Écrit

LA DEFENSE DU FORT DE SOUVILLE 11 et 12juillet 1916 vue par Pierre MIQUEL

IMG_4891ON TROUVE DANS LES OUVRAGES DE L’HISTORIEN PIERRE MIQUEL (  »  Moutit à Verdun    » Tallandier    Novembre  1995 et   » Les Poilus à Verdun  » L grand livre du mois   septembte 2000 )

des informations sur la défense du fort de  Souville .  QUELQUES EXTRAITS

MOURIR A VERDUN      ….  pages  246 à 249

Le 11 juillet, le genéral Nivelle exerce en personne le commandemant de tout le secteur et exige une contre-attaque générale sur Fleury pour reprendre la position . Duport en est chargé avec les fantassins du

100 ème régiment. L’échec de cette tentative provoqueuneréaction de colère de Nivelle .

…….Comment ne pas voir que l’état du terrain  , troué d’obus  ,  l’air irrespirable en raison  des vapeurs de chlore  sont autant de gêne  pour une progression d’unité ? S’obstiner à lancer des attaques dans de

tessles conditions , n’estce pas méconnaître les possibilités réelles de l’infanterie  , qui peut au contraire profiter de la nature du terrain  pour reconstituer des lignes de tir  contre les assaillants ?  Ou est alors la

véritable responsabilite ?

Nivelle , le 12 juillet , donne son  accord à Mangin pour qu’il reprenne le village de Fleury et qu’il engage  donattaque le 13 sur le front de Souville . Mais personne ne sait au juste ce quise passe dans le fort de

Souville.  …………….. Les hommes enterrés dans le fort de Souville  sont paraxodalement mieux informés  que le commandat d’armée. Le capitaine Decap qui à rejoint dupuy organise la résistance dés trois

heures dumatin  .

NDLR :En réalité , le 11 juillet 1916, le lieutenant Dupuy qui avali l’ordre de se rendre aux carrières avec ce quilui restait de la

3 ème Cie du 7 ème R.I.voyant l’état des déensers du fort ildécide d’en assurer la défense et à 08 heyres envoie un message au commandant du

régiment pour l’en informer . C’est le soldat Henri CABROL ui apporte le message et en revient avec le capitaibe Decap.

Le capitaine Decp fait entrer  ses hommes dans les sourerrains et les caves pour qu’ils ne souffrent pas du bombardement lourd allemand .Les sentinelles laissées en surface sont tuées . Un sous-lieutenant

sirt du fort  à la première accalmie  . Il apprend l’approche  des allemands quiattaquent à partir du village de Fleury . Le renseignement provient du capitaine Popis  , qui se tient à proximité du foet avec  deux

sections de mirailleses du7 ème R.I. Un major qui vient de l’observatoire de Popis donne au fort des nouvelles de l’assaut Les allemands le talonnent , ils sont mè !

NDLR : Ce major est l’aide-major louis CONTE qui aprés que deux coureurs aient été tués se propose pour porter l’information au fort et oubliant

sa croix rouge , en marchant , courant , rampant il arrive au fort et demande à dupuy d’envoyer immédiatement une patrouille de recpnnaisance  … se

sera le sous-lieutenant D’ORGEMONT qui en sera chargé .

Le lieurtenant Dupuy ne perd pas son sang-froid    . Il fait sortir ses hommes le sac  plein de grenades ?      Les territoriaux miytailent

NDLR :Dupuy avait fait olacer au bon endroit les trois mitrailleuses dont il disposait .

Au-dehors ,les pièves du 7 e régiment fauchent de flans les colonnes d’assaillants . Les allemands sautent dans les trous pour se cacher .L’assaut faiblit , puis s’arrête .  Dupuy fait prisonnier les quelques

Feldgrau encoreprésent sur les superstructures  . Puis il organise spontanément sa liaidon avec les soldats  du 5e  d’infanterie , pour reconstituer spontanément une ligne de résistance .

L’état-major est si peu au cournar de l’actionn héroîque de dupuy  , du sergent fourrier Raffin  , du capotal Bournaix ,  des soldats Bertho et Moisset  qu’il ait battre le fort par l’artillerie française . .

Les défenseurs doivent  ,par tous les moyens , prévenir la brigade pour qu’elle cesse le tir . C’est  alors  l’ennemi qui prend l’ouvrage  sous  le tir de ses canons lourds ……….

NDLR : Et ce fut ka fin de la bataille défensive de VERDUN .

A          S U I V R E 

 

 

 

 

7

 

 

3 è me Cie du èème R.I.   , s’est arrété au fort de Souville et en constatant l’état de qui étaient chargéd de le défendre , décide d’en assurer la défense ;  il envoie un massage dans ce sens au

commandant du 7 èmt R.I. pat le soldat Cabrol qui en revient avec le capitaine Popis .

du è ème R.I.

 

Laisser un commentaire

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...