Écrit

TEMOIGNAGE DES DERNIERS POILUS … suite 2

Henry Chappot de la Chanonie ( 105 ans )

Henry Chappot de la Chanonie ( 105 ans )

 

Léon Veil ( 107 ans ) a ezfusé de tirer sur des mutins  " des copains " .

Léon Veil ( 107 ans ) a ezfusé de tirer sur des mutins  » des copains  » .

 

Lazarre Ponticelli (105 ans )

Lazarre Ponticelli
(105 ans )

L E S       C O P AI N S    P O U R     L E S    P O I L U S    C ‘ E S T    I M P O R T A N T 

UNE  SEULE CHOSE COMPTE VRAIMENT POUR LES POILUS , LES COPAINS ,. c’est avec eux qu’on chasse la peur  , qu’on traverse les coups dure , qu’on tue le temps , qu’on rigole .

 » Mes grands souvenirs de Verdun «  raconte Henri chappot «  c’est quand un  poilu avait gravé en haut de notre sape  avec un couteau :   » Moïse fut sauvé

des eaux , mais nos os ne seront pas sauvés de la mouise «  Et quand aprés un bombardement  , les copains demandent en morse :   »  etes-vous vivants ? «  Chappot et son

groupe répodent toujours en mprse : «  et ta soeur ? «  

C’est parce qu’il ne veut pas tirer sur des soldats français  , des  » copains  » , que Léon Weil , chasseur alpin , refuse de fusiller des mutins . Il est emproisonné – brièvement , car on manque de troupes .  il se

souvient encore que sun copain Magneux  , lors d’un appel ou

l’on demandait   »  Il ne manque personne ? « , répondit : ‘ Ici , il manque l’enthousiasme . «  

Avec les copains le poilu pense que rien ne peutlui arriver .  . Sous un bombardement , Cabrol se souvient  que le toit de l’abri s’est effondré  :  Ca c’est quelque chose que je n’oublie pas  s

 

gars sont venus me sortir de là  , ils ne m’ont pas laissé tomber  » . Ponticelli , lui , entend en Argonne jles appels d’un camatade  resté entre les lignes de barbelés «  Venez me

. chercher , j’ai une jambe coupée «  Il y va , le garotte  et le traîne bers la tranchée  en lui vhuchotant : «   surtout ne crie pas , les allemands vont nous tirer dessus « 

l Merci pour mes quatre enfants «  lui dit le blessé , un réserviste .

    Les copains , c’est ce que les historiens et les psychologues  dela guerre ont appelé  ensuite  » le groupe primaire  »  , cellule de base plus

petite que la compagnie  , fonctionnant  avec ses propre règles  , son autonomie et son principe intangible : la solidarité …. La guerre a été

 .gagnée parce que des dizaines de   » groupes primaires  » ont tenu le choc , elle a été gagnée par ls copains /.

ref : cf notre premier billet sur le sujet ;

A     S U I V R E 

 

Laisser un commentaire

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...