Écrit

1914-1918 : DEUX POILUS MORTS AU BOIS DE LA GRUERIE ….. suite

IMG_4934lettrep3lettrep2lettrep1NOUS AVONS UNE LETTRE  DE CES DEUX POILUS , DATEE DU 21 NOVEMBRE 1914  , nous la plublieons ci-dessous  et remercions Monsieur P. MEUNIER qui , par ses écrits , nous a permis

de parler mieux de ces combats du Bois de la Gruerie .

Le 21 / 11/ 14

Mo, cher Roger ,

C’est non sabs un certain cafard que j’au regagné le front où le bruit des  » marmites  »  a été loin de me  le faire dissiper  , mais une surprise m’était réservée par mon beau)frère

qui m’a fait embaucher comme palefrenier ……. rien à foutre  si ce n’est à s’occuper  du canasson ce aui n’est rien  auprés du travail que font les copains  dans les tranchées ,

tu parles d’un changement  , depuis que j’ai quitté le front les tranchées sont confortables , ce sont maintenant des appartements souterrains où l’on peut faire du feu et becquetter

tranquillement , mais la nuit  on est sur le pied de fonçage  baïonnette au canon  nous attendont l’ennemi qui du reste ne vient pas s’y frotter  de trop prés ,ces boches sont d’un

culot  incomparable . hier nps artimmeurs leur ont balancé 2000 obus , ils sautaient en l’air de leurs tranchées , avec les pertes qu’ils ont subies ils auraient pourtant dû se tenir tranquilles  , je t’en fous

ils se balanà-çaient 10 minutes aprés la cannonade  avec leurs pelles et leurs pioches  sur l’&paule de fàçon a être bien repres , tu comprends commes nous les ajistons  soigneusement ; et pan ! descend le

capiston te demende ! …. on ne les rate pas  mais qu’est ce qu’ils nous balancent comme  » marmites  »  ces salauds-là  , toujours au petit bonheur .

Le plus embêtant  , c’est  que le froid  est terrible fdans l’Est ,  , hier il a gené à 7 ou moins  ° en dessous xde zèro  , quest que l’on prend  quabd il faut prendre lespetits postes pendant deux heures seulement  , le

plus rogolo c’est la nuit  , l’air est bien calme  on est content , les boches cha,tent  leur Deutchland ( hymne allemans ) ainsi que les cantiqueqs  , on est forcé de se bidonner malgré soi .

enfin , mon vieux roger je voudrai bien terminer la campagne  ainsi , on ne souffre pas trop  et puis les distributions d’affaires de linge  , chocolay; yabac pleuvent dans la chambre  on ne manque de rien  sauf

de féminine ;cà pn n’y peux pas beaucoup vivement la paix  er Paname ….

Victor est en ce moment en train  de nous faire chauffer un coup de vien vieux  chaud  car il faut aussi que je te dise que je suis aussi ordonnance  du  lieutena;t , et je reste toujours avec Victor  qui est cuisinier

du commandant  , c’est la bonne vie .  Tu seras boien aimable de souhaiter le bonjour à Marhilde  de ma part et de celle de Victor  et nous te serront cordialemanr la main  en attendant de te lire .

Tes cousins .

Ref : < 1914-1918 deux poilus ports au bois de la gruerie >    < pmeunier23.free.fr/14-18/index.html >

Laisser un commentaire

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...