Écrit

LA DEFENSE DU FORT DE SOUILLE VUE PAR LE SOLDAT HENRI CABROL

IMG_4732IMG_4731IMG_4730NOUS AVONS VU LA DEFENSE DU FORT DE SOUVILLE LES 11 ET 12 JUILLET 1916 decrite  PAR KLEBER DUPUY , DES HISTOTIENS , DES GENERAUX , DES ECRIVAINS , DES JOURNALISTES ..

AUJOURD’HIO GRACE AUX DOCUMENTS QUE NOUS A ENVOYES SON PETIT FILS , MARC CABROL , nous pouvons vous dire comment Henri Cabrol a , en termes simples et concis ,décrit ce combat ;

C’est sur une lettre que lui avait adressé Reine Dupuy qu’il a tracé de sa main ce récit . Dans une lettre du 25 octobre ( sans date d’année , mais nous pensons début des abbées 1920 ) :

« Cher Monsieur Cabrol ,   Mon mari trés occupé ne peut vous écrire lui-même , comme le temps presse c’est donc moi qui me charge de cette agréable

mission ……  j’espère que vous avez fait un bon voyage de retrour  ! et que Madame Cabroln’était pas trop fatiguée .    nos bommes amitiés à tous

deux .  »  R. DUPUY

VOICI LE TEXTE D’HENRI CABROL sans changer la ponctuation , ni le texte qui est un brouillon d’une partie de la réponse à la lettre de R. Dupuy :

 » ARRUVÉ À VERDUN NUIT DU  8 au 9 caserne Anthouart . Le 9 juin repos à se nettoyer, le  10 juillet avoir travaille à enlever les décombres dea maisons incendiées . A 2 heures aprés-midi alerte au

cantonnement être parti le soir vers 10 heures direction caserne Marceau  les boches attaquaient et lançaient des gaz laceymogènes  avoir été obligé de mettre les masques à la sortie de Verdun être arrivé au casernes

Marceau vers 4 heures du matin recevant les orrdres pour se porter aux Carrières par le fort de Souville bombardement terribme des boches  en arrivant au Fort ne pouvant aller plus loin , la Cie entre dans le Fort

là toutes les troupes gardant le Fort en état de ne pouvoir le défendre tous rendus malades par les gaz et de nombreux morts . A ma Compagnie sur 160 que nous étions partis n en restait que 50 a quelques chpses .

Le lieutenant prend le commandement de la Cie et le capitaine Decap celui du fort .Nous passons la nuit le matin 12 juilllet à 6 heures  les boches attaquent de nouveau et s’avancent presque devant les fossés du

Fort . nous faisons des prisonniers et en tuons beaucoup on réussit à les repousser nous avons des tués et des blessés à midi nous recevons des renforts et le soir nous sommes relevés par le 25° Ba de chasseurs à

pied  . Je pars avec le capitaine Popis  à 9 heures du Fort nous passons aux Tourelles là nous prenons le colonel Borius  nous repartons à minuit pour Verdun. A ma Compagnie en partant du Fort il ne restait

 

que 27 H et le lieutenant . Le 13 juillet parti de Verdin à 4 h du matin arrivés a Lampire à 10 h du matin  - 14 juillet Lampire Repos – 15 juillet départ à 7 h . «   que 27H et le lieutenant . Le 13 juillet parti de Verdun à

4 h du matin arrivés à Lampire à 10 heures dumatn – 14 juillet Lampire Repos – 15juillet départ à 7 h. « 

ndlr :Le soldat Henri Cabrol en dit le minimum et ne parle pas de spn action personnelles ( c’est lui qui porte le massage de Kléber Dupuy  , le 11 juillet  , au colonel Borius  et qui ramène au fort le capitaine

Popis … trajet aller et retour sous le bombardement et les nappes de gaz qui restent .. il ne parle pas non plus de la bataille avec les grenades et au corps à corps sur le sommet du Fort atteint par les allemands ..;

il lui semble – ce qu’il a dit à ses parents – que des quelques boches avaient pu pénéter dans le fort avant d’être tués …

Le 15 décembre   1928Henri CABROL recevait la ùùmédaille interalliée dite  » de la victoire  »  … il habitait alors Rue de la Banque à Montauban …. mais nous avons vu antèrieurement qu’il n’avait reçu

la médaille commémorative de Verdun qu »en 1963 !!! il était temps !!  ezt sur le di^lôme figure seulement   » Fleury 1916  » …. mais pas Souville  !!!

Laisser un commentaire

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...