Accueil

28 mars 2017

LE  » POILU  » CORSE ET LA GRANDE GUERRE ….. suite 3

ob_bb4597_les-corses-et-la-grande-guerre-1MORTS CORSES ,POUR LE FRANCE , PENDANT LA GRANDE GUERRE

LES HISTORIENS TEMOIGNENT QU’IL EST FACILE DE FAIRE DIRE AUX CHIFFRES TOUT ET SON CONTRAIRE …. CE N’EST PAS TANT LE NOMBRE , MAIS LES

REPERCUSSIONS DE LA GRANDE

GUERRE QUI COMPTENT .

IL N’EST PAS FACILE DE DETERMINER DE FAÇON EXACTE , le nombre de Corses qui ont donné leur vie pour la France pendant la Grande Guerre….  » dans les années 20 les villages tenaient à conserver le

Monument aux Morts d'Ajaccio

Monument aux Morts d’Ajaccio

plus grand nombre de ceux que l’on appelait les martyrs … un soldat pouvait être inscrit  dans son village de naissance et dans celui ou il a

vécu  »

Les bases de données de  » Mémoire des hommes  »  recensent  10347 natifs corses Morts pour la France …. cette base n’est pas exhaustive.

LE SITE  :  » las poilus corses de 19141918 –   cronica Di A Corsica  »  , NOUS DONNE DES INFORMATIONS DETAILLES FORT

INTERESSANTES …. UN EXCELLENT TRAVAIL qui monte la difficulté de trouver les chiffres  » vrais  » :

Les mort Corses recensés etreconnus officiellemens Morts pour la france  seraient : 9984 . Ceux cités sur mes monuments aux morts sont 10809

11429 Poilus et civils corses de sang ou de sol , sont morts durant la guerre 14-18 . si l’on ajoute les 144 quine répondent pas aux critères on obtient un tatal de 11565 .

Parmi ces derniers 1437 ne seraient pas reconnus Morts pour laFrance . 863 fiches sont incomplètes  ou ne disposent d’aucun renseignements d’identité hormis le nom ou le

patronyme. il est à noter que 612 poilus ne sont pas cités sur un Monument aux Morts corse.

10258 poilus sont nés en Corse et 415 n’ont pas de lieu de naissance connu.

LA COMMUNE AYANT ENREGISTRÉ  le plus de pertes est celle de Bastia :509 morts. – V Poghju Marinaccia et San Gavinu di Fivnorbu ne comptent qu’un seul décés chacune ;

Le plus jeune  décédé est né en 1911 et le plus âgé ( un civil victime du torpillage de vapeur Balcan , est né en 1836 .

MILITAIREMANT ILS SE RÉPARTISSENT EN : 8159 hommes de troupe ( de soldat à caporal ) dont 307 marins et quartier-maître – 1962 sous-officier dont 23 offiniers mariniers – 968 officiers de

sous-lieutenant à colonel dont 28 mèdecins et pharmaciens et 12 officiers d’administration. On compte également 95 civils ( la plupart décédés lors du naufrage du Balkan ) 41 gendarmes et 94 inscrits maritimes

169 ne sont pas répertoriés .

5828 sont morts au combat , 694 ont disparu sur les champs de bataille , 25 sont morts gazés , 1830 succombent  suite de leurs blessures , 531 sont décédés ou disparus en mer , 1012 sont morts suite à des

mamadies contractées  en service ou en captivité , 248  morts de maladies non contractées en service . 105 sont morts en captivité en Allemagne   , 77 d’accidents en service commandé et 40 accidentellement

hors service , 11 lors de combats aériens . 995 sont mort de cause inconnue , indéterminée ou se duites de guerre.

LA PLUPART D’ENTRE EUX  ( 7149  ) sont mort dans les départements de l’est et du nord , les autres dans divers hôpitaux en France ou en Allemagne , 406 sur les front de Belgique , 209 de Turquie ,

99 de grèce et 469 se sont étenits dans les hôpitaux insulaires ou dans leur foyer .

MERCI AUX CHERCHEURS DE CETTE BASE DE DONNEE , UN TRAVAIL REMARQUABLE .

A     S U I V R E :   » La corse terre d’accueil pendant la Grande  Guerre .

 

 

 

 

 

 

25 mars 2017

LES  » POILUS  » CORSE ET LA GRANDE GUERRE …… suite 2

Borne de la Terre sacrée ... lieu-dit VIGNOLA ( Corse )  inaugurée en 1933

Borne de la Terre sacrée … lieu-dit VIGNOLA ( Corse )
inaugurée en 1933

 

bsaja000

"JUSTE UNE OMBRE " Jackie Paggioli " page méconnue , voire méconnue de l'histoire corse

« JUSTE UNE OMBRE « 
Jackie Paggioli  » page méconnue , voire méconnue de l’histoire corse

361413714

de Olivier MAESTRARI    1920

de Olivier MAESTRARI
1920

 »  LA CORSE MATIN   du 11 NOVEMBRE 2008

Avec 48 000 mobilisés sur une population de 270 000 âmes , l’île a connu une véritable levée en masse …. d’hommes qui dans leur grande majorité , iront grossir les rangs de l’infanterie.

Sébastin Ottavi écrit :   » La corse étant une île , elle avait un statut de place forte . Il était donc prévu de mettre sur pied des réservistes juqu’à

48 ans , quin’étaient pas censés combattre  . Dans la confusion du premier mois de guerre certain d’entre ces réservistes ont pourtant été envoyés

au front  » .

La Corse officielle tout en proclamant son patriotisme ( les élus )  demande des comptes .Le Ministère de la guerre admet qu’il y a un problème , mais ces hommes resteront en première ligne .

En avril 1915 ,l’Assemblée Nationale se pose des questions sur la façon dont sont conduits les conseils de révision de Corse ,des hommes étant envoyés au front sans avis médical . Interpellé par le

gouvernement . Le général commandant la région militaire dont dépend la Corse convient que ces conseils de revision sont sévères , mais nécessaires car les Corses mettraient de la mauvaise volonté à rejoindre

les armées.

Parfaitement au courant de ces situations en marhe du droit , il sera jeté dessus un  » voile pudique  » au lendemain de la guerre.Restera que cette mobilisation massive  a vidé l’île de ses hommes et elle a besoin

que la France  reconnaisse le sacrifice accompli quitte à vérifier le nombre de pertes.

En tout cas un coup de grâce asséné à cette société pastorale sur le déclin .

La bataille des historiens n’est pas terminée …. «    Il y aurait 1335 soldats locaux qui n’auraient pas été reconnus et le nombre de 13600 soldats inscrits sur les

Monuments aux Morts pourrait être erroné avec double inscription  » souligne Jean Raphaël Cervoni , historien co-auteur de l’ouvrage   » La Corse et la

Grande Guerre  » .

A       S U I V R E 

 

24 mars 2017

LES  » POILUS  » CORSE ET LA GRANDE GUERRE suite 1

MONUMENTS AUX MORTS DE L'ÉGLISE DE VALLICA

MONUMENTS AUX MORTS DE L’ÉGLISE DE VALLICA

 

SOLDATS CORSES EN 1914

SOLDATS CORSES EN 1914

 

 

MONUMENT AUX MORTS EGLISE DE GAVIGNANO

MONUMENT AUX MORTS EGLISE DE GAVIGNANO

 

MONUMENTS AUS MORTS DE BELGODÈRE

MONUMENTS AUS MORTS DE BELGODÈRE

LES HISTORIENS ET LE COMPTE DES MORTS CORSES EN 14-18 ….. A CHACUN

DE FAIRE SON OPINION

( au delà de ces réflexions nous reviendrons sur nombre de soldats Corses qui doivent

sortir de l’oubli )

sur le site  < http://felina.pagesperso-orange.fr/doc/reg/corse/rocard.htm > nous

pouvons lire :  » Pendant la guerre 1418 , on a mobilisé en Corse , comme on n’avait jamai faire sur le continent, jusqu’aux pères de six enfants.

De ce fait , encore en 1919 , il n’y avait en Corse ,presque plus d’hommes validespour reprendre les exploitations agricoles .

- les plus jeunes sont devenius postiers ou douaniers ;

la Corse devient une économie assistée.  »

ARTICLE DE LIBERATION  du 15 01 2014 de Cédric Mathiot et Baptiste Bouthier

La  » Corse comme toutes les régions rurales  a connula mobilisationd’une grandepartie de ses hommes …. beaucoup sont morts dans

l’infanterie et nombreux ceux qui ne sont pas revenus.

On parlait de 30 ou 40 000 morts Corses , mais l’hsitorien Paul Pellegrinetti évoque une fourchette entre 10 et 12 000 morts. Dés les années 1990 les gendarmes Corses ont fait le bilan des inscrits sur

les Monuments aux Morts pour obtenur un décompte précis.

Sur internet , un site nationaliste Corse écrit  :  » La Corse est le département français qui a eu le plus de morts …. avec ses 280 000 habitants en 1914 , elle a eu

 30 000 morts …. «   Il faudrait faire un calcul exact !   »  Impossible «   d’aprés l’historien Antoine Prost ..

il faudra exploiter les données « Mémoire des morts pour la France  » du Ministère de la Défense  qui recence nommément et par lieu de naissance , les 1,3 million de soldats péris au combat.

Yann Lagadec t jean -Yves Le Naou se sont livrés àce calcul . Il en ressort que le département ayant payé le plus lourd tribut à la Grande Geuere est la Lozère : 6239 natifs du département sont tombés

soit 5,8% de la population de 1916 . suit les Cotes-d’armor ( 4,26% ) , la corse 3,41 % … la moyenne nationale étant de 3,06% .

La Corse  a perdu son dernier poil , Joseph Mondolonien 2004 . aujourd’hui encore , toutes les composantes de la société sont présentes autour des Monuments aux Morts de l’île pour honorer

les Corses Morts pour la France.

Sébastien Ottavi , agrégé d’histoire écrit en ce qui concerne la mibilisation des corses aux premiers jours de la Grande Guerre :   »Deux visions se sont logiquement opposée . Une qui voit

dans l’engagement massif des Corses un moment d’apogée du patriotisme , et une autre , héritière des premiers régionalistes des années 20, qui

dénonce une exploitation quasi coloniale de la population insulaire durant le conflit ‘ . 

Ref : < compte des morts dela guerre 14-18 en corse : Elisabeth Pardon Hautefort  >

Photo du monument de l’église deVallica :   » le coq victorieux , le poilu et son ancêtre le Gaulois , la Vierge douloureuse de tous ses fils Morts pour la France  la croix , le drapeau Français … le

nom des disparus de Vallica …. TOUT Y EST DIT   » .

A          S U I V R E 

.

 

 

22 mars 2017

LES » POILUS  » CORSE PENDANT LA GRANDE GUERRE .

"in mémorian" 19141918 d'Arapà

« in mémorian » 19141918 d’Arapà

 

Poilus du 373 e R.I. dans la Voges en 1915

Poilus du 373 e R.I. dans la Voges en 1915

 

insigne du 373 e R.I.

insigne du 373 e R.I.

 

la fontaine du 6e bataillon du 373 e R.I. à chapelotte

la fontaine du 6e bataillon du 373 e R.I. à chapelotte

 

 stèle u 373e R.I.

stèle u 373e R.I.

LE GROUPE TRADITIONNEL CORSE  » ARAPÀ  » CHANTE LA PEUR ET L’ESPOIR DES SOLDATS DE 1914-1918

C’EST DANS  » VALEURS ACTUELLES  » du 2 mars 1917 que sous la signature de Olivier Maulin , une page est réservée à  » L’HOMMAGE CORSE AUX POILUS  » .

PENDANT LA GERRE 1914-1918 ,45 000 CORSES sont mobilisés et 12 000 d’entre eux tomberont au champ d’Honneur  . Ce sont ces soldats , mais aussi les autres  »  que le 23 octobre dernier le groupe corse

 » Arapà  » a rendu hommage à Verdun  pour le centenaire de la reprise du fort de Douaumont . Du 14 au 16 avril les trois chanteurs et leurs musiciens ont participé au centenaire de la bataille du  » Chemin des Dames »

Le 18 avril au matin , dans la forêt vosgienne des chants polyphoniques inhabituels  ont résonné dans cette vielle terre humide. Aprés une sonnerie  Aux Morts et une marseillaise ,l’hymne corse 

ponctuait l’inauguration d’une stèle en hommage aux soldats du 373e régiment d’infayerietombé héroïquement au col de La Chapelotte ( Meurthe-et-Moselle) , dernier verrou aprés la plaine de la lorraine  que se

disputèret violemmen Français et aAllemands au cours de la Grande Guerre   .

Surmotée d’un mouflon , la stèle reprenait l’emblème de ce régiment corse quis’était illustré dans les combats de montagne en 1915  .

L’album  » in Mémoriam du groupe  » Arapà  »  ( Arapà Prod , 20 E ) est composé de 21 hansons , 11 en corse , io en franàais .   » Il explore la peur et l’espoir de ces poilus au front , et oscille entre les cris de

comère face à l’absurdité d’un tel carnage et l’admiration émue pour des hommes aui ont vécu l’enfer avec un telcourage et une telle dignité .  »

« Si je mourais là-bas « d’Apollinaire ,  » Tu n’en reviendras pas «  d’Aragon ,   » Sott’alu ponte  de PetruSantu Leca d’Abori …. grande poésie ;

«  Protégé de Dieu sera celui / qui aura la chance de revenir / au pays natif et aimé   » écrivait Ghjuvan Andria Culioli dabns son poème  » saint-dié  » … laboureur ,

berger et poètedu sud de la Corrse , il est le grand- père de l’un des fondateurs d’Arapà , le chanteur Jacques cilioli . qui a glissé entre les chansons la lecture sur fond musical d’un court extrait du journal

d’un poilu ainsi que deux lettres de soldat du front trés émouvates.  » La butte rouge »du chansoniter Montéhus , « envoi du front «  de Jean Arbousset ( tombé en juin 1918 ) , « Sdradichere « 

de sonia Moretti , le splendide  » Verdun «  de Guiducci .

Un album d’une grande portée humaniste qui enchantera tous ceux qui l’écouteront .

NOTE : Nous allons consacrer quelques articles aux  » poilus  » CORSES de la Grande Guerre ….. une île que nous connaissons bien , parcourue en 1949 , puis il y a une quinzaines d’années au cours d’une

navigation à la voile , enfin d’un autre séjour il y a 5 ans ….. ue île ou est l’Epouse du  rédacteur de ce blog …. tout ce qui fait que nous avons pour les habitants de cette île enchanteresse et ses habitants

une grande admiration .  ET GRAND MERCI AU GROUPE AEAPÀ DONT LA CONNAISSANCE NOUS A INCITE  A PARLER  DES SOLDATS CORSES PENDANT LA GRANDE GUERRE .

 

       A     S U I V R E .

20 mars 2017

 » LA LEGION DES MILLE  » ….  » Le devoir et plus que le devoir  »

Insigne de la " Legion des Mille "

Insigne de la  » Legion des Mille « 

 

Medaille de l'engagé volontaire

Medaille de l’engagé volontaire

LA  » LEGION DES MILLE  » EST UNE ASSOCIATION CRÉE PAR  UZENAT  REGROUPANT LES 1000 PLUS JEUNES ENGAGÉS VOLONTAIRES DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE .

L’article 15 des statuts de cette association prévoyait sa dissolution au décés du dernier de ses membres .

Son nom a été choisi en souvenir du   » Groupement des Mille  »  crée par le patriode Italien Guiseppe Garibaldi dont les descendants participèrent

à une  » Légion italienne  » venue combattre sur le sol français dés les premiers jours de la Grande Guerre .

La  » Légion des Mille  » cpmprenait 999 membres actifs chosis parmi les jeunes les plus jeunes et les plus méritants   volontaires ayant combattu

dans les armées françaises pendant la Grande Guerre .

La qualité  » numéro un  » a été attribuée à Désiré BIANCO mort au combar à dix sept ans le 8 mai 1915 ( cf notre article du 18 03 2017 )

Aprés Désiré BIANCO , la Légion comptait un volontaire de 14ans 1/2 , cinq volontaires de 15 ans , 18 volontaires de16 ans , 10 volontaires de 16 1/2 ans , les autres légionnaires entre

17 et 18 1/2 ans , les 12 plus vieux ayant entre 19 et 20 ans.

QUELQUES UN DE CES JEUNES ANONYMES DE LA LEGION :

- FRANÇOIS SIFFRE  , co-fondateur de la Légion , réussit à se faire engager à moins de 17 ans aprés s’être glissé durant 15 jours dans une multitude de trains et convois successifs .

- Jean François PERETTRE , engagé à 17 ans  a été décoré à19 ans par le général ETIENNE pour son courage et ses blessures dans l’artillerie d’assaut ;

- Marcel BEYLAY , engagé à 17 ans dans le régiment ou venaient de mourir deux de ses frères :

- Yvon NICOLAS n’a pas attendu 17 ans avant de recevoir la Médaille Militaire pour avoir résisté à l’znnzmi seul avec son servant de mutrailleuse ;

-  Alain PICO avani fais le mur du Prythanée pour regagner le régiment ou son Père avait servi , il y montra un courage exceptinnel ;

-  Raoul ESTRIPAUT , alors âgé de 15 ans , avait été découvert mourant de faim aprés trois jours de jeûne , vaché dans une soute à munitions dans un transport de troupe partant pour le front d’Orient ;

- Auguste THIN eut l’honneur de choisir le  » Soldat Inconnu  » parmi les cercueils de huit poilus exhumés de part et d’autre de la ligne de front .

Nombreux sont les actes de bravoureet de téacité donnés par ces jeunes volontaires , prêts à déjouer les obstacles  pour servir malgré leur jeune âge . Une grande partie de ces

Légionnaires sont revenus invalides .

L’INSIGNE DE LA  » LEGION DES MILLE «  

IL A ÉTÉ CRÉE PAR ROBERT LOUIS , ALLÉGORIE DE L’UNION ET DE LA SOLIDARITÉ DE CEUX QUI , MORTS AU COMBAT OU VIVANTS  ont sacrifié leur jeunesse pour défendre leur Patrie.

Il est constitué d’un chêne dont une moitié ( gauche dédiée au souvenir ) dont les rameaux sont morts ) tandis que l’oure moitié  ( droite dédiée à l’avenir ) porte de vigoureux rameaux et

de  DIX GLAIVES dont la pointe s’unit sous les rameaux du chêne , gardes se chevauchant .

LE DERNIER MEMBRE DE LA   » LEGION DES MILLE  » EST DECEDE EN 2003 , DATE  QUI A VU LADISSOLUTION DE L’ASSOCIATION .

ref : Wikipédia : la legion des mille      -   La légion des mille eb 1914  par grégory de Moulins Beaufort .

 

 

 

 

18 mars 2017

DESIRE BIANCO , LE PLUS JEUNE MORT POUR LA FRANCE PENDANT LA GRANDE GUERRE

Désiré Bianco

Désiré Bianco

 

desire_bianco

th-3

fiche matricule de Désiré BIANCO

fiche matricule de Désiré
BIANCO

 

Désiré BIANCO

Désiré BIANCO

 

Monument à Désiré Bianco

Monument à Désiré Bianco

DESIRE BIANCO , UN JEUNE POILU DE 13 ANS  …. LE PLUS JEUNE MORT POUR LA FRANCE PENDANT LA GRANDE GUERRE .

«  LE NOM DE CET ENFANT POURRAIT ETRE INSCRIT AU PANTHEON DES GRANDS FRANCAIS  » écrit Gaston DOUMERGUE ancien Président de la République .

Son nom est ujourd’hui tombé dans l’oubli ….. que ce destin exceotionnel ne soit pas inscrit dans livres d’histoire de France ?

UN ANONYME DONT NOUS SOUHAITONS PARLER DANS CE BLOG consacré à Kléber DUPUY , le défenseur du fort de souville , les 11 et 12 juillet 1916 , avec ses soldats de la

3° Cie du 7 °Régiment d’Infanterie et à la guerre 1914-1918 , la bataille de Verdun en particulier .

QUI ETAIT CE JEUNE AU DESTIN PARTICULIER ? 

Il est né à Caragioi ( Ilalie ) le 4 avril 1912 – et non à Marseille comme on peut le lire sur certain site … cf : sa fiche matricule – .Comme d’autres familles de paysans du Piémont , les BIANCO émigrent en

france et s’installent à Marseille . Ils vivaient prés de la caserne des Hussards que Désiré admirait.

En 1914 , à la déclaration de la guerre , Désiré a 12 ans et comme nombre de jeunes de son âge , il veut  » voir  » la guerre …. et prendre part à la défense de la France. A deux reprises  il se cache dans un train

militaire en partance pour la Meuse , par deux fois il est ramené à famille. Mais Désiré n’écoutant que ses sentiments et son enthousiasme parvie,t , le 2 mai 1915 à embarquer clandestinement

sur  » LE FRANCE  »  transport de troupe chargé de convoyer le 58éme Régiment d’Infnterie Coloniale dans les Dardanelles ( Turquie ) . Le navire est déjà en haute mer morsque le soldat louis NICOLAS le

découvre . Impossible de faire demi-tour .Désiré , bien tropjeune pour être enrôlé devient pupille du Régiment . On lui donne un fusil et on lui trouve un  uniforme de marsouin .

Le 6 mai 1915 le 58éme Régiment d’Infanterie Coloniale débarqueà Gallipoli sous le tir des mitrailleuses turques. Le lendemain le régiment monte à l’assaut d’un fortin perché sur une crête. Les soldats sont

bloqués à 100 mètres de leur objectif . Au matin du 8 mai l’ordre est donné de prendre le fortin coûte que coûte . Louis NICOLAS donne l’ordre à Désiré de rester dans la tranchée . Mais Désiré BIANCO ,

tenant de la main droite le sabre du lieutenant se lance en avant en criant :  » EN AVANT , A LA BAIONNETTE !  » .

DÉSIRÉ EST TUÉ ET JAMAIS ON NE RETROUVERA SON CORPS .Pour l’enfant – soldat , la guerre n’aura duré que deux jours .

Rentrés en france , ses compagons d’armes demandent qu’on lui rende hommage . Son cas est hors normes . C’est avec l’accord du général JOFFRE , chef des armées , qu’il est cité à l’ordre de l’Armée

le 30 août 1916 .

Son souvenir resurgit une vingtaine d’années plus tard .En 1935 , d’anciens  » poilus  » créent la  » Légion des ùùùùmille  » regroupant les 1000 plus jeunes combattants volontaires  de la guerre 1914-1918 .

Désiré BIANCO est reconnu le plus jeune . L’ancien Président de la République Gaston DOUMERGUE écrira : » le nom de cet enfant pourrait êtrre inscrit au Panthéon des Grands hommes  » . 

Le 17 mai 1936 à Toulon , le buste de désiré BIANCO est dévoilé ( à côté de l’hôpital militaire )  en présence de ses parents au cours d’une cérémonie militaire  .

MAIS EN 2016 , qui se souvient de Désiré BIANCO , Mort pour la France , à 13 ans à plus de 200 kilomètres de son pays .

CITATION A L’ORDRE DE L’ARMÉE :  »  JEUNE ENFANT DE 13 ANS , N’ÉCOUTANT QUE SES SENTIMENTS ENTHOUSIASTES  EST PARVENU À SE GLISSER SUR LE TRANSPORT  » LA FRANCE  »

AVEC LES HOMMES DU 58E RIC  EMBARQUÉ SUR CE PAQUEBOT . DÉBARQUÉ À SIDUL BAHR DARDANELLES  AVEC CE REGIMENT , A FAIT PREUVE DE

VAILLANCE ET DE COURAGE  A L’ASSAUT DU 8 MAI 1915 OU IL A ETE TUE EN S’ELANCANT  AUX CRIS DE  » EN AVANT , A LA BAIONNETTE  » .

DÉCORATION : Médaille Militaire

Médaille d’or de la bravoure militaire Serbe

Une avenue de Marseille porte son nom .

ref:   » l’Express » du 6 novembre 2008 sous la signature de Boris thiolay .  -   < Désiré Bianco : photos >

 

14 mars 2017

LA VILLE DE MARMANDE (47) ET LE CENTENAIRE DE LA GUERRE 14-18 …. suite 6

Stèle inaugurée en juillet 1969 à K. Dupuy et ses soldats

Stèle inaugurée en juillet 1969 à K. Dupuy et ses soldats

 

a droite Marcel GUISNIER pendant l'inauguration de la stèle

a droite Marcel GUISNIER
pendant l’inauguration de la stèle

 

Louis CONTE oendant  de son discours  lors l'inauguration de la stèle

Louis CONTE oendant de son discours lors l’inauguration de la stèle

NOUS TENONS A PROLONGER LE  » CAHIER D’HISTOIRES N°2  » POUR PARLER D’AUTRES ANONYMES QUI ETAIENT AVEC KLEBER DUPUY POUR LADÉFENSE DU FORT DE SOUVILLE

J E     N ‘ E T A I S     Q U E   L’ U N    D E U X  »  Kléber Dupuy

Avec l’Equipe des Archives Municipales de Marmande ( article précédent ) nous avons parlè  de

Kléber DUPUY  -lieutenant – et du soldat Henry CABROL – agent de liaison -.Il convient de rendre

hommage à d’autres anonymes  ;  nous parlerons de l’Aide-Major Louis CONTE et du

sous-Lieutenant Auguste D’ORGEMENT ET CITERONS LES NOMS DE CEUX DE LA 3° CIE DU 7*

R.I.

QUI ONT ÉTÉ CITÉS POUR LEUR action lors de l’action du Fort de Souville , les 11 et 12 juillet 1916.

                  LE MEDICIN AIDE-MAJOR LOUIS CONTE

Le 12 juillet à trois heures du matin , le bombardement redoublait sur le fort de Souville et ses abords avec des obus de 380 et 420et la colonne ennemie se dirigeait vers le fort.

Le capitaine POPIS avait envoyé deux coureurs vers le fort , mais tous deux avaient été tués. Il faisait part de ses craintes au mèdecin aide-major Louis CONTE qui dit sans hésiter : «  j’y vais «  

et oublieux de sa croix-rouge , dans la nuit , sous les bombes , en marchant , courant , rampant de trous d’obus à trous d’obus , il parvint à rejoindre le fort et surgir devant DUPUY «  Ils arrivent , il te

faut envoyer immédiatement une patrouille , voir ce qui se passe «  

Quel respect  et quelle admirations nous devons à ce jeune mèdecin , dont bien peu connaissent son action héroïque …. qui ne lui a valu , ni citation , ni médaille …UN DE CES NOMBREUX

ANONYMES DE LA GRANDE GUERRE .

LE SOUS-LIEUTENANT AUGUSTE D’ORGEMENT

Le sous-lieutenant Auguste d’orgement était un de ces 60 hommes de la 3° Cie du 7° R.I. qui avaient pu , avec Kléber Dupuy rejoindre le fort de Souville et s’y installer pour en assurer la défénse.

Le mèdecin aide-major Louis CONTE ayant donné l’alerte Kléber Dupuy envoie une patrouille de reconnainssance commandée par le sous-lieutenant D’ORGEMONT ,

elle retourne rapidement au fort  »  Ils arrivent « hurle  » Auguste D’ORGEMONT

Aprés avoir rejeté les allemands qui avient atteint  la superstructure du fort , le lieutenant Kléber DUPUY ordonne au sous-lieutenant auguste  d’ORGEMONT et au Sergent GUISNIER de nettoyer la

superstructure du fort des allemands qui s’y trouveraient encore . …. brusquement notre artillerie , vers 09 heures , bombarde me fort avec violence, le croyant aux mains des allemands qu’ils avaient vu atteindre

le fort .      Le sous-lieutenant Auguste D’ORGEMENT tombe mortellement blessé par un éclat d’obus …. était français ou allemand car ceux ci bombardaient également le fort , ne sachant pas eux non plus qui le

possédait .

Auguste D’ORGEMONT EST CITÉ À L’ORDRE DE L’ARMÉE , mais la LEGION D’HONNEUR  ne luisera attribuée que le 19.04.1919

OUTRE KLEBER DUPUY , KLEBER DUPUY ET HENRI CABROL ( cités ) 16 hommes de la 3° Cie obtinrent des citations:

Nous n’avons relevé que celles ayant la date des 11 et 12 juillet . il est possible que trois  autres noms pourraient les rejoindre ,la citation étant de la même date , mais sans préciser dans leur contenu  , 11 et ou 12

juillet ( agent de liaison et brancardier )

CORPS D’ARMÉE :

ANTOINE LACLAUTRE    sergent – AUGUSTE GENTIL  caporal – RAYMON RAFFIN   sergent – MARTIN BILLOT sergent .

DIVISION :

THEOPHILE BONHOMME    caporal – JEAN REBOURS   caporal – MAXIME RICHARDEAU  soldat agent de liaison – ELIE LALIE   sergent – EDOUARD BERTHO  soldat –  JEAN LEYMARIE soldat

brancardier

BRIGADE

FRANCIS POUESSEL   caporal – JEAN DELIAS   soldat  -  FAUSTIN BERGON   soldat agent de liaison – JEAN GUENON  soldAT  agent de liaison – FIRMIN BEX    soldat –  BALESTE BALY  caporal.

MERCI à l’Equipe des Archives Municipales de Marmande , qui par son action , nous a incité à écricre ces lignes.

NOEE: pour plus d’informations sur Louis Conte : < un anonyme de la Grande guerre , l’aide- major louis Conte >  21 07 2012 –     < d’autres anonypes de la défense du fort de souville – 24 07 2014 >

sur notre site  < http://httpdupuyblogspotcom.unblog. fr >

 

11 mars 2017

LA VILLE DE MARMANDE (47) ET LE CENTENAIRE DE LA GUERRE 14-18 …. suite 5

Kleber DUPUY

Kleber DUPUY

 

sentinelle au fort de Souville

sentinelle au fort de Souville

 

Léon Buffet lors d'une cérémonie du souvenir

Léon Buffet lors d’une cérémonie du souvenir

 

rencontre à Talende de Léon Buffet et de kléber Dupuy  (alité )

rencontre à Talence de Léon Buffet et de kléber Dupuy (alité )

 

Henry CABROL en 1965 -remise de la médaille de Verdun

Henry CABROL en 1965 -remise de la médaille de Verdun

 

le fort de Souville aprés la bataille

le fort de Souville aprés la bataille

LE FORT DE SOUVLLLE ….. le seul fort statégique autour de Verdun qui n’ait pas été conquis par les Allemands 

11 JUILLET : LE MIRACLE DE SOUVILLE

         TENIR LE FORT

 » Place  stratégique pour déferler sur Verdun , le fort de Souville fait l’objet de toutes les atentions allemandes … et de tous les bombardements  » C’est la dernière offensive pour déferler sur Verdun.

Dans ce  » Cahier d’histoires n°2  » l’Equipe des Archives Municipales de la ville de Marmande ,a  lié l’action du  » chef  »  ( kléber Dupuy )à celle d’un de ses soldats le coureur Henry Cabrol .

Pour l’auteur de ce blog ( le neveu de kléber dupuy ) une grande satisfaction ….. cette Equipe a compris que l’officier quelle que soit sa valeur et sa compétence , ne peut rien sans les soldats qui sont

sous ses ordres, sans leur confiance et leur courage et  que tous ont droit à la même reconnaissance . D’ailleurs , Kléber Dupuy répondait toujours à ceux qui lui disaient qu’il était un héros «  JE N’ÉTAIS QUE L’UN D’EUX  » .

 » Lorsque le 11 juillet 1916 , le lieutenant =dupuy arrive dans le fort de Souville, il découvre une poignée de sodats intoxiqués par les gaz . Il prend aussitôt le commandement des rescapés, dégageles issues

souterraines , poste des hommes armés et fait évacuer le plus grand nombre possible de malades et de blessés.

UN HOMME ORDINAIRE

 » Henry CABROL , originaire du fort , occupe le poste de coureur à Souville , c’est à dire de porter des messages .Le 11 juillet 1916 , CABROL livre au commandement la missive écrite parle lieutenant Dupuy:

« ….. A souville, tout est bouleversé . Le commandant du fort est intoxiqué ; la garnison hors de combat . sauf ordre contraire , je reste au fort et

j’en assure la défense « Les aller et reo-tout d’Henry CABROL s’effectuent sous un déluge d’obus de 380 et 420  qui pilonnent les lieux sans interruption .

 » En avril 1917 , il s’illustre , toujours au côté du lieutenant Dupuydans la conquête des Monts de champagne qui consolide l’avancée française sur les troupes allemandes

 » Le 31 mai 1918 ; lors de la seconde bataille de la Marne , il sauve son ami +Dupuy , devenu capitaine , grièvement blessé et laissé pour mort dans uns grange , en le portant sur son dos pour le mener à

l’Etat-Major .Grâce à son courage , Henry CABROL obtient trois citationsdans l’ordre de la broigade, du régiment , de l’Armée . Mais ce n’est que la 25 juin 1965 , un an avant sa mort qu’il reçut la Médaille de

Verdun . Henri CABROL , un homme ordinaire , était enfin reconnu comme un homme extraordinaire  » .

NOTA :

 » Toute la nuit suivante , le pilonnage devient  » inouï  » et dés l’aube la troupe allemande atteint les abords du fort .avec sa poignée d’hommes ,le lieutenant dupuy s’élance dans une violente lutte à la grenade , à

la mitrailleuse et au corps-à-corps . A 21h30 à foece de cporage , Kléber dupuy et ses soldats font reculer l’ennemi .

 » Le fort de Souville échappe aux Allemands. «  Qui a sauvé le fort ? Témoigne un commandant français: «  un jeune et admirable lieutenant d’infanterie . « 

UN HOMME ORDINAIRE 

« Henry CABROL , originaire du Tarn , occupe le poste de coureur ,c’est à dire qu’il est porteur de messages . Le 11 juillet 1916 , Cabrol libre au commandement la missive écrite par le lieuteneant Dupuy .

 »   …. A souville , tout est bouleversé.Le commandant du fort est intoxiqué : la garnison hors de combat . Sauf ,orfre contraire , je reste au fort et

en assure la défense «  Les allers -retours d’Henry Cabrol s’effectuent sous un  déluge d’obus de 380 et 420 qui pilonnent les lieux sans interruption.

 » En 1917 , il s’illustre , toujours au côté du lietenant Dupuy , dans la conquête des Monts de Champagne ( note ndlr : à la prise du casque )

 » Le 31 mai 1918 , lors de la seconde bataille de la Marne , il sauve son ami dupuy , devenu capitaine , grièvement blessé et laissé pour mort dans une grange , en le portant sur son dos pour le mener à

l’Etat-Major . Grâve à son courage , Henry Cabrol obtient trois citations dans l’ordre de la brogade , du régiment , de l’ Armée . Mais ce n’est que le 25 juin 1963 , un an avant sa mort , quil reçut la médaille de

Verdun. Henry Cabrol , un  homme ordinaire , était enfin reconnu comme un homme extraordinaire.  »

Note ndlr : –  Dans le dernier article nous avons parlé de Léon BUFFET  un des héros du fort de Vaux . Vous trouverez dans cet article la photo de sa vite à Kléber DUPUY ,  le samedi 25 juin 1963 … la rencontre

entre deux de Verdun…. 47 ans aprés cette bataille gigantesque .

- Le sous-titre   »le miracle de souville estité de  » géohitoire N° spécial centenaire 2016  »

Le prochain article prolongera le récit de ce  » Cahier d’histoires n° 2 , concerant le fort de Souville par une note complémentaire (ndlr ) sur d’autres anonymes qui , avec Kléber Dupuy , ont

défendu victorieusement le fort de Souville les 11 et 12 jillet 1916 .

A     S U I V R E   

 »

 

 

 

 

 

10 mars 2017

LA VILLE DE MARMANDE ( 47 ) ET LE CENTENAIRE DE LA GUERRE 14-18 …. suite 4

Le Cdt. RAYNAL et "QUIQUI" la mascotte du fort de Vaux

Le Cdt RAYNAL

 

le pigeon "  VAILLANT "

le pigeon  » VAILLANT « 

IMG_4648IMG_4642 »  MON CAHIER D’HITOIRES  N° 2  MET EN SCÈNE UNE   » HISTOIRE  »  avec des personnages fictifs  et  des extraits de correspondance  de Poilus : le ravitaillement des

premières lignes avec les risques d’y perdre la vie …..

et  quatre pages  » LES FORTS DES HEROS  » : Vaux , Souville , Douaumont , trois forts qui ont laissé leur nom dans l’histoire de la bataille de Verdun .

Deux de ces forts ont été conquis par les allemands et repris a lafinde la bataille de Verdun :

LE FORT DE DOUAUMONT

IL est tombé dés le début de la bataille , le 25 février 1906 , alors qu’il n’était gardé que par  , CHENUT , un gardien de batterie de soixante ans et 64 territoriaux de l’artillerie . Aprés plusieurs tentatives

il a été repris le 24 octobre 1916  par un milliers d’ hommes  » portant la bannière du régiment d’infanterie coloniale du Maroc , renforcé par un bataillon de Sénégalais « …. mais 852 tués , blessés ou disparus .

Le 6 novembre 1916 , fait rare pour être signalés , le drapeau du régiment a été décoré de la Légion d’honneur par le Président de la République , Raymond Poincaré.

LE FORT DE VAUX 

Il est tombé le 7 juin 1916 aorés un assaut de sept jours  , sous un feu ininterrompu …. la garnison de 298 soldats cimmandés par le commandant RAYNAL S’EST DÉFENDU AVEC ACHAREMENT ET

HÉROÏSME … privés d’eau , les hommes dont du boire leur urine , lécher les parois humides des murs du fort pour tenir : Le comandant RAYNAL a déclaré   » C’est la soif qui a fait se rendre mes

hommes et non leur manque de courage . « 

Le  » Cahier d’histoires  » met en évidence  le pigeon VAILLANT … le dernier pigeon du fort  , celui de la dernière chance , lâché le 4 juin à 11h30 …..  IL est arrivé à son destinataire gravement intoxiqué , à moitié

mort . Un épisode nous permettant de signaler l’action importante des animaux dans cette guerre : pigeons , chiens , mules ,ânes , chevaux .

NOUS PENSONS nécessaire de  rajouter le nom de l’aspirant léon BUFFET, un héroïque soldat ayant fait pruve de courage , d’intelligence , d’observation , de sens du devoir , il est normal de lui rendre hommage.

Il fallait à tout prix prévenir l(état-major de la situation de la garnison du fort et l’on ne savait pas si  » Vaillant  » était arrivé à son destinataire.C’est le commandant RAYNAL qui choisit Léon BUFFET pour

cette mission «  Buffet , c’est probablement à la mort que je vous envoie , vous avez 90% de chances d’y rester …Rien ne vous oblige à accepter  » ….

 » Je le sais mon commandant «  et il part avec le caporal  GUILLANTO qet quelques hommes ( ils sont neuf ) . BUFFET parvient à rejoindre l’tétat – major pour rendre compte de sa mission …

seulement  ils ne sont plus que cinq . il est conduit auprés du général LEBRUN . Aprés discussion le général jui dit : «  Je n’ai pas le droit de vous renvoyer là-bas , vous avez 95% de

chances de trouver la mort  » ….  » Mon général , permettez-moi d’insister , je désire retourner au fort  » .Il repart avec le srerent FRETTE , qui s’est spondéclaré

déclaré volontaire et ils réussissent à rejoindre le fort.

Le 25 juin 1963 à 18 heures  Léon Buffet s’est retrouvé au domicile de Kléber Dupuy ( alité ) …. une rencontre symbolique et touchante entre deux héros de Verdun …. 47 ans aprés cette

bataille gigantesque .

Léon Buffet est décédé à Perpignan le 20 octobre 1966  ( vous trouverez sa photo sur l’article suivant ) ….. Kléber dupuy à Talence le 16 octobre 1966.

NOTE : SUR CE SITE VOUS POUVEZ TROUVER: LE 02/10/2012  < RNECONTRE ENTRE DEUX HÉROS DE VERDUN , LÉON BUFFET ET KLÉBER DUPUY >

LE 05/10/2016 < LEON BUFFET ET LE FORT DE VAUX >

A     S U I V R E  : Souville.

 

7 mars 2017

LA VILLE DE MARMANDE ( 47 ) ET LE CENTENAIRE DE LA GUERRE 14-18 … suite 3

Maison  de convalebcence à Marmande -1914

Maison de convalebcence à Marmande -1914

 
IMG_4641

Prisonniers Allemands à Marmande   - automne 1914

Prisonniers Allemands à Marmande – automne 1914

        LA GUERRE SE MANIFESTE  , AUSSI , DANS MARMANDE :

                       SOIGNER EN URGENCE

          Dés le debut de la guerre , les blessés sont nombreux et doivent être répartis dans les divers hôpitaux de France .

A Marmande , l’hôpital ne suffisant plus , un hôpital auxiliaire (N°4 ) est crée dans les murs du collège de garçons ,  le 29 août 1914.

Deux hôpitaux bénévoles ouvrent les 25 et 17 septembre 1914 . 160 lits supplémentaires dépendant le la 17e section d’infirmières militaires de Toulouse

permettent de faire face à l’afflux de soldats.

ENTRE PARENTHESES

Les blessés soignés doivent quitter l’hôpital et rejoindre un lieu de convalescence. A Marmande , une maison de convalescence  est crée rapidement , 

annoncée dans le journal  » La Petite Gironde  » ( l’ancêtre de Dud-Ouest ) le 24 septembe 1914 . Les blessés ne pouvant être rapartiés chez eux y

reprennent des forces . L’établissement est placé sous les auspices du Ministère de la guerre .  » Les dépenses sont assurées par des – engagements individuels  - qui procurent les ressources mensuelles

nécessaires à son fonctionnement  » .

SOUS BONNE GARDE

DE NOMBREUX PRISONNIERS  Allemands sont faits , eux aussi doivent être répartis dans diverses villes de garnison. Marmande reçoit les premiers siens , au nombre de 400 dés l’automne 1914 .

Ils sont contonnés dans divers barraquements et dans un immeuble …. mais rapidement il convient de trouver un autre site , ce sera l’ancienne scierie Belloc , réquisiotionnée .

Les prisonniers sont occupés à des tâches diveses  , aà Marmande en particulier pour le netoyage et l’entretien des digues à Coussan.

NOTE : La gand mére  maternelle de l’auteur de ce blog , Maria Vaisse , à dans la ville de Sos ( lot-et-garonne )  été employée bénévolement dans une maison de convalescence pour blessés français.

N.B:  je précise , à nouveau , que ces articles sur la commémoration de la Grande Guerre à Mamrande , spnt rédigés à partir du  » Chahier d’histoires  » rédigé par l’Equipe des Archives Municipales  »

de la ville ( édition Ville de Marmande )

A     S U I V R E 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PAS SEULEMENT LES HOMMES AU COMBAT …. MAIS AUSSI LES HOMMES BLASSES A SOIGNER DANS LA VILLE DE MARMANDE

12345...50

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...