Écrit

LES ETATS-UNIS PENDANT LA GRANDE GUERRE …. suite 3

 

Le Naval Monument américain à Brest

Le Naval Monument américain à Brest

th-2th-1thPOUR TANSPORTER LEURS TROUPES ET LEUR APPROVISIONNEMENY LES ETSTS-UNIS ONT DU UTILISER LA MER  » LA

CRUISER AND TRANSPORT FORCE  » , MAIS AUSSI CONTRUIRE

DES PORTS , DES GARES , DES VOIES DE CHEMIN DE FER … ILS ONT DU EGALEMENT CRÉER DES CAMPS D’ENTRAINEMENT .

Les américains se veulent à la pointe du progrés et utilisent les technologies les plus innovantes . L’influence de ce  » modernisme  » se fait sentir dans de nombreux

domaines pout faviliter tant le transport ( utilisation du macadam ,pour les routes  ! que pour le  chemin de fer , santé ….

Les soldats débarquent dans les  ports de l’atlantique , de la Manche ,à Marseille et à Toulon .

 

LE PORT  de Saint Nazaire est le premier utilisé  et le premier convoi y débarque le 26 juin 1917  . Dés le 9 août 1917 une seconde base est mise en place à Bassens , prés de Bordeaux et un port artificiel

y est crée qui peut recevoir 20 navires en même temps.

En septembre 1917 des travaux  d’aménagement commencent prés de brest  .Pour un homme , une tonne de matèrien débarque . U n omument le  » Naval Monument  » de brest est construit dans les années 30

pour que l’on se souvienne. sur les 2 000 000 de membres de l’AEF ,plus de 700 000 arrivent à Brest

 

DES MAGASINS et des zones de stockage sont implantée  à l’arrière de Saint Nazaire , puis de Bordaux et Marseille.

 

CHACUN de ces ports et de leurs camps sont reliés par des voies ferrées  . Au printemps 1918  , 5 000 hommes et 10 000 tonnes de matèriel empruntent ces lignes, chaque jour .

Une ligne part de saint Nazaire pour aboutir à Saint Dizier , puis vers le front

Une ligne part de Brest et une autre de La Rochelle .

Une ligne part de Bordeaux pour aboutir à Belfort.

Entre Tours et vVierzon  , à Gienres ( loir et cher ! est implante une gare régulartice et un grand dépôt de l’AEF.

En novembre 1918 , le personnel américain des chemins de fer  s’élève à 30400 agents avec un parc de waggons de 14 o00 et 1380 locomotives .

LES ALLIES , DONT LA FRANCE FOURNISSENT UNE GRANDE PARTIE DU MATERIEL POUR LES FORCES AMÉRICAINES , POUR LA FRANCE :

260 CARS DE COMBAT – 2150 CANONS DE 75mm et 1684 d’autres calibres dont le 155mm – 81% des avions soit 4881 – 57 % des canons à longue portée – des dizaines de milliers de mitrailleuses

et fusils-mitrailleurs – plus de 20 000 000 de cartouches.

 

DES CAMPS D’ENTRAINEMENT SONT MIS EN PLACE

EN JUIN 1917 LES 14 DIVISIONS DE L’AEF ARRIVENT DANS LA MEUSE.  TOUT OU LONG DE CET ENTRAINEMENT AU COMBAT   par l’armée française , les américains s’efforcent de se libérer de la

tutelle que les militaires français entendent imposer en matière d’instruction.

La formation de ces militaires américains estde cinq mois aux conditions de combat extrêmement durs  , assurés par des unités françaises.On compte une vingtaine de camps d’entraînement dans la Meuse  ,

les Voges et la Haute-Marne . Le 22 juin 1918  , une étude de la Mission Militaire Française indique que 546 officiers instructeurs  sont au service du corps expéditionnaire  américain.

A     S U I V R E 

PROCHAIN ARTICLE : Les Américains au combat.

 

Laisser un commentaire

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...