Écrit

LA BATAILLE DU CHEMIN DES DAMES … suite 4

Extrait du JMO du iiè R.I.

Extrait du JMO du iiè R.I.

 

Extrait du JMO du 11è R.I.

Extrait du JMO du 11è R.I.

 

citation d'Augustin CABOT du 3ème Bataillon du 7ème R.I. - prise du " casque "

citation d’Augustin CABOT du 3ème Bataillon du 7ème R.I. – prise du  » casque « 

hilh_de_putaSUR SON SITE <  Les frères cabot dans  la grande guerre > MARIE-HELENE CABOT  A ECRIT LE 30 AVRIL2017  , un  » billet  » concernant la bataille du   »  Bois du Casque   » au cours de laquelle le

30 avril 1917

son Oncle , AUGUSTIN CABOT  » , du 3 ème bataillon du 7ème R.I. , o obtenu une citation à l’ordre du régiment.

 » Ordre du Régiment  N° 52   » Augustin Cabot … a montré pendant le combat du 30 avril , de rares qualités d’audace , de sang-froid . A réussi à repousser l’ennemi qui essayait de reprendre du terrain .

Nettoyant un abri a contribué à faire 14 ptisonniers « 

Ndlt : Sur notre site les 07-11-13-13-octobre 2016, nous avons publié quatre billets  Kleber dupuy et la 3ème Cie du 7ème R.I. – avril 1617: la prise du casque >

HIER SUR LE SITE  < courantalternatif @orange.fr > dans les documents somplémentaires , au titre   » Morts pour la France  »  nous avons relevé un billet  relatant quelques lignes  du JNO ( journal de marche et

opérations ) du 11ème R.I. , concernant la prise  » Du Casque  » et du  » Têton  » courant Avril 1917 , au cours du quel quelques  » erreurs  » de notre artillerie ont été constatées .

Le 18 avril , une première attaque a eu lieu :

« Schweig ( 1 km de Montrevilliers ) Le tir de l’A.L. est demandé sur montrevilliers , le camp Petersdof et les cmeminements qui en débouchent . Ce

tir d’avord bon , devient vite trop court et tombe sur le Têton , causant des pertes dans les deux bataillons qui souffrent déjà du tir des

mitrailleuses ennemies du Casque  _ à midi commence un tie trés efficace de l’armée ennemie ( 105 ) .Ce tir se poursuit toute l’aprés-midi

.L’aviation ennemie se montre trés active . Des avions survolent notre ligna à faible altitude la jalonnant par alternance de fusées blanches et

rouges « 

Le  19 avril , deux bataillons atteignent l’objectif assigné , la  » Crête du Têton  » , mais l’ennemi devenant menaçant ,u  tir d’artillerie lourde est demandé :

«   Par ordre de la Division l’attaque du 20 è sur le Casque et celle di 11 è sur le Têton doivent de faire simultanément  à 18 heures . Mais à

partir de 17 heures le tir trop court de notre artillerie  oblige les deux bataillons à se replier et à s’abriter sur la partie sud du bois 320 aprés

leur avoir fait subir des pertes sèrieuses en officiers , gradés et hommes de troupe . L’attaque est remise «  

COMME LES AUTRES  LES SOLDATS TUES DANS CES CIRCONSTANCES SERONT DESIGNES COMME  » TUES À L’ENNEMI  »  , CE QUI NE SIGNIFIE PAS  » TUES PAR L’ENNEMI  » .

Sans doute la balistique n’est pas une science exacte  … de nombreux facteurs peuvent être à l’origine de pointages de l’artillerie : la vitesse du vent , la pression etmosphérique , la

teùpérature  , les types de munitions et de poudre utilisés  …..  mais aussi une méconnaissance excate d’où en est la bataille  par exemple comme lors du combat du fort de Souville ou les

allemands étant repoussés du sommet du fort , l’artillerie  française croyant l’ennemi maître de celui-ci , se met à le bombarder .

A          S U I V R E 

 

Dans son livre  » Le massacre de notre infanterie  1914-1918  » le général Percin , dans les annexes en fin de l’ouvrahe rlate à partir de témoigneges de soldats quelques  »  érreurs  » de l’artillerie . nous en citons

quelques unes :

 

Laisser un commentaire

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...