Accueil

23 avril 2018

PAUSE

QUELQUES JOURS SANS  » BILLET  » CAUSE OPÉRATION D’UN OEIL.

20 avril 2018

1914-1918 : DEUX POILUS MORTS AU BOIS DE LA GRUERIE ….. suite

IMG_4934lettrep3lettrep2lettrep1NOUS AVONS UNE LETTRE  DE CES DEUX POILUS , DATEE DU 21 NOVEMBRE 1914  , nous la plublieons ci-dessous  et remercions Monsieur P. MEUNIER qui , par ses écrits , nous a permis

de parler mieux de ces combats du Bois de la Gruerie .

Le 21 / 11/ 14

Mo, cher Roger ,

C’est non sabs un certain cafard que j’au regagné le front où le bruit des  » marmites  »  a été loin de me  le faire dissiper  , mais une surprise m’était réservée par mon beau)frère

qui m’a fait embaucher comme palefrenier ……. rien à foutre  si ce n’est à s’occuper  du canasson ce aui n’est rien  auprés du travail que font les copains  dans les tranchées ,

tu parles d’un changement  , depuis que j’ai quitté le front les tranchées sont confortables , ce sont maintenant des appartements souterrains où l’on peut faire du feu et becquetter

tranquillement , mais la nuit  on est sur le pied de fonçage  baïonnette au canon  nous attendont l’ennemi qui du reste ne vient pas s’y frotter  de trop prés ,ces boches sont d’un

culot  incomparable . hier nps artimmeurs leur ont balancé 2000 obus , ils sautaient en l’air de leurs tranchées , avec les pertes qu’ils ont subies ils auraient pourtant dû se tenir tranquilles  , je t’en fous

ils se balanà-çaient 10 minutes aprés la cannonade  avec leurs pelles et leurs pioches  sur l’&paule de fàçon a être bien repres , tu comprends commes nous les ajistons  soigneusement ; et pan ! descend le

capiston te demende ! …. on ne les rate pas  mais qu’est ce qu’ils nous balancent comme  » marmites  »  ces salauds-là  , toujours au petit bonheur .

Le plus embêtant  , c’est  que le froid  est terrible fdans l’Est ,  , hier il a gené à 7 ou moins  ° en dessous xde zèro  , quest que l’on prend  quabd il faut prendre lespetits postes pendant deux heures seulement  , le

plus rogolo c’est la nuit  , l’air est bien calme  on est content , les boches cha,tent  leur Deutchland ( hymne allemans ) ainsi que les cantiqueqs  , on est forcé de se bidonner malgré soi .

enfin , mon vieux roger je voudrai bien terminer la campagne  ainsi , on ne souffre pas trop  et puis les distributions d’affaires de linge  , chocolay; yabac pleuvent dans la chambre  on ne manque de rien  sauf

de féminine ;cà pn n’y peux pas beaucoup vivement la paix  er Paname ….

Victor est en ce moment en train  de nous faire chauffer un coup de vien vieux  chaud  car il faut aussi que je te dise que je suis aussi ordonnance  du  lieutena;t , et je reste toujours avec Victor  qui est cuisinier

du commandant  , c’est la bonne vie .  Tu seras boien aimable de souhaiter le bonjour à Marhilde  de ma part et de celle de Victor  et nous te serront cordialemanr la main  en attendant de te lire .

Tes cousins .

Ref : < 1914-1918 deux poilus ports au bois de la gruerie >    < pmeunier23.free.fr/14-18/index.html >

10 avril 2018

1914-1918 : DEUX POILUS MORTS AU BOIS DE LA GRUERIE

Jugement décés de Georges NOOURTIER en 1920

Jugement décés de Georges NOOURTIER en 1921

 

 

Ouaire de Vienne le Château : boids de la Gruerie

Ouaire de Vienne le Château : boids de la Gruerie

 

Ossuaire de Vienne le Château: Bois de la Gruerie

Ossuaire de Vienne le Château: Bois de la Gruerie

 

arrêté de Médaille Militaire à titre posthume pour G. NOURTIER  1922

arrêté de Médaille Militaire à titre posthume pour G. NOURTIER 1922

 

Judement concernant le déces de Auguste BORDERIEUX en 1920

Judement concernant le déces de Auguste BORDERIEUX en 1920

PARRIK MEUNIER NOUS RACONTE COMMENT SA GRAND MÈRE MARGUERITE NOUTIER  , NEE À SAINT GERMAIN EN LAYE  LE 24 MAI 1891 NOUS PARLE AVEC

BEAUCOUP D’ÉMOTION  DE

SON FRÈRE GEORGES NOUTIER ET DE SON PREMIER MARI AUGUSTE VICTOR BORDERIEUX sont appelés sous les drapeaux en août 1914 et morts tragiquement le 11

décembre 1914 côte à côte  non loin du Chemin des Dames  , au Bois de la Gruerie . Ils ont tous deux été arrachés   à Marguerite  … son frère et son mari s’entendaient  bien et le

bonheur familial est brusquement bouleversé.

GEORGES NOURTIER   avait effectué son service militaire en 1910 . il était né le 25 mai 1559 ç Saint Gemain en Laye  . Musicien émérite ; om faisait l(objet de l’admiration de sa

jeune seur .

Marguerite avait épousé  Auguste , Victor  BORDERIEUX  ébéniste à Marly le roi  le 8 juin 1914 , il était né le 18 mai 1950  à Perroy dans la Nièvre .

Georges NOURTIER a été incorporé le 3 octobre 1910 au 41° R.I. matricule 1814 . soldat musicien le 24 septembre 1911 , cettificat de « bonne conduite  » accordé  , il est mis en disponibilité le 29 septembte 1912 .

 

Rappelé le 1° août 1914  il arrive au 23° R.I. colonizle le 3 août .

GEORGES ET VICTOR ,  SONT TOUS DEUX AFFECTÉS AU 23° RÉGIMENT D’INFANTERIE COLONIALE ( RIC ) .

…………………………….

LE 11 DÉCEMBRE 1914 , le ier bataillon est mis à la disposition  du 91° R.I.  et reçoit l’ordre d’enlever les tranchées  allemandes au nord de la Hazarée en Argonne .  l’attaque est menée par les seules troupes

coloniales  …. la 1er et 2ème Compagnie franchissent les parapets à 7h15 , et progressent àtravers les abatis , , mais tout à coup , elles sont arrêtées per un feu trés nourri de mousqueterie et de mitrailleuses .  A

dex reprises , sous l »énérgique impulsion des capitaine  TRIOL  et BORDANT , ces unités  parviennent  jusqu’aux défenses ennemies  intactes et sont rejetées  par un feu nourri à  bout portant .  Les pertes sont

effrayantes ;  les compagnies décimées  sans cadres , tous les s officiers érant tués , s’accrochent néanmoins au terrain . a 7h35   , la 3ème Cie reçoit pour mission  de soutenir les deux Cies engagées .  Les hommes

sont admirables d’entrain  . aprés avoir assisté à l’anéantissement des deux compagnies  précédentes ils s »élancent  entraînés par le capitaine DUPONT , le premier debout sur le parapet . En 40 ètres , la

compagnie  , prises sous le feu d’ enfilades de mitrailleuses , est détruite presque entièreùent .  L’effort nécessaire ne peut se produire les éléments des trois compagnies  sont contraints , devant des défenses

intactes , de se retirer .

Le carnet militaire de Georges NOURTIER  se termine ainsi :  DISPARU AU BOIS DE LA GRUERIE

La mention  » porté disparu d’août à octobre 1915  »   » est étrange et traduit  de probables incertitudes sur la composition des unités aprés les combats .

Déclaré décedé le  11 décembre 1915 par le tribunal de Versailles ,  le 26 juin 1920 . Les jugements interveus en 1920  confirment la disparition et  le décésdes deux hommes  » Morts pour la France  » .

Le 10 juin 1921 ils se voent attrinuer la Médaille Militaire à titue posthume .

AUGUSTE VICTOR BORDERIEUX ET GEORGES NOURTIER ont leur nom gravé  sue le Monument aux Morts  du château de Saint Germain en Laye  . Le premier figure aussi  sur celui de Marly le Roi  au

cimetière ancien  de l’église de saint Vigor.

A       S U I V R E 

 

9 avril 2018

LES COMBATS DU BOIS DE LA GRUERIE DANS L’ARGONNE EN 14-14 …. suite 2

Nécropole française de la Hazarée

Nécropole française de la Hazarée

 

vienne_gruerie02

Nécropole française forestière

Nécropole française forestière

 

Monument ossuaire français de Haute Chevauchée

Monument ossuaire français de Haute Chevauchée

 

Cimetière allemand d'Apremont

Cimetière allemand d’Apremont

 

Nécropole nationale française de Saint Thomas en Argonne

Nécropole nationale française de Saint Thomas en Argonne

S E C T E U R    M E M O R I A L    D E    L ‘ A R G O N N E  

ENTRE LES  DEPARTEMENT DES ARDENNES , DE  LA MARNE ET DE LA MEUSE  , le secteur Mémorial  de l’Argonne souvre dans une r&gion éponyme  . Un massif  long de 40 km  sur 14 à 20 km de large

qui culmine à 300 mètres  . Il est entamé de ravins profonds  , de trouées transversale dominées par d’abrupts versants  , seuls passages à travers un massif forestier compact .

composé de 5 éléments consécutifs  disposant de zones de tempons respectives  , le secteur Mémoriel  est emblématique  de combats en milieu forestier .

Malgré la diversité des lieux qui le composent  son unité s’exprime au travers  des évènements histotiques  qu’il relate i,trésinquement liés à la nature du terrain .

OSSUAIRE DE LA GRUERIE 

OSSUAIRE DE 850M3 CREE EN 1923 ;pour recueillet les restes d’environ 1000 soldats  non identifiés provenant du BOIS DE LA GRUERIE ……. pas étonant que le nom de ce bois soit devenu

LE BOIS DE LA TUERIE .

vienne_gruerie02

 

7 avril 2018

LES COMBATS DU BOIS DE LA GRUERIE DANS L’ARGONNE EN 14-18 ….. suite 1

un guetteur au bois de l Gruerie le 9 09 15 Musée Lamballe

un guetteur au bois de l Gruerie le 9 09 15 Musée Lamballe

 

cadavres colniaux au bois de la Gruerie -août 15  Collec. Part .

cadavres colniaux au bois de la Gruerie -août 15 Collec. Part .

image007LE 29 JANVIER 1915 A 6h30  , LES FANTASINS DU 27 . ID , PARMI LESQUELS ON COMPTE UN CERTAIN OBERLEUTNANT ROMMEL  QHEURTENT LES POILUS DE LA 40 ÈME D.I.  …..

LES ALLEMANDS COMPTENT 400 TUÉS ET LES FRANÇAIS 3 000 HOMMES HORS DE CPMBAT  , EN 2 JOURS , LE BOIS DE LA GRUERIE DEVIENT LE  » BOIS DE LA TUERIE  »

Extraits des mémoires de asimir Combes du 72 ème R.I..

Le 7° baataillon commandé par le capitaine Martel  da,ns ses positions du bois de la Gruerie   subit un bombardement terrible  et de nombreuses attaques  d’infanterie  sans céder un pouce de terrain . Le mauvais

 

 

temps de l’automne  accmagne les longues sttions dans les tranchées  , dans l’anxiété d’attaques localisées  , dans le bruit parfois continu des tirs . La vermine s’attaque à la peau qu’il est impossible pendant des

semaines durant de se laver le corps … les soldats souffriront beaucoup  de l’humidité et du froid précoce .

Casimir combes a été cité à l’ordre de l’Armée  le 12 janvier 1916  »  a fait preuve de beaucoup de courage et d’entrain en allant placer des réseaux de fil de fer  sous le feu des allemands  »  ….. le fil de fer à  cette

époque n’étit pas encore  » barbelé ‘ et l-manquait d’efficacité  pour arrêter les attaques ennemies   .

Rapport du lieutenant-colonel  MIGNON  commandant le 72 ème R.I. 

 » De septembre 1914 à janvier 1915  le 72 ème a tenu , dans la forpet de l’argonne les positions du Bois de la Gruerie face à l’armée du Kromprintz impèrial  , des troupes aguerries pourvues de moyens

puissants… de notre côté presque pas d’engins de tranchées  , peu de mitrailleuses ; une artillerie à l’économie  ….  Les pertes de combat comme les pertes par maladie furent effroyables …. mais les allemands

ne sont pas passée .  »

A     S U I V R E 

 

 

 

 

 

Musée de Lamballe

6 avril 2018

LES COMBATS DU BOIS DE LA GRUERIE DANS L’ARGONNE EN 14-18

t-patrie_argonnet-patrie_2image003MARIE-HELENE CABOT A SIGNALE DANS  »  1 JOUR – 1 POILU  » (cf. nos billets sur le sujet  ) les combats du  BOIS DE LA GRUERIE  QUI ONT FAIT DE SI NOMBREUSES VICTIMES QU’ILS SE

SONT TRANSFORMÉS EN  » BOIS DE LA TUERIE  » .

IL NOUS A SEMBLÉ INTERESSANT DE PARLER DE CES COMBATS  au travers de diverses informations publiées sur internet .

Le Bois de la Gruerie se situe en bordure occidentale de la forêt de l’Argonne .

Depuis l’automne 1914  le massif forestier de l’Argonne fait l’objet d’âpres combats . La fôret épaisse et coupée de nombreux ravins , la boue  rendent les actions difficiles .  . La lutte s’intensifie  le

commandement allemand souhaitant prendre pied  sur la route Châlons – sur – Marne  Verdun . Le 13 juillet 1915  la 3ème armée allemande  attaque sur un front de trois kilomètres de la druerie  à la

Haite Chavauchée  avec des moyens adaptés :  emploi, massid d’engine à tir courbe ,  et obus chimiques  … les défenseurs sont annihilés  , la première lige est emportée  car nos poilus n’ont pas d’engins

de tranchée ni de mitrailleuses  , une artillerie obligée à l’économie de munitions .

Le 72ème fait l’apprentissage de la guerre de tranchées car pour se défendre il faut organiser et   manier aussi nien l »outil autant que les armes .  . c’est une lutte harassante  de mines  , de grenades , de

crapouillots , lutte acharnée , mais glorieuse  .

Malgré les efforrs allemands  pour atteindre la route de Vienne-le-Château et le Four de Paris ;  les forces allemandeds ne passeront pas .

Le 30 septembre ey le 10 octobre  , puis du 18 au 29 octobre 1915 , :e 2ème bataillon repousse  toutes les atttaques  ennemies dans le secteur du Four deParis

Du 8 au 11 octobre , le 1er bataillon en avant de saint Hubert  , malgré un long et terrible combat tient tête à de nombreuses attaques  sans céder un pouce de terrain .

Le 3 novembre 1915  , la 6ème Cie  coopère brillament avec les troupes coloniales  à la reprise de tranchées entre Saint hubert et le four de paris .

Les attaques allemandes entre entre le 24 et 29 novembre 1915  fans le secteur de la Fontaine aux Charmes  échouent complètement devant  le 72ème qui reste maître de ses positions .

Le 15 javier 1916 , le 72ème  est mis au repos par le général en chef qui adresse aux troupes de l’Argonne  ses vives félicitations  pour leur brillante conduite .

A          S U I V R E 

3 avril 2018

JEAn GROGNET … AGENT DE LIAISON PENDANT LA GRANDE GUERRE … suite 2

IMG_4933IMG_4932IMG_4931CAMP DILLEMANN  » ambulabce  7/4 ‘  suite 

Des enquêteurs sont venus quérir des informations  ….. mais dans le cirage , impossible de parler . Je ne sentais plus mon bras , ma poitrine  me faisait hottiblement souffrir  et je passais de la torpeur à la

somnolence .

Je me souviens aussi du passge d’un chirurgien , étant dans un état omateux , j’ai entendu leut interrogation de mon bras droit ….. et de ma survie .

Un va-et-vient étourdissant  tégnait dans cer espace , les  entrées des blessés accompagnés de brefs otdres de soins ,leurs cris de souffrance  er le départ des morts  ou par respect un silence les accompagnaient

D’une efficacité redoutable  et d’une orgabisarion implacable  il n’y avait pas de place à l’organisation .  ..    Gamberger était ma principale activité  , reconstruire sa mamoire avec les brives enrandues çà et là .

Entre la vie et la mort  , considéré comme perdu  , je restai  grièvement blessé   pendant huit jours à Dillemann …

Puis je fus rapatrié .

NDLR :   le 27 mai , Le 7ème R.I.  participait aussi à l’offensive dans l’ Aisne du 27 mai au 1er juin 1918 et l’ordre avait été donné au colonel d’occuper Vierzy et Tigny , d »arrêter ma marche de l’ennemi dans ma forêt de Villers-cotterets  , en attendant des

renforts . Une mission périlleuse  , de durs combats se sont déroulés jour et nuit ….. le régiment  a perdi 38 officiers  . L’effectif du régiment passé à 250 hommes 

Parmi  les officiers se trouvait Kléber DUPUY  le vainqueur de Souville  ,blessé grièvement le 31 mai   »  atteint d’une grave hémorragie  lui ayant valu l’amputation de la jambe  … pendant que je kui faisais un

pansement délicat et douloureux

, il rendait compte au colonel  avec un calme admirable   et une insensibilité apparents ….. kléber DUPUY avait été transporté pat le soldats Henri CABROL ( sur ses épaules ) pendant 1500 mètres  .

note : Eléments d’informationn tirés de l’oposcule du Dr L. DELON ancien mèdecin-major au 7me R.I. «  Le 7me R. I  , quelques souvenirs   »  imprimerie du Languedoc   Narbonne / date de parution non connue . 

31 mars 2018

JEAB GROGNET … AGENT DE LIAISON PENDANT LA GRANDE GUERRE … suite 1

IMG_4929IMG_4930IMG_4922 L A     C H A R G E 

J’ÉPERONNE DEVALE  , je fonce vers mon objctif sans état d’âme , animé d’une volonté farouche  , je cpontinue à foncer .  Je sens soudainement prés de moi le souffle d’un premier obus  . Unsecond vient

percuter ma main gauche . Insensible à la douleur  , je galope de pus belle  , accompagné dans ma course folle per un tir nourri .  Un ytoisième obus éclate sur ma gauche  et unn éclat me laboure la poitrine

dans toute sa largeur . L’obus suivant &clate sur ma droite . Je tombe avec  Dévalé . Il est 10 heures … je perd connaissance ….

On me racontera ce quui se passe aprés ma chute  . La bartaille fit rage entre 10 et 18 h, je me trouvais donc entre deux feux  , je ne pouvais espérer le moindre secours . Inanimé ,  , je restai étendu à côté de mon

cheval mort . la poitrine ouverte , je perdis abondémment mon sang  . A 18 heures ce fut l’accalmie .  Alors , au péril de leur vie  les secouristes me retrouvèrent vivant .

LE CAMP DULLEMANN  ’  ambulance7/4 « 

Je fus transporté à l’ambulance du camp Dillemann du nom du général d’infanteie Dillemann  . les victimes étaieny  » triées  »  puis expédiées à une  »  ambulance   »  selon la nature des blessures .

Un soldat  , le caporalPINSONvolontaire , me donna son sang et me sauva .  Un souvenir vague me revient à la mémoire  , le vacarme assourdissant de la pluie  sur la,toile de tente et surtout  cette odeur

persistantequ’ét&it l’ether  mélangé à de la pourriture . Allongé à côté des autres  , j’essayais de me remémorer  le déroulement de cette journée d’apocalypse .  Ne pouvant pas prononcer un mot et ayant tout oublié

, j’assemblais tant bien que mal les évènements  , aux dires des mèdecins , infirmiers , voisins d’infortune  , visiteurs , chiurgiens , camarades de combat ….

Seul un sifflement sera mon compagnon et m’accompagnera jusqu’au soir de ma vie .

    A          S U I V R E 

29 mars 2018

ARNAUD BELTRAME ….. L’AMOUR CONTRE LA HAINE

IMG_4926IMG_4925IMG_4927L’EMOTION DANS LE PAYS EST TELLE QU’IL NOUS SEMBLE SOUHAITABLE DE CONSACRER ENCORE UN ‘ BILLET  »  À L’ACTION HEROIQUE DE CE  GENDARME

QUI A SU METTRE EN VALEUR  la devise de l’ école des offociers dont il est sorti :

 »   P o u r     l a     P a t r i e     ,      l ‘ H  o n n e u r   ,     e t      l e     D r  o i  t    »    

 » l »héroïsme le plus pur , face à la barbarie  » …. le soldat face  au djadiste ….  la vie face à la mort , au rituel .

LA RESISTANCE ET L’HEROISME FACE A LA BARBARIE ….. OUI IL FAIT  » FAIRE FACE  » ….  IL FAUT AVOIR LE COURAGE DE LUTTER CONTRE L »OBSCURANTUSME .

ìl semble que face à cette nouvelle attaque d’un djadiste contre a société française , l’émotion des français est telle qu’il n’y aura peut être  de naïveté face au terrorisme .

Certes il ya d’autres frAnçais qui ont eu une action de la sorte , leur vie pour en sauver une autre , tels les pompiers ou celui ( celle ) qui saute dans l’eau , au péril de sa vie , pour sauver quelqu’un qui se noie ,

mais il y a  dans l’Action d’ARNAUD BELTRAME   UN SYMBOLE  …. CELUI DE LA RESISTANCE A LA BARBARIE .

MERCI GENDARME ARNAUD BELTRAME  D’AVOIR PROVOQUE L’UNION NATIONALE  , MARCI DU SERVICE REBDU AU VOTRE ( NOTRE ) PAYS.

 

 

 

 

 

27 mars 2018

JEAN GRONET AGENT DE LIAISON PENDANT LA GRANDE GUERRE

IMG_4923IMG_4921

EN COMMZNTAIRE SUR NOTRE BLOG , SUITE A UN  » BILLET  » CONCERNANT LE  » COUREUR  » Henry CABROL , AGENT DE LIAISON DURANT LA GRANDE GUERRE , Jean Louis GROGNET

met un commentaure ‘ Mon père , officier de liaoson , gri§vement blessé en mai 1918 …. et nous adresse un petit film concernant son père et son

grand-père en 1940 «  

Jean  GRONET , Agent de liaison : cavalier le 3 décembre 1915, sous-lieutenant 14 novemnre 1917 , lieutenant  le 30 mai 1918 .

Légion d’Honneur et Croix de guerre avec palme   Citation à l’ordre de l’Armée   »  D  » n°7858 – 30mai 1918IMG_4920Sous-Lieutenant décoré par le général  Pétain  , pouer sa bravoure , le 1er novembre 1917

Lucien Boyer  ( cavalier du 14ème hussard )   » le chansonnier des poilus  » lui dédiera une pièce en vers

DES EXTRAITS DE L’ACTION DI 30 MAI 1918 , d’aprés lz comtre rendu de Jean , des témoignages et la collaboration  de Christine et Jean louis .

3 0     M A I     1 9 1 8 :     L E     B O Y A U     D E      C O N S T A N T I N E 

LES COMBATS FONT RAGE EN CETTE RÉGION TRUFFÉE DE TRANCHÉES  …

NDLR : Il s’agit de l’offensive de l’Aisne du 27 mai au 1er juin 1918

Je m’appelle Jean Grognet et j’ai 21 ans  . Je me suis engagé  comme cavalier et me retrouve au milieu des bombes , de la mitraille et des intempéries . Led fils électriques sony dévastés , les réseaux coupés .

Au péril de leur vie , les hommes doivent taverser les lignes de feu pour pouvoir communiquer .

En ce petit matin , je me suis levé  car j’ai reèçu une mission . Je dois passer un ordre sous forme de post-it de l’autre côté de la ligne ennemie  . Le sort de la bataille en dépend  , nos vies en dépendent .

l’erreur n’a pas de place .

La journée s »anonce belle . Le temps est vclair .  Mon cheval   » Devalé  » se montre nerveux  Il sent que quelque chose d’important le concerne .  Je le bichonne et le panse comme pour un concours hippique .

Jr vérifie son harnachement  , les masques à gaz .

Rester en osmose  … Notre compicité doit être parfaite . La mission est des plus importantes . Nous le savons tous les deux .  Gevalé a été dressé pour être un véritable chevalde guerre  . il doit obéir aveuglement

à son cavalier ,avoir le pied sûr en toute s circonstances ,  , malgré la canodanne  … le refus d’obstacle epeut être fatal  , tant pour le cavalier que pour les  » troupes en mouvement  »

qui attendent les  »  contre-ordres  » .  Dévalé et mùoi , nous avons appris à nous connaître  . Le claquement de la langue  et le murmure provhe du chuchotement  font de notre duo un seul et même être .

…. fin prêts nous nous engageons dans le boyau de ‘ Constantine  »  … la liaison est  hautement  stratégique . Les moyens de communication  sont coupés  . La eéalité du combat est sous mes yeux .

il nous faut longer les lignes sous le feu de l’annemi et porter un message à un poste avancé .

……….  Il est 7 h 30 j’observe les alentours. … de toute s parts des tranchées , des boyaux …  A leur poste les sentinelles m’adressent un petit signe  …. je passe à côté de soldat indiférents  , occupés à

s »épouiller mutuellemenr . Le boyau se rétrécit mais Dévalé darde le pied  sûr  …. tout est sans dessus dessous  : terre , barbelés , cratères …. Je dois remplir ma mission absolument .  .. nous nous protégeons

dérrière un arbre déchiqueté  , les ruines d’une bâtisse  , un squelette de char  car des tirs sporifiques se font entendre . Cela devient inuiétant , le canon s’en mêle .  Je traverse Btaconnes  et prend la route de

Prosnes .  Je r eprend le boyai de  » constantine  »  …. mais il faut sortir du boyau  et s’engager sur la piste du même nom  . Le calme est relatif .

soudain , au moment ou je m’engage sur la piste  , un vacarme assourdissant  vient nous surprendre : obus , mitraille  , fumée  et projectiles de toutes sortes  emplissent l’orée du bois .

A     S U I V R E 

12345...62

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...