Écrit

LA VILLE DE MARMANDE (47) ET LE CENTENAIRE DE LA GUERRE 14-18 …. suite 5

Kleber DUPUY

Kleber DUPUY

 

sentinelle au fort de Souville

sentinelle au fort de Souville

 

Léon Buffet lors d'une cérémonie du souvenir

Léon Buffet lors d’une cérémonie du souvenir

 

rencontre à Talende de Léon Buffet et de kléber Dupuy  (alité )

rencontre à Talence de Léon Buffet et de kléber Dupuy (alité )

 

Henry CABROL en 1965 -remise de la médaille de Verdun

Henry CABROL en 1965 -remise de la médaille de Verdun

 

le fort de Souville aprés la bataille

le fort de Souville aprés la bataille

LE FORT DE SOUVLLLE ….. le seul fort statégique autour de Verdun qui n’ait pas été conquis par les Allemands 

11 JUILLET : LE MIRACLE DE SOUVILLE

         TENIR LE FORT

 » Place  stratégique pour déferler sur Verdun , le fort de Souville fait l’objet de toutes les atentions allemandes … et de tous les bombardements  » C’est la dernière offensive pour déferler sur Verdun.

Dans ce  » Cahier d’histoires n°2  » l’Equipe des Archives Municipales de la ville de Marmande ,a  lié l’action du  » chef  »  ( kléber Dupuy )à celle d’un de ses soldats le coureur Henry Cabrol .

Pour l’auteur de ce blog ( le neveu de kléber dupuy ) une grande satisfaction ….. cette Equipe a compris que l’officier quelle que soit sa valeur et sa compétence , ne peut rien sans les soldats qui sont

sous ses ordres, sans leur confiance et leur courage et  que tous ont droit à la même reconnaissance . D’ailleurs , Kléber Dupuy répondait toujours à ceux qui lui disaient qu’il était un héros «  JE N’ÉTAIS QUE L’UN D’EUX  » .

 » Lorsque le 11 juillet 1916 , le lieutenant =dupuy arrive dans le fort de Souville, il découvre une poignée de sodats intoxiqués par les gaz . Il prend aussitôt le commandement des rescapés, dégageles issues

souterraines , poste des hommes armés et fait évacuer le plus grand nombre possible de malades et de blessés.

UN HOMME ORDINAIRE

 » Henry CABROL , originaire du fort , occupe le poste de coureur à Souville , c’est à dire de porter des messages .Le 11 juillet 1916 , CABROL livre au commandement la missive écrite parle lieutenant Dupuy:

« ….. A souville, tout est bouleversé . Le commandant du fort est intoxiqué ; la garnison hors de combat . sauf ordre contraire , je reste au fort et

j’en assure la défense « Les aller et reo-tout d’Henry CABROL s’effectuent sous un déluge d’obus de 380 et 420  qui pilonnent les lieux sans interruption .

 » En avril 1917 , il s’illustre , toujours au côté du lieutenant Dupuydans la conquête des Monts de champagne qui consolide l’avancée française sur les troupes allemandes

 » Le 31 mai 1918 ; lors de la seconde bataille de la Marne , il sauve son ami +Dupuy , devenu capitaine , grièvement blessé et laissé pour mort dans uns grange , en le portant sur son dos pour le mener à

l’Etat-Major .Grâce à son courage , Henry CABROL obtient trois citationsdans l’ordre de la broigade, du régiment , de l’Armée . Mais ce n’est que la 25 juin 1965 , un an avant sa mort qu’il reçut la Médaille de

Verdun . Henri CABROL , un homme ordinaire , était enfin reconnu comme un homme extraordinaire  » .

NOTA :

 » Toute la nuit suivante , le pilonnage devient  » inouï  » et dés l’aube la troupe allemande atteint les abords du fort .avec sa poignée d’hommes ,le lieutenant dupuy s’élance dans une violente lutte à la grenade , à

la mitrailleuse et au corps-à-corps . A 21h30 à foece de cporage , Kléber dupuy et ses soldats font reculer l’ennemi .

 » Le fort de Souville échappe aux Allemands. «  Qui a sauvé le fort ? Témoigne un commandant français: «  un jeune et admirable lieutenant d’infanterie . « 

UN HOMME ORDINAIRE 

« Henry CABROL , originaire du Tarn , occupe le poste de coureur ,c’est à dire qu’il est porteur de messages . Le 11 juillet 1916 , Cabrol libre au commandement la missive écrite par le lieuteneant Dupuy .

 »   …. A souville , tout est bouleversé.Le commandant du fort est intoxiqué : la garnison hors de combat . Sauf ,orfre contraire , je reste au fort et

en assure la défense «  Les allers -retours d’Henry Cabrol s’effectuent sous un  déluge d’obus de 380 et 420 qui pilonnent les lieux sans interruption.

 » En 1917 , il s’illustre , toujours au côté du lietenant Dupuy , dans la conquête des Monts de Champagne ( note ndlr : à la prise du casque )

 » Le 31 mai 1918 , lors de la seconde bataille de la Marne , il sauve son ami dupuy , devenu capitaine , grièvement blessé et laissé pour mort dans une grange , en le portant sur son dos pour le mener à

l’Etat-Major . Grâve à son courage , Henry Cabrol obtient trois citations dans l’ordre de la brogade , du régiment , de l’ Armée . Mais ce n’est que le 25 juin 1963 , un an avant sa mort , quil reçut la médaille de

Verdun. Henry Cabrol , un  homme ordinaire , était enfin reconnu comme un homme extraordinaire. « 

Note ndlr : –  Dans le dernier article nous avons parlé de Léon BUFFET  un des héros du fort de Vaux . Vous trouverez dans cet article la photo de sa vite à Kléber DUPUY ,  le samedi 25 juin 1963 … la rencontre

entre deux de Verdun…. 47 ans aprés cette bataille gigantesque .

- Le sous-titre   »le miracle de souville estité de  » géohitoire N° spécial centenaire 2016 « 

Le prochain article prolongera le récit de ce  » Cahier d’histoires n° 2 , concerant le fort de Souville par une note complémentaire (ndlr ) sur d’autres anonymes qui , avec Kléber Dupuy , ont

défendu victorieusement le fort de Souville les 11 et 12 jillet 1916 .

A     S U I V R E   

« 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...