Écrit

GASTON COMTE , SERGENT MAJOR , À la 3ème Cie du 7ème R.I. …. suite 4

IMG_4796IMG_4795_face0IMG_4797IMG_4793IMG_4792IMG_4791c1c52bab516916ba49110062be38e7b0LE COMBATTANT  (suite )

Nous pouvons voir sur la cerficat de LA MEDAILLE DE VERDUN : Souville , Fleury ….. mais aussi : COTE 344

La bataille de la Cote 304 et le Mort Homme est bien connue , mais pas celle de la    » COTE  344  » . C’est la raison pour laquelle nous donnerons , dans ce  » billet  » , quelques informations  sur cette défense de la « 

 » cote 344  » par le 7ème R.I. à laquelle a participé Gaston Comte avec la 3ème cie du 7ème R.I.

Ref : JMO du 7ème R.I.  2,3,4 octobre 1917 pages 66 à 71    -   Historique du èème R.I.  page concernant la  » Cote 344  » chapitre XV

 » Le 7ème R.I. arrive sur les positions en pleine nuit à tâtons  , dans la boue , parmi le fracas des exolosions qui ouvrent des cratères sous la lumière traîtresse des inombrables fusées…. on ne sait pas

exactement ou l’on se trouve . A peine a-t-on idée de la direction dans laquelle se trouvent les boches ! plus d’abris , plus de tranchées , plus de boyaux ; rien! si  des trous , des trous ….

 » Et quelle odeur ! quelle infection ! ça sent le chou pourri  ! l’hypérite !  un ordre bref   » Mettez les masques «   c’est horrible  …. et pendant une heure c’est l’enfer déchaîné  …. Telle fut notre première

nuit  à la ‘ cote 344  » .

…. De toute évidence les Allemands péparent une attaque dans le but de reprendre la  » cote 344  »  , conquête récente et  , par coïncidence , c’est au 2ème Bataillon du 7ème R.I.  qu’échoue le périlleux honneur de

cette défense.

« Le 7ème R.I. avait un bataillon en première ligne  réparti entre les tranchées de Trèves ( ligne d’avant poste ) eet la tranchée de Weimar et Worms ( ligne principale de résistance ) .Le bataillon de deuxième

ligne ( 3ème Bat ) avait une Cie dans la tranchée de l’Arc ( ligne de soutien ) et une et demie dans d’anciens abris allemands dits ourages de Kiel et une compagnie et demie dans les anciens ouvrages de Trapèze et

de regen.

« L’ennemi exécutait chaque jour des tirs de destruction sur une partie des tranchées d’avant poste , son aviation trés nombreuse était maîtresse de l’air  et  lartillerie ennemie étant trés active avec en outre des obus

toxiques.

Le 2 octobre à trois heures trente le bombardement se déclanche avec une grande violence suici immédiatement d’une attaque d’infanterie  à peu prés uniquement sur le front du Régiment … notre barrage

d’artillerie , déclanché aussitôt est inefficace pour arrêter la ligne d’assaut …. La rapidité et la violence  de l’attaque furent telles que les allemands réussirent à pénétrer en plusieurs points sur notre ligne de

défense malgré la lutte acharnée des occupants. …. deux fois ils furent repoussés à la grenade et finalement la tranchée de Trèves  tombait aux mains de l’ennemi le lieutenant Grimonprez qui commandait deux

sections de la 6ème Cie fut tué ….. durant les 2 , 3 , 4 octobre  la bataille fit rage , avec plusieurs a  avancées et reculs des deux ennemis ….mais les efforts des allemands  s’avèrent vains  et malgré les pertes

énormes du 7ème R.I. durant ces combats , il a eu la fierté d’avoir conservé la  » cote 344  » dans toute sa valeur stratégique .

LES PERTES DURANT CE COMBAT :  2 octobre – TUES – 10 officiers , 3 sergents  , 15 caporaux et soldats – BLESSES :5 officiers  , 11 sergents , 73 caporaux et soldats – DISPARUS :2 officiers , 8 sergents , 168

caporaux et soldats.

3 octobre : TUES :  1 officier , 1 sergent , 5 caporaux et soldats – BLESSES : 2 sergents 20 caporaux et soldats -DISPARUS : 2 caporaux et soldats.

4 octobre : TUES 1 officier , 18 caporaux et soldats   BLESSES : 7 sergents , 40 caporaux et soldats  disparus :  4 caporaux et soldats.

A     S U I V R E   : nota : dans le  » billet  » suivant …. suite 5 nous publierons simplement des photos envoyées par Denis et Isabelle Comte …. elles montrent

l’importance que représentait pour Gaston COMTE cette pèriode de sa vie ou il avait avec ses camarades de combat  gardé des souvenirs de fraternité des souvenirs

inoubliables de cette 3 èmè Co-ie du 7 ème R.I. … une  » famille  » comme le voulait son lieutenant Kléber Dupuy .

 

2 Réponses à “GASTON COMTE , SERGENT MAJOR , À la 3ème Cie du 7ème R.I. …. suite 4”

  1. Marie helene

    15 août 2017 at 8 h 59 min

    Répondre

    C’Est avec beaucoup d »émotion que je lis cet article car mon grand-oncle est tombé en ce début octobre à la cote 344 Nord de Verdun. Le 2 ou le 5 selon certains documents officiels. D’après les dires de la famille il a été « pulvérisé ». Comme indiqué pluie, boue, trous … Merci JL.

    • vaisse

      15 août 2017 at 14 h 41 min

      Répondre

      Merci de votre comentaire Merie – Hélène ….oui , ce début octobre 1917 , les bombardement ont été d’une intensité féroce et il y a eu de nombreux mots et disparus , des corps
      n’pnt pas été retrouvés. Je finis mes  » billets » sur Gaston Comte qui a eu la chance d’échapper à cet enfer. Amitiés à Vous J.L.


Laisser un commentaire

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...