 colonnes formées chacune de plusieurs régiments ne s’est pas faite , mais les allemands  qui arrivaient au Chapitre ne gagnèrent plus un pouce de terrain , ils furent littéralement décimés . Quand à la colonne venant de Fleury  , elle parvint au prix de pertes énormes aussi à s »établir au point de Sainte-Fine qui se trouvait eau croisement des routes de Vaux et de Fleury .

 » Toutes les péripéties de la bataille  que je vous ai racontées  concernent la colonne  qui a débouché de Bois-Chapitre  . Je faisais partie des troupes de soutien de Souville et de la Cote . C’est à cet endroit que , à la fin de l’attaque  j’ai été blessé à l’épaule d’un éclat d’obus. Ma blessure n’était pas grave ; j’ai d’ailleurs été évacué  lemme,jour dans les meilleures conditions .

 » et ce vaillante troupier  qui s’est battu à Douaumont  à Vaux et Souville  , après deux années  de présence continue sur le front  , conclut avec amertume  » Verdun sera le tombeau de l’armée Française  » .

N.B:  Document intéressant , montrant l’ampleur de l’attaque allemande Ce poilu était sans doute du 7`° R.I. , pais pas de la 3°Cie ; il ne parle pas de a dernière attaque sur Souville qui a vu les allemands jusque sur le haut du fort , délogés par Kléber Dupuy  ses soldats avec leur grenades , leurs fusils et leurs baïonnettes et trois mitrailleuses …. et ils sont  restés , dorés le combat , que 15 …. ..  » 15 spectres   » .

 

document interessant

4 avril 2021

PAQUES

JOYEUSES PAQUES AUX LECTEURS DE CE BLOG , QUE JE REMERCIE DE S’INTERESSER A KLEBER DUPUY , A SES SOLDATS ET A TOUS LES SOLDATS QUI SE SONT BATTIS POUR DEFENDRE NOTRE LIBERTE … AUSSI A CEUX QUI SE BATTENT ENCORE .

29 mars 2021

ADIEU AUX PROMOTIONS DE SAINTE-ODILE ET DE LA FAYETTE ‘ (101 et102° promotions de l’EMS ))

Dans lehistorique de ces deux promotions , un article du général de brigade (2s) jean Boÿ  est paru dans le Casora 161 d’avril 2OO1 .

Quelques extraits de cet   »Adieu aux promotions sainte-Odile et La Fayette .

 »  Dernier représentant de sa promotion , le colonel Gaston Pomùarède s’est éteint le 7 décembre 2000 à l’âge de 103 ans. 

 » Les promotions de sainte-Odile et de La Fayette sony la deuxième série  des trois promotions saint-cyriens de la guerre formées par le CIEA ( qui remplace l’EMS mise en sommeil gun début-t de la Grande `Guerre .Elles regroupent les 101° et 102° promotions de l’ELMS , toutes deux issues du concours de 1017 .

 » Pour comprendre ce  »  statut   » particulier , il faut savoir qu’en 1917 , les cornichons admis au CIEA comprennent à la fois des jeunes gens de la classe 1918 , appelés par anticipation sous les drapeaux dés avril 1917  et des garçons la classe1919 encore civils.

 » Les premiers ayant déjà reçu une instruction militaire , le commandant décide de les regrouper en une formation particulière  , le  » peloton Triboulet  »  (du nom de  son chef ) auquel est dispensé une progression adaptée

 

Voyant leurs camarades EOR de la classe 1918 , également formés au ciel , partir après 4 mois d’instruction et alors que simples soldats de la classe 1918 sont déjà sur le front depuis 6 mois , les Cyriards du « Peloton ciboulot  »   » enragent de manœuvrer  sur le Marchfel , ils veulent aller faire la guerre.Ils demandent , compte tenu  de la formation acquise avant leur arrivée au  CIEA , à ce que leur stage soir écourté . 

 » L’affaire monte jusqu’à Clémenceau et les  » ciboulot  » , comme on les nomme , obtiennent gain de cause . il est donc décidé de faire deux promotions distinctes à partir des admis à un même concours . d’où la promotion de Sainte – Odile  qui rejoint e front en mai 1918 et la promotion La Fayette qui , elle , atteint le mois d’août .Mais les deux promotions se sentent plus que soeurs et n’en formeront qu’une pour le restant de leur existence..

 » Les promotions de Sainte-dile et de La Fayette ne connaissent donc que la fin du premier conflit mondial.elles y laissent quand même vont-six des leurs  et , le 14 juillet 1919 , revenues à l’Ecole ré-ouvertte , pour parfaire leur instruction , elles défilent en tête de l’armée française victorieuse sur les Champs -Elysées .

 »     entre les deux guerres mondiales vingt-deux des leurs tombent au Champ d’honneur  en Syrie et au Maroc dont le légendaire Bournazel  » L’homme Rouge  » dont les rebelle rifains ont mis la tête à prix 50 000 douros  , tué au combat du Bou Gafer ( Maroc ) et dontla promotion (1932-34 ) de l’Ecole spéciale militaire a pris le nom . 

 » dix encore trouveront la mort au combat durant la seconde guerre mondiale.Un dernier disparaît en Indochine  et cinq meurent dans l’exécution de leur service.

 

26 mars 2021

100 ET 101° PROMOTION DE L’ECOLE SPECIALE DE SAINT-CYR : SAINTE- ODILE ET LA FAYETTE , suite 1 .

DONNEES HUSTORIQUES PROPRES AUS PROMOTIONS SAINTE-ODILE ET LA FAYETTE  .

En 1914 lorsque la grande guerre éclate , l’EMS  » est mise en sommeil  » et remplacée , dans ses murs , par un Centre d’Instruction d’élèves aspirants  CIEA )  qui accueille en outre des jeunes  gens de bon niveau intellectuel et physique   des sous-officiers et des soldats  , souvent blessés et décorés  , qui ont démontre au combat jeu aptitude au commandement .Aprés une formation rapide de 4 mois , ils repartent comme aspirants et chefs de peloton ou de section , pour le front. 

en 1916 , pour préparer lArmée d’après la guerre , le concours àl’EMS est rétabli.Les jeunes gens qui réussissent suivent le même stage du CTEA  , le statut de Saint-Cyrien leur est reconnu et le conflit terminé ils devront accomplir un stage à l’EMS quand elle serait eé-ouverte  , pour compléter leur formation et leur expérience militaire  sur le front /

Du CIEA vont sortir les promotions saint-cyriens de la guerre  , qui reviendront à l Ecole à partir de 1919 : Des Drapeaux et de l’Amitié Américaine  ( 1916-1917 ) de Sainte-Odile et de La Fayette (1917-1916 )  de la victoire (  1918-1920

A la fin de la Grande Guerre ,  les promotions de Sainte-Odile et de La Fayette , le 14 juillet 1919 , sot em tête du défilé de la Victoire .

Les promotions de Sainte – Odile et de La Fayette donne t son parrain à la 119`) promotion ( 1932-1934 ) promotion de Bournazel

CEUX DEUX PROMOTIONS   donneront :

A l’armée de terre

23 généraux ,

1 ingénieur de 1er classe

1 intendant général de 2° classe

A l’armée de l’Air

7 généraux

1 contrôleur général de 1er classe

Ces deux promotions donneront aussi à la société civile :

4 holes de religion

1 membre de l’Académie des Sciences de l’Outre-Mer

2 hommes politiques

3 hauts fonctionnaires des colonies

1 homme de médias

1 docteur en pharmacie

4 hommes de lettres de bon niveau

1 homme de Loi

1 homme de finances

  PERSONNAGES MARQUANTS OU ATYPIQUES DE DES DEUX FORMATIONS :

LE GENERAL D’ARMEE  Raou  , Albin , Louis SALAN ( 1899-1984 ), Grand-croix de la Légion d’honneur , médaillé militaire , vient de l’infanterie coloniale .Aprés une longue carrière  auservice de la France qu’il termine dans les très hauts postes de commandement en chef des forces armées en Algérie , puis d’inspecteur général de la défense , poste créé pour lui , enfin gouverneur militaire de Paris , il s’oppose à apolitique du gouvernement en algérie et participe au coup d’état militaire d’Alger. Condamné à mort par contumace ( 1961 ) arrêté ( 1962 ) condamné à la réclusion perpétuelle ( 1062 ) , il est gracié et libéré (1968 ) puis amnistié , enfin intégré dans la 1e section décadré des officiers généraux .Certes , il appartient à chacun de se faire son opinion sur ce grand soldat , pour notre part nous lui rendront hommage en lui réservant dat un article , prochainement , dans notre blog.

Dans  » le Casoar 32 , le décembre 1968 , les promotions Sainte-Odile et de La Fayette montrent leur solidarité sans faille à l’égard d’une se ses anciens en annonçant que «  le déjeuner de la promotion annuel est prévu pour le 4 décembre .Ce ser a l’occasion pour les participants à cette réunion de fêter le retour à la vie civile  de M. raoul salon  , l;es barricades de la rie Gay-Lussac aya,t précédé de peu l’ouverture de ma maison de repos forcée de Tulle « 

          LE CAPITAINE DE CAVALERIE M.J. , Henri de Lespinasse de BournazeL (1998-1933 ) officier de la Légion d’honneur , surnommé  » l’Homme Rouge  »  par les rebelles rifains qui avaient mis sa tête  à prix , tombe blorieisement à Bou ghafer ( Maroc ) pendant la campagne du Rif   .

La 119° promotion ( 1932-34 ) promotion de Bournazel , conserve son souvenir.

LE GENERAL DE CORPS AERIEN André  Hartmann (1899 -1951 ) , commandeur de la Légion d’Honneur , fa,bassin à sa sortie de l’Ecole .Commandant les forces aérienne en Extrême Orient , Mort pour la France  en 1951 au cours d’une mission aérienne.

LE GENERAL DE DORPS D’ARMEE , Pierre , Joseph , Armand , Léon  Fay ( 1899-1971 ) grand officier de la Légion d’Honneur , sorti de l’Ecole comme fantassin , fait une brillante carrière dans l’armée de l’Air qu’il termine comme chet d’état-major  général  et vice-président du conseil supérieur de l’Air .

LE GENERAK D’ARMEE AERIZNNZ Martial , Henri , C  .Valin (1898^1980 ) grand-croix de la Légion d’honneur , compagnon de la Libération , officiers Palmes Académiques , chevalier de l’ordre du Bain ( G.B.) , chevalier de la Légion of Mérit ( USA )  et titulaire de l’ordre  de l’Amitié des peuples ( URSS ) .il tient les plus hautes fonctions  dans l’Armée de l’ air  pendant la Seconde guerre Mondiale et après 

……..

POUR LA PETITE HISTOIRE

Henry,Joseph , Marie , ++Gabriel Partiot ( …. – 1981 ) Officier le la Légion d’honneur , quinassura pendant trente ans , kusqi’ànsa mort ,lapeenye fonction de secrétaire de sa promotion

L’aspirant Poignet  , homme de religion de sa promotion , grièvement blessé dés sont arrivée sur le front en 1918 , réformé , atteint d’amnésie partielle . Il ne faut pas le stage complémentaire après la guerre et perd tout contact avec sa promotion . devenu chartreux , ile ne renoue qu’en 1962 , 64 ans lus tard .

Ref : Histoire de la 100 et 101° promotion de l’EMS

A     S U I V R E

16 mars 2021

100 ° ET 101° PROMOTION DE L’ECOLE SPECIALE MILAIRE DE SAINT-CYR : de SAINTE – ODILE et de LA FAYETTE

ORIGINE DU NOM DE CES DEUX PROMOTIONS

Ayant passé le même concours d’entrée  ces deux promotions  prirent , pour la 100° le nom de SAINTE – ODILE ,pour la 101° celui de LA FAYETTE .

Au début de 1917 , aux Armées il y a crise d’effectifs et surtout d’encadrement .Appel anticipé sus les drapeaux dés avril 1917 pour la classe 1918 .C’est ainsi que les  » cornichons  » de la classe 1918 ont été incorporés  avant d’avoir terminé leur année  scolaire 1916-1917 .Ils ot passé les épreuves du concours  d’entrée à la Spéciale  étant  » militaires  »  , tandis que les petits   » cos  » de la classe 19 ont passé le concours étaient  » civils   » . Les petits  » cos « de la classe 18 avaient donc  une instruction en avance  de l’ordre de 4 mois  sur leurs petits  » cars  » de la classe 19 .

La direction des écoles dont dépendait Saint-Cyr , décida de tenir compte de l’acquis de la classe 18 en créant une   »section,  » spéciale  en raison du petit nombre de petits  » cos  » de cette classe  , un peloton peloton  »  noté  »   » Peloton RIBOULOT  ( capitaine RIBOULOT , aspirant Denis , adjudant-chef SCHUEBERT ) .

Arrivent et repartent les EOR que l’on forme à Saint-Cyr à cadence de 4 mois  » Pourquoi pas nous  »  grognent les  » Riboulot  »  qui intriguent auprès des autorités  morales , politiques et militaires , pour partir au front.

Comment faire sortir ce peloton  assez singularisé , malgré lui , de cette situation ? Faire une seule promotion  avec deux sorties à des dates différentes  , ou seulement une promotion spéciale ,

La solution de  la promotion Spéctale est adoptée  , celle -ci s’étant déjà mis d’accord sur mnnom de promotion …. l’enjeu de la guerre étant la reconquête de l’Alsace et la Loraine  , quoi de plus naturel de placet cette promotion  ( classe 18 )sous le patronage  de l’Alsace  , d’ou le nom de  » promotion  SAINRE -ODILE  » .

Chaque petit  » cos  » reçoit une médaille et une image pieuse retraçant «   la vie glorieuse de la grande sainte Odile  , née aveugle et guérie miraculeusement  à son baptême , devenue la patronne de l’Alsace  , son pats natal  et considérée comme une des saintes ,nationales de la France .

Le 20 janvier 1918 les  » Riboulot  » sont nommés   » aspirants élèves de l’EMS de Saint-Cyr , promotion   » Sainte – Odile  » . Dés le 2 août 1918  plusieurs   » Riloulot   »   sont nommés sous-lieutenants . Leurs petits  » cos  »  » promotion LA FAYETTE  »  viennent de sortir de la spéciale courant juillet .

EFFECTIFS A L’ENTREE :

Les promotions de Sainte-Odile et de La Fayette comprennent 272 membres : 249 élèves officiers Français , 2 brésiliens , 9 Polonais et 2 Siamois .

On ne possède pas d’éléments précis sur ces deux promotions  l’issue de leurs stages de formations respectifs  ( les élèves étrangers simples stagiaires ne sont pas promus dans l’Armée Française )

MORTS POUR LA FRANCE ET MORTS EN SERVICE :

26 au cours de la grande guerre  , 22 entre les deux guerres mondiales , au Maroc et en sprue , 10 durant la Seconde Guerre Mondiale , 1 disparu en Indochine en 1951 , et 5 sont morts en service.

Ref : histoire de la 100 et 101° promotion

A     S U I V R E 

12 mars 2021

HISTORIQUE DE LA 97 ° PROMOTION ( 1912 -1914 ) DE L’ECOLE MILITAIRE SPECIALE DE SAINT – CYR … suite

PERSONNAGES MARQUANTS OU ATYPQES DE CETTE PROMOTION

LE GENERAL DE CORPS D’ARMEE ,Raymond , Francis  DUVAL  ( 1894 – 1955 )

Grand Croix de laLégion d’honneur, dix fois cité ,Mort pour le France.

Il est tué le 22 août 1955  à KASBA-TADLA aux commandes de son avion , au cours d’une opération de pacification .

LE GENETAL DE CORPS D’ARMÉE AÉRIEN Charles , Jean , ROMATET (1893-1975 )

Commandeur de la Légion d’Honneur  . quitte la cavalerie pour l’aéronautique pendant la Grande Guerre.

LE GENARAL DE SORPSD’ARMEE Charmes , Raoul MAGRIN-VERNEREZ dit MNTCLAR ( 1892-1964 )

Grand Croix de la Légion d’Honneur ( Compagnon  de la Libération ) Médaille Militaire , Officier de la Légion on Mérit : 22 citations , 7blessures au combat .

en 1962 est nommé Gouverneur des Invalides  , ce qui lui vaut d’y être inhumé.( USA )

LE GENERAL DE BRIGADE AERIENNE Alfred , M,J,HEURTRAUX  (1893-1895 )

Grand Croix de la Légion d’Honneur , Compagnon de la Libération , 18fois citées 2 fois blessé au combat .

Rejoint la Résistance ou il est un des premiers à fonder un réseau de renseignements en france occupée .Arrêté ‘ 1941 ) et incarcéré à Dusseldorf puis déporté à Buchenvald jusque »à,la find de la

guerre.

Le général HEURTAIS , as de Ella chasse reste dans la mémoire de Saint-Cyr comme l’homme exception  » quia pris son dernier vol  »  le 30 décembre 1855

LE COLONEL D’ARTILLERIE  Ernest , Théophile , Louis , Raoul NIVOIS ( …. – 1940 )  Officier de la Légion d’Honneur Mort pour la france , au Castellet (  Somme ) au début de la Seconde Guerre Mondiale .

LE SOUS-LIEUTENANT D’INFANTERIE Jean , P , E , L , Alfred  MEEUS  51891-1914 )

Chevalier de la Légion d’honneur , reste dans jardin Saint-cypries , à l’origine du fameux serment de 1914 , à la suite du poème épique qu’il déclama devant  sa promotion de la CROIX DU DRAPEAU , au moment du baptême  , le 2 août 1914 , .  Trois semaines plus tard il meurt pour la £France à la tête de  sa section à Pierreport ( meurthe et moselle ).

 

6 mars 2021

HISTORIQUE DE LA 97° PROMOTION (1912-1914 ) DE L’ECOLE SPECIALE MILITAIRE DE SAINT-CYR

CETTE PROMOTION PORTE LE NOM DE  » MONTMIRAIL  »  POUR MARQUER LE CENTENAIRE DE LA BATAILLE DE  » MONTMIRAIL  » OU NAPOLEON VAINQUIT LES ARMEES PRUSSIENNES .

Le Pré Système de la 97° promotion est l’élève Edouard,Jean ,Marie, Gaston VOIZARD  ( 1813-I915 ) Mort pour la France , tué à l’ennemi le 8 avril 1915à Maecheville ( Meuse ) au cours de la Grande Guerre .

241 officiers de cette promotion tombent au Champ d’Honneur  dont 225 au cours de la Grande Guerre ou des suites de leurs blessures , et Six au cours de la Seconde Guerre Mondiale ou en déportation.

DONN&ÉES HISTORIQUES PROPRES A CETTE PROMOTION.

1 – Le général HOGGARD de la 96° promotion ( 1913-1914 ) promotion la CROIX du DRAPEAU explique que la promotion de MONTMIRAIL , devait normalement comme les précédentes  , accomplir un an de service dans la troupe et deux ans à l’EMS .Mais la loi sur le recrutement en  1913 , votée pendant le séjour de la promotion dans les corps de troupe spécifia que les élèves entreraient dorénavant directement à l’Ecole.Ils devraient en revanche effectuer un stage dans les régiments entre les deux années de Saint-Cyr . De ce fait trois promotions allaient se trouver ensemble l’Ecole pendant les années 1913-1914 , à savoir ,  Marie Louise ( 1911-14 ) Montmirail (1912 -14 ) et la Croix du Drapeau ( 13-14 ) .

Les effectifs importants prévus pour ces promotions  ne permettaient âs leur présence simultanée à la spéciale.

En revance , le faible effectif de lapromotion Marie louise  rendant possible la superposition momentanée  aux deux suivantes.

2- La 97_ prùootion donne pour `Parrain le général de corps d(‘Armée Raymond MAGRIN-VERNEREY  dit MONCLAR à la 171° promotion (1984-87) , promotion   » Général MONCLAR »

3 – La 97° promotion est concernée par le fameux   » serment de 1914  » de monter au combat en casera et gants blancs .

4 – la 97°promotion donne :

A L’ARMEE DE TERRE

37  généraux et 2 intendants généeaux

A L’ARMEE DE L’AIR

6 généraux

AU CORPS DE CONTROLE

3 contrôleurs généraux

ET I général  à l’armée PERSANZ

A     S U I V R E

 

 

 

 

23 février 2021

HISTORIQUE DE LA 72° promotion(1887-1889 ! de l’EMS de Saint-Cyr -promotion TOMBOUCTOU

DANS NOS DEUX PRECEDENTS ARTICLES NOUS AVONS PARLE qu colonel PEIN ( mort pour la france ) ve,a,t de cette promotion .

NOUS SOUHAITONS VOUS EN DIRE un peu plus sur cette promotion :

445 sous-lieutenants sortirent de cette promotion  » TOMBOUCTOU ( 1887-1889 ) de l’ l’EMS  de Saont-cyr ,  en 1889;

115 officiers de cette promotion tombèrent champ d’d'Honneur dont 102 pendant la Grande Guerre

CETTE PROMOTION donnera :

Un général de corps d’Armée

Trois généraux de division commandant de corps d’armée

Quatorze généraux de division

25 généraux de brigade.

NOUS CITERONS DEUX DE CES GENERAUX :

LE GENERAL DE BRIGADE  :  Pierre , Marie , Casimir   GIRODON

(1869-1916 ) qui appartient à l’infanterie  . Commandant 12° division d’infanterie , officier de la Légion d’honneur . Il meurt pour la France tué à l’ennemi à CLERY (Somme) panda,t la Grande Guerre .

LE GENERAL DE BRIGADE Adolphe MESSIMY

Rapidement nommé lieutenant-colonel  il prend le commandement du 229° R.I. . 1915 le voit à la tête de la demi-grigade de chasseurs avec laquelle il enlève le col de Linge da,s la Savoie.

Blessé au combat il refuse d »être évacué et demeure à son poste.

Il commande plus tard la 6° demi-brigade de chasseurs sur la Somme est à nouveau blessé rt termine la guerre comme général de brigade commandant la 162° division d’infanterie.

Démobilisé il revient à la politique et est élu sénateur de l’Ain .Il préside plusieurs commissions dont celle de l’Armée .

     A     S U I V R E

 

13 février 2021

LOUIS AUGUSTE THEODORE P E I N ( 1867-1915 ) Mort pour la France … suite

Appelé auprès du général Lyautey en 1912 pour sa connaissance du monde arabe et en vue d’une opération de pacification , le lieutenant-colonel  PEIN prend le commandement territorial de Fez ,  au Maroc.

En Août 1914  il reçoit l’ogre de se rendre au camp de Mailly . Il doit  y organiser le 2ème régiment de Marche du Ier  Etranger  qui doit constituer  aux côtés de plusieurs régiments de Zouaves  , de Tirailleurs  et d’unités de Marche de la Légion , la 1er brigade de ka division Marocaine.

Sous les ordres de L. PEIN  le r régiment participe aux combats de la Marne et d’Ypres .Malgré le danger le colonel n’hésitait pas à se rendre chaque matin en première ligne pour saluer les soldats afin  maintenir moral des troupes . Il se portait également en tête lors des attaques.

Le 9  main1915 l’objectif pour le colonel et ses hommes était la côte 140 en Artois.La division Marocaine , rattachée au 33ème corps,sous les ordres du général PETAIN , prépare l’arnaque avec minutie . « Mes hommes partiront sans sac pour mieux courir . si les vêtementsles gênaient ils iraient tout nus mais ils sauteront sur la côte 140 ! «  Ce sont les dernières consignes du colonel PEIN .En menant personnellement l’attaque il fut blessé.Le capitaine GABET , un membre de son =equipe a été le témoin de son agonie : «  ….. un légionnaire me fait des signaux, j’arrive et je trouve le colonel fond d’un trou de tiralleur allemand ou l’on l’avait trainé.; il avait été touché par une balle entrée par le flanc droit  dans la poitrine et dans l’estomac .Il avait les yeux fermés et ne répondait pas lorsqu’on lui causait .Deux légionnaires le déshabillaient  pour lui faire un pansement . une demi-heure plus tard il put dire très faiblement :  » Bon , je vais un peu mieux  » Transporté l’arrière ile tarda pas mourir.

Son ordonnance , le soldat VIALIS , écrivait le 22 mai :Le dimanche soit , le colonel était rapporté en auto à Acq. il avait l’air très abattu , mais nous espérions que ses blessures ne seraient pas mortelles. Cependant , vers 2h30 , le colonel  s »éteignait tout doucement ayant conservé toute sa connaissance mais respirant avec difficulté.Nos l’avons enterré au petit cimetière à la sortie du village.La cérémonie toute simple était émouvante et ne manquait pas de grandeur . Le corps porté par trois camarades et moi était suivi par les officiers restés à Àcq. Tous les légionnaires restés à Acq s’étaient fait un devoir d’accompagner celui qu’ils considéraient comme leur père . »

LE NOM DU COLONEL PEIN  apparaît sur le monument aux morts de la division Marocaine ( Givenchy en `Gonelle – Pas- de – calais ) et sur le mémorial de la région de Puyloubier.

L’offensive en Artois entre le 9 mai et le 16 juin 1915 causa la mort de 609 officiers et de 16 194 soldats ; 63 619 blessés.

Ref: historique 72° promotion de l’EMS de SaintCyr ( Tombouctou )

Le souvenir Français  N° 521   Janvier 2021

 

 

12345...75

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...