Accueil

25 mars 2018

ARNAUD BELTRAME …. UN GENDARME HEROIQUE

IMG_4919NOS LECTEURS COMPRENDRONT CERTAINEMENT QUE DANS CE BLOG DESTINÉ À LA MÉMOIRE DE NOS POILUS DE 14-18 , JE RESERVE

UN  » BILLET  » EN HOMMAGE À L’ACTION HÉROIQUE  DU GERDARME ARNAUD BELTRAME .

Cet officier de gendarmerie s’est bien distingué  par ses vertus  , son courage ,  son action éclatante .  Est un  héros nous dit le dictionnaire est en général celui qui se distingue par une action d’éclat à la

guerre… et nous sommes bien en  » guerre  » selon nos  » politiques  »  !

Arnaud BELTRAME  en prenant la place d’un otage savait bien les risques qu’il prenait , il a bien échangé sa vie contre celle d’un innocent . Une décision pas facile à prendre , bien dans l’esprit de

la gendarmerie … une  action  » noble  » , héroïque qui  fait honneur à la Gendarmerie , à la France , à l’Homme .

Un sens éclatant du sens du service à la population  qu’il est chargé de protéger . Un exemple pour tous les citoyens de ce pays et de tous les pays du mond

M E R C I     A R N A U D  …. M E R C I    P O U R  T O N   C O U R A G E   P O U R    T O N   S E N S   D U    D E V O I R  P O U R   T O N   E X E M P L E  ….  N O U S   N E  

 T ‘ O U B L I E R O N   P A S   E T   N  O U S    P R I E R O N S   P O U R   T  O I /

 

 

IL ETAIT NORMAL , DANS CE BLOG , DE RENDRE HOMMAGE A CE SERVITEUR DE L’ETAT ET DU CITOYEN .UN HEROS COMME L’ETAIENT NOS POILUS DE 14-18

 

 

23 mars 2018

1 JOUR – 1 POILU :DEFI COLLABORATIF ….quite 2

CRggexVWwAAQvXz-2img_0030le-projet-social-media-1-jour-1-poilu-1-638LE CENTENAIRE DE CETTE GUERRE EST LA PREM!ERE COMMEMORATION DE GRANDE ENVERGURE QUI UTILISE DE MANIERE MASSIVE  LES

RESEAUX  SICIAUX  ET LE WEB

OU LES GENS REAGISSENT EN TEMPS REEL  , CONSTATE FREDERIC CLAVER SPECIALISTE  DES USAGES NUMERIQUES  LIES A L’HISTOIRE

CONTEMPORAINE .

… il est possible , à terme , que ces données changent nos livres d’histoire  , bien qu’il soit trop tôt pour dire commant   précise frédéric Clavet .

L E S    S O L D A T S     E T R A N G E R S

Des héros manquent à l’appel  …..24 427 fiches de soldats érangers   » indéterminés  »  restaientr encore à complétrr  à la date du 19 janvier  , un angle

mort de l’histoirev que s’attachent à complèter une poignée de contributere tenaces .

Patrick  Castera   » PADDYGENEALO  » s’est fait une spcialité  des soldats originaires du Burkina Faso  , d’abord en répertoriant  les naufragés du Saquana  , un navire torpille au large de l’^ile d’Yeu  ,

la nuit du 8 juin 1917  … puid en épluchant les registres officiels  , fiches d’époque truffées d’erreurs  … il faut des talents de Sherlock Holmes  pour redonner une identité aux soldats coloniaux .

L E S      T E S T A M E N T E      D E S     P O I L U S

Les Archives nationales ont dcidé de s’attaquer aux testamebrs des polius er  mobilisent de nouveau les contributeurs volontaires .  …. des sources jamais exploitées  en raison d’un délai légal tout juste levé .

Ces textes inconnus des kistoriens  pourront permettre d’en savoir plus sur les réalités sociales  , d’approfondir la comptéhensiondes mentalités  , la psychologie  ou encore la linguistique  selon Françoise

Limon-Bonnrt  chargée du projet .

L’éxhantillon des trente quatre textes  analysés  apporte un éckairage  saisissant  sur les dernières volontés des soldats .  … recueils listant les dernières volontés  concernant les biens à partager  entre les

héritiers , mais aussi des feuilles volantes  retrouvées sur les cadaxres  …. nombre de ces testaments ont été rédigés dés la fin juillet  1914  à peine rendue publique la mobilisation .

 » on constate qu’ils avaient une vision réaliste  de la dangerosité du momrny, ils étaient loin de partir  » la fleur au fusil  »  . …; ces testaments  révèlent de ce su’il reste de l’intimité  de la vie d’un homme au front

de la cécessité de se mettre en ordre avec soi-même  , à l’image du soldat affolé  à l’idée de laisser  son jeune enfant  sa petite entreprise endettée  …  »

PLISIEURD ANNÉES SERONT NECESSAIRES  POIT MENER A BIEN CE TRAVAIL  …  u,e façon de compléter le puzzle mémoriel d’in conflit  loin d’avoir livré tous ses secrets .

NDLR : avec les excuses de l’auteur de ces lignes vis à vis de l’auteur de l »article du monde pour les coupes bécessaires pour faire tenir  le texte dans les limites de nos  » bollets  » .

et un grand  MERCI  A TOIX CEUX ET CELLES QUI ONT REALISÉE BENEVOLEMENT CET IMPORTANT TRAVAIL ,  DIGNE DU METCI QUE L’ON DOIT A NOS POILUS .ET A

MEUR MEMOIRE .

 

« 

16 mars 2018

 » 1 JOUR -1 POILU  » … DÉFI COLLABORATIF : suite 1

CRghbMvXIAAbgCO-1w2289-affiche14-18-poilutype-0-94926_0_730_5441-jour-1-poilu-c-est-reparti-pour-un-tour_illu-lDIX JOURS APRES LE LANCEMENT DU PROJET PARTICIPARIF PAR LE MINISTERE  , JEAN MICHEL  GILOT CRÉE SUR TWITTER  LE DEFI  » 1 JOUR – 1 POILU ‘  , réunissant  lui seul plus de 300

contributeurs , enquêteurs discrets  auwquels il suffit de quelqyues  » clics  » pour renseigner les quatorze champs d’information de la carte d’identité numérique de chaque poilu Mort pour la France (MPF )

Lr 25janvier une carte de la Somme postée sur Twitter  pae  »  josephine 8910   » et constellée de pastilles vertes, signofoe à J.M. Gillot que tous les villages ayant vu naître un MPF étaient enfin complétés .

Dns le civil  » jopsephine 8910  »  ; l’auteur du Tweet  triomphateur s »appelle  Marie-Hélàne CABOT  , chargée de la documentatuon à la Caise d’allocations familiale d’Amiens ( Sommme ) Marie-Hélèce CABOT

: elle a renseigné  le parcours de chacun de ceux dont le nom figure sur le Monument aux Morts de sa ville connaîy bien les poilus locaux tombés au Champ d’Fonneur  : elle a renseigné  le parcours de chacun de

ceux dont le nom figure sur le Monument aux Morts de sa ville  soiy 2 600 soldats et six mois de travail  .Javais commencé un peu par hasard par mon grand-oncle Augustn , puis pr les

trente poilus de mon village de Normandie , ensuite sur les soixante de mon village de la somme avant de compléter plus de la moitié du sépartement .

NDLR : Nos ecteurs peuvent aller sur le site de Marie-Hélène  < les freres cadot dans la rande guerre  »   site déjà signalé  plusieurs fois sur mon blog .

Les samedi et dimanche matin   » josephine 8910 participe à l’effort  national  d »élaborer cartes et statistiques  dérivées de ses trouvailles  : «   bien que l’on soir ici au plus prés du front

, trés peu de soldats  sont mort prés de chez eux , 28% ont péri dans l’Argonne  , notemment dans le bois de la Gruerie , surnommé  le  » bois de la

tuerie  » qui me hantait à mesure que je remplissais les fiches  » .

MERCI  » JOSEPHINE 8910 POUR CE TRAVAIL EXCEPTIONNEL .

A 600 KM DES TRANCHÉES DE LA SOMME  SYLVAIN VIEUX LOUP  , ÂGÉ DE 28 TEMPS OPÈRE DEPUIS L’ÎE DE RÉ .  . IL FAIT PARTIE DES RECORDMAN S DU SITE  » MEMOIRE DES HOMMES  »

…. «  UNE FICHE PEOT ME PRENDRE  D’UNE MINUTE À UNE HEURE   »  … MALGRÉ DE CÔTÉ MÉCABIQUEon est touché par les familles brisées ,les suicides des

rescapés  a peine revenus des trancgées  , l’accumulation des décés  dans un même lieu-dit …  

     …. les copistes relèvent parfois la tête  et s »attardent sur un destin particulier   . Marie-Hélène CABOT n’oubliera jamais  les deux frères Aristide et Augustin Laigle  tués le même jour  , l’un comme

artilleur dans l’Aisne  , l’autre soldat dans la Marne. …. un utre destin  velui Vital-Auguste et Gabriel-Ferdinand François , des jumeaux enrôlés dans le même  r »giment  et fauchés par le même obus . 

Jean-Mochel Gilot évoque  , lui , Louis de Bettignies   , une espionne française  morte en captivité le 27 septembre 1918; une héroïne omyglotte  qui n’a obtenu qu’en 2017 la mention  » Morte pou la France  »   ,

rejoignant ainsi la base des données  grâce au travail des internautes .

A          S U I V R E 

 

 

 

 

 

14 mars 2018

 » 1 JOUR – 1 POILU  » , DEFI COLLABORATIF .

bandeau_1J1P_980_v3      NOTRE AMIE ; MARIE-HELENE CABOT  , NOUS A FAIT PARVENIR LE TEXTE INTÉGAL D’UN ARTICLE DU MONDE  »  1 JOUR – 1 POILU ‘ DES MILLIERS D’INTERNAUTES ONT

CONSTRUIT UN MEMORIAL NUMERIQUE   .     25 janvier  2018  .

Ce projet collaboratif est LABELLISE CENTENAIRE  pour la transcription intégrale sur MAMOIRE DES HOMMES des 1 325 290 des poilus  » MORTS POUR LA FRANCE  »  à l’horizon du centenaire de

l’Armistice du 11 NOVEMBRE 2018 .

POUR NOS LECTEURS , DES EXTRAITS DE CET ARTICLE ;  :

JEAN MICHEL GILOT  , ÂGÉ DE 48 ANS  , DIRECTEUR DE PROJETS MARKETING  furète  tous les matins , depuis 4 ans  sur les sites internet des communes  et des archoves militaires  afin d’indexer son

 » poilu  » du jour  ,’est-à-dire glaner le maximer d’informatons  sur le parcours de ce dernier …… et 1 400 000 fiches niumériques de soldats morts sont remplies par 2300 autres engagés volontaire  sous le couvert

de pseudonymes : CENT ANS  aprés le massacre des tranchées , ils sont en passe d’avoir inventorié  et complété les fiches des soldats Morts Pour laFrance pendant cette guerre .

Les données recensées sont extraite d »&rchives  renseignées autrefois par l’administration française . elles viennent enrivhir avec de nouveaux éléments biograhiques les fiches  » basiques  »  ( nom , date de

naissance et de mort ) déjà consultables  sur le site  » Mémoire des hommes  » .

LES   » INDEXEURS  » NE SONT PAS DES POFESSIONNELS  , mais des bénévoles  : Généalogistes du dimanche , archivistes méticukeux , passionnés d’hitoire , militaires en retraite  , petites mains de cette

 

opération d’envergure inédite . … sans budget pour un tel travail , portés par un élan populaire  autour des commémorations , les internautes se sont appropriés  , de faàon spontanée ce travail de transcriptio ,

sans même que l’administration ait à intervenir , selon LAURENT VAYSSIERE , directeur adjoint de la mission du centenaire  à l’origine du projet .

‘  au ruthme du départ , cent contributions par jour  , l’achèvement du projet n’érait pas prévu avant 2046 …. mais les internautes se sont pris

au jeu … eaconte JEAN-MICHEL GILOT passionné de généalogie qui suivait une autre piste , celle de son grand-père  , officiellement matchand de boi

et mort d’un infarctus  , en réalité membre du cpntre-espionnage français ,assasiné dans de troubles circonstances à Bâles en 1918 . Il s’était porté

volontaire  pour des missions des plus dangereuses au lendemain de la mort de son fils , PIERRE , sur le front le 7 novembre 1917 . … la fiche de Pierre est la première que Jean-Michel Gilot  ait indexée .

                   A          S U I V R E 

 

 

9 mars 2018

TEMOIGNAGE DES DERNIERS POILUS … suite 5

Charles Kuentz  , né à colmar a fait la guerre dans l'armée du Kaiser

Charles Kuentz , né à colmar a fait la guerre dans l’armée du Kaiser

 

Chales Kuentz  à 106ans

Chales Kuentz à 106ans

 

QUI EST-IL CET ENNEMI QUI ABAT LES COPAINS ?  DANS CETTE GUERRE OU ON  NE SAIT PAS QUI  L’ON TUE  NI PAR QUI L’ON EST TUÉ  , PEU DE POILUS ONT VU LE VISAGE DE

CELUI QUI LES A TUÉ . …  seuk gabriel Pancher ( parmi ces derniers poilus )  a vu beaucoupd’ennemis puisqu’il a été ^prisonnier en octobre 1918 !

L’ENNEMI EST HAÏ, MAIS IL EST AUSSI UN ÊTRE HUMAINQUI SUBIT LE MEME SORT DANS LA TRANCHEE D’EN FACE … 1300 ALLEMANDS TOMBENT CHAQUE JOUR . 

PONTICELLI RACNTE  COMMENT SUR LE FRONT ITALIEN , À 30 MÈTRES DES LIGNES ADVERSES  , LES SOLDATS DES PAYS GERMANOPHONES   conversnt avec les aurichiens  . «   On a

fraternisé  : on leur passait des boules de pain , ils nous donnaient du tabac  . ça duré environ trois semaines  , puis les officiers s’en sont

aperçus  et ils nous pnt changé de poste «  

«   Il y avait une fontaine sue la ligne de front se soiuvient Thibaut  . Eh bien nous nous abstenions de tirer sur les boches  , quand ils allaient

puiser de l’eau . et eux de même quand c’était notre tour «  

Boucaud s’est retrouvé  avec la cheville traversée par une balle  . A quatre pattes il tente de rejoindre le poste de secours  quand passe une colobbe de prisonniers allemands  :

«  L’un d’eux  m’a porté sur son dos pendant 5 kilomètres  . c’était comme un frère  . Ni eux , ni moi ne l’avions voulu cette guerre  » . 

DES BLESSES , DES AGONISANTS ,DES MORTS 

LE 28 AOÛT 1918  , Henry chappot de la Chanonie voit son frère agent de liaion , revenir en titubant  de sa mission à 8h30; deux balles de mitrailleuse  jont frappé .  » Passe lui la main dans le

  dos  pour voir si la balle est ressortie  » m’a dit le commandant . Pas de sang , hémorragie interne . Chappot aîné parvient seul au poste de secours

      Monsieur l’abbé cet homme ne relève pas de mon ministère   , mais du vôtre «   a dit le mèdecin-chef . …. on lui a enlevé une balle prés du coeur  avec un aimant . Le

blessé est devenu Evêque ) Clermont-Ferrand . Henry Chappot a lui-même été blessé  le même jour : à 11h30un éclat d’obus lui labourre le dos .Il est évacu » dans un grnd château . La vour est jonchée

d’agonisants  . il n’oubliera jamais cette vision . 

J’ai  reçu un éclat d’obus dans le mollet  l’ors d’un combat dans l’ainseA «  raconte Charles binet … il ne veut pas qu’on l’endorme  pour être certain qu’on ne lui coupera pas

la jambe .  » alors tu vas gueuler «  lui dit le chirurgien dont le surnom est   » Kamikaze   »  ….  » Du coup j’ai tout vu  ce qu’on m’a enlevé  : les bouts de guêtre , la ferraille … «  

Albert Thibaut a eu moins de chance , le 3 septembre 1917 , au Bois des Caure s , un obus pénètre dans le sol et l’ensevelit à moitié . en dégageabr sa jambe droite   il réalise que la cuisse esst entaillée et que le

pied a disparu .  A Souilly ( Meuse ) il dit aux chirurgiens  : «  Sauvez ma jambe  »  mais ils ne l’écoutent pas  …..     »  Le jour de l’armistice , dit-il , je n’ai pas sauté de joie !

          C »ERAIT AFFREUX ÇA NE SERVAIT A RIEN DU TOUT  »  … dit Lon Veil  » maintenant on serre la main des allemands , ou aurait du le faire avant

et Ferdinand Gilson renchérit «  La guerre est le fruit empoisonne de la gêtise  et de la méchanceté humaine réunies a dit Louis – Ferdinant Céline «  

 

 

 

. «  

 

7 mars 2018

TEMOIGNEGES DES DERNIERS POILUS … suite 4

un matin il s'est aperçu qu'il avait passé la nuit couché sur un Allemand mort

un matin il s’est aperçu qu’il avait passé la nuit couché sur un Allemand mort

 

Maurice Guilloteau ( 109 ans )

Maurice Guilloteau ( 109 ans )

C H A C U N     A     ‘      S O N      T O U R « 

LA MORT NE PRÉVIENT PAS , ELLE PEUT ARRIVER A TOUS INSTANT au cours des combats , des bombardements  ….

Une nuit ,Chapot entend le commandant :   »    Les boches contre-attaquent . Allez, les gars , on entre dans la danse !  »  » Je regarde les types couchés autour

de moi  et je me dis : ce soir combien seront dans cette position pour toujours ?  » Le fantasin Gabriel Panchet ( 106 ans ) a trouvé un soldat appoué contre un arbre  , une

épée au travers du flanc : «  Achevez-moi … «   plus tard  , à 20 centimètres de lui  , un copain de son village reçoit une balle dans la tête  : «  Ce

n’était pas mon heure  » . «  Mon capitaine lève les mains  , il les porte à la tête  , il s’effondre «  a raconté l’historoen Georges Dumezil . ce fut donc lui l’instituteur

l’institeur breton et pas moi . Henry chappot  détaille : «  Un poilu venait porter un message . il me dit bonjour , on est tête contre tête  , a quatre pattes . Soudain un

sifflement  strident déchire l’air  , comme un train qui rentre en gare . nous savions ce que c’était , un obus aytrichien ; un 88 , , meilleur que

leur 77 , un peu les qualités de notre 71 , j’ai été soufflé , plongé dans une sorte de coma , l’impression de ne plus avoir de chair sue les os /Me

suis-je dit ;  » Ca y est , je suis foutu  »  , je fais mon acte de contrition . quand j’ai émergé de la nébuleuse j’ai réalisé que l’ogus était tombé

cinq mètres / Il m’avait pété au cul ! Sur la gauche il y avait un gars qui se déséquipait , signe qu’il était blessé , un autre qui giclait son sang

 , c’étaut foutu pour lui .. Je cherche mon camarade  : il était rejeté en arrière avec un rictus  déxouvrant les dants . Moty . J’en ai gardé la

conviction que nous avions rendez-vous du destin  » Car ils en sont tous persuadés , crs  survivants  , QUE CHACUN A SON HEURE . 

NDLR : on peut imaginer ce que oensaient les 60 hommes de Kléber Dupuy en s’installant au fort de Souville pour en assurer la défense. Ils étaient 160 au départ , 60 en rrivant à Souville et à la fin du

combatil n’en est resté que 15 …. les enntinnelles mises en place par K.D ont été tuées par le bombardement  et les autres se sont battues à la grenade, voyant leurs camarades tomber un à un … a quand

mon tour ?

28 février 2018

TEMOIGNAGE DES DERNIERS POILUS ….. suite 3

Cherles Binet ( 106 ans )

Cherles Binet ( 106 ans )

 

j'veux pas qu'on m'endorme , j''veux être sûr que vous ne couperez pas la jambe

j’veux pas qu’on m’endorme , j »veux être sûr que vous ne couperez pas la jambe

LES RECITS DES SOUFFRANCES ENDUREES SONT  DECRITES PAR TOUS , COMME UN CHOEUR MAIS CHACUN EN LUI-MEME A UN SIUVENIR PLUS INTENSE ENCOTE :

L A     P E U R  …. LA MORT

«  BIEN SÛR , J’AI EU PEUR  » avoue Boucaud  ’  mais j’ai toujours pensé qu »il y avait assez dz place autour de moi pour laisser passer les balles  »  . 

«  j’ai souvent eu peur , mais j »ai toujours eu espoir de m’en tirer «  confie Guilloteau . «  une fois j’avais le sentiment que j’allais y passer  : j’ai envoyé

de l’argent à mes parents ‘ précise Cabrol . «   La peur , connais pas ! «  fanfaronne Gilson «  j’&v&is trés confiance en moi : je me disais  , l’obus qui me tuera

n’est pas encore forgé , et je n’ai eu aucun réflexe = une maarmite pouvait tomger à cinq mètres de moi  , je ne sursautais même pas  . On n’avait même

pas te temps d’y penser , on suivait les ordres .  AAu début avril 1917  , en pleine offensive Nivelle , le fantassin Albert Thibaut remie des trous d’obus pour en faire une tranchée  sous

la mitraille : «  Moi qui vivait avec la certitude que je ne pouvais être ni blessé ni  tué  , à ce moment là , j’ai eu vraiment la trouille  » . 

La peur c’est le parfum de la mort et les derniers poilus ( comme tous les poilus sur le front ) ont vivouaqué avec la  » camargye  » . En moyenne , 900 français sont morts chaque jour au front pendant cette

guerre et parmi eux beaucoup de  » copains  » .

Beaucoup sentaienr venir la mort  , se voyauient  perdus et se faisaient tuer  expkique Guilloteau .  De nombreux soldats , aprés 1918 , ont évoqué le bruit mat des balles pénétrant dans le corps de leur voisin

durant l’assaut .  ’ un jour j’ai croisé un cousin à moi qui était dans l’infaterie   » raconte Boucaud  ‘ on a fait un peu de route ensemble  , quand , d’un coup

pof ! il est tpmbé comme une masse. Une balle dans la tête  » .

« A chaque  fois que je voyais un camarade tomver , je pensais à ma maman «  confie Gilson 

A     S U I V R E 

 

 

 

26 février 2018

TEMOIGNAGE DES DERNIERS POILUS … suite 2

Henry Chappot de la Chanonie ( 105 ans )

Henry Chappot de la Chanonie ( 105 ans )

 

Léon Veil ( 107 ans ) a ezfusé de tirer sur des mutins  " des copains " .

Léon Veil ( 107 ans ) a ezfusé de tirer sur des mutins  » des copains  » .

 

Lazarre Ponticelli (105 ans )

Lazarre Ponticelli
(105 ans )

L E S       C O P AI N S    P O U R     L E S    P O I L U S    C ‘ E S T    I M P O R T A N T 

UNE  SEULE CHOSE COMPTE VRAIMENT POUR LES POILUS , LES COPAINS ,. c’est avec eux qu’on chasse la peur  , qu’on traverse les coups dure , qu’on tue le temps , qu’on rigole .

 » Mes grands souvenirs de Verdun «  raconte Henri chappot «  c’est quand un  poilu avait gravé en haut de notre sape  avec un couteau :   » Moïse fut sauvé

des eaux , mais nos os ne seront pas sauvés de la mouise «  Et quand aprés un bombardement  , les copains demandent en morse :   »  etes-vous vivants ? «  Chappot et son

groupe répodent toujours en mprse : «  et ta soeur ? «  

C’est parce qu’il ne veut pas tirer sur des soldats français  , des  » copains  » , que Léon Weil , chasseur alpin , refuse de fusiller des mutins . Il est emproisonné – brièvement , car on manque de troupes .  il se

souvient encore que sun copain Magneux  , lors d’un appel ou

l’on demandait   »  Il ne manque personne ? « , répondit : ‘ Ici , il manque l’enthousiasme . «  

Avec les copains le poilu pense que rien ne peutlui arriver .  . Sous un bombardement , Cabrol se souvient  que le toit de l’abri s’est effondré  :  Ca c’est quelque chose que je n’oublie pas  s

 

gars sont venus me sortir de là  , ils ne m’ont pas laissé tomber  » . Ponticelli , lui , entend en Argonne jles appels d’un camatade  resté entre les lignes de barbelés «  Venez me

. chercher , j’ai une jambe coupée «  Il y va , le garotte  et le traîne bers la tranchée  en lui vhuchotant : «   surtout ne crie pas , les allemands vont nous tirer dessus « 

l Merci pour mes quatre enfants «  lui dit le blessé , un réserviste .

    Les copains , c’est ce que les historiens et les psychologues  dela guerre ont appelé  ensuite  » le groupe primaire  »  , cellule de base plus

petite que la compagnie  , fonctionnant  avec ses propre règles  , son autonomie et son principe intangible : la solidarité …. La guerre a été

 .gagnée parce que des dizaines de   » groupes primaires  » ont tenu le choc , elle a été gagnée par ls copains /.

ref : cf notre premier billet sur le sujet ;

A     S U I V R E 

 

25 février 2018

MA FETE C’EST LE II NOVEMBRE : Kléber Dupuy … suite

DSC_0767DSC_0768LE 13 NOVEMBRE 2017 , NOUS ÉCRIVIONS UN  » BILLET  » , dans lequel nous évoquions le visite à La Teste de Buch , sur la tombe de KLEBER DUPUY

du petit filsd’un des soldats de la 3ème Cie du 7ème R.I. qui avait pris une part importate dans la défense du fort de souville les 11 et 212 juillet 1916 :

Il s’agit d’Henri Guillaume CABROL … et son petit fils , MARC , était venu avec son Epouse le 11 novembre 2017 sur la tombe de KLEBER DUPUY

Dans ce  » billet  » je relatais , également  , la visite ssur la tombe de Kléber Dupuy le jour de la Toussai,s 2017 de son petit fils BRUNO DUPUY

accompagne de sa fille MARIE CAROLINE  , émotion pour eux et moi .

     CE MARDI 20 FEVRIER 2018 , BRUNO EST REVENU SUR LA TOMBE DE SON GRAND PERE AVEC SON EPOUSE VERONIQUE .

Surprise , il avait amené , avec eux , le sabre d’officier de son Grand Père , KLEBER DUPUY . Ce sabre , j’en avais entendu parler , mais je ne l’avais jamais vu.

Pour moi , surprise et émotion …… BRUNO a posé le sabre sur le caveau ou repose son Grand Père et VERONIQUE a pris quelques photos.

Sur les photos on remarque trois symboles : Le DRAPEAU , symbole de la Patrie ,

Le   » SABRE  D’OFFICIER  »  : symbole le  » l’état miliaire  » ,

Le petit fils de et le neveu de Kléber , symboles de la mémoire que l’on doit à ceux qui ont lutté POUR DEFENDRE LEUR PATRIE

MERCI , BRUNO  er VERONIQUE  , POUR CETTE VISITE QUI , EST POUR MOI SENTIMENTALEMENT ,  TRES IMPORTANTE  . JE VOUS EN SUIS TRES RECONNAISSANT .

A bientôt la visite de la seconde petite fille de Kléber , JOSEPHI,E ,  sur la tombe de son arrière grans Pèr .

NOTE : Kléber DUPUY , n’était pas un militaire de carrière , mais un Instituteur  , qui avait  » gagné ‘ ses galons d’officier sur les champs de bataille de 14-18 ,

Son fils , Jean Kléber DUPUY  ( JK ) était mèdecin et il a oeuvré dans la Résistance pendant la seconde Guerre Mondiale  ( comme son père d’ailleurs )

 

18 février 2018

TEMOIGNAGE DES DERNIERS POILUS …. suite 1

G. Ulmann , caporal à reçu la Légion d'Honneur   " comme Napoléon "

G. Ulmann , caporal à reçu la Légion d’Honneur
 » comme Napoléon « 

 

 

 

Georges Ulmann et son épouse (106 ans )

Georges Ulmann et son épouse (106 ans )

 »    O N    E T A I T    D E S   M I L L I E R S    A   S E    P R E S E N T E R   « 

 » NOMBRE D’ENTRE LES POILUS DEVANÇAIENT L’APPEL , jeunes volontaires désireux d »aller au feu   »  je

voulais bouffer du boche   » explique Henry  Chappot de la Chaponie ,

Vendéen retiré prés de La Rochelle  …. Notre pays avait été envéhi par  les allemands. La moindre des choses ,

c’est de défendre son territoire , même les animaux le font !  La Patrie érait quelque chose

d »ultra-vivant qu’il fallait traduire en actes  surtout dans les milieux aristos. A l »autre bout de l »échalle  sociale  ,

Lazarz Ponticelli  , immigré italien  , se porte volontaire dans le 1er régiment  éreanger mais on

 

refuse  de k’inscrire :  Un Ponticelli est déjà répertorié ! En 1915 , il est démobilisé et renvoyé en italie pour se

battre sous son drapeau  , mais il faut une escorte de deux gendarmes pour qu’il arrive à Turin  en uniforme français . C »estparce qu’il est trop aigne que georges Ulmann , lui ,

est ajurné en 1914 . alors il «   boulotte des gâteaux «  et apprend le morse en observant les signaux militaires  envoyéd du haut de la Tour Effeil : on l’incorpere dans les transmissions  ….

«   les gens vus regardaient de travers quand vous étiez jeune et oas à la guerre … ‘  glisse-t-il  .  

« Je suis parti pour faire comme les copains «  explique Claude-Marie Bpucaud engagé volontaire dés décembre 1914 «   et puis à l’école on nous serinait depuis des

 , qu’ils nous avaient pris l(Alsace et lannées que les Allemands nous avaient battu en 1870, qu’is nous avaient pris l’Alsace et la lorraine   »

dans la somme deux nlessures l’attendent  . au bureau de recrutement de lyon  ; place Bellecour , on éyait des milliers à se présenter «   rémoigne Charles B  , engagé à

18 ans ,  en août 1914 et démobilisé en 1919 «  par patriotisme ,mais aussi par curiosite  » …..

Ref : cf. l’article précédent .

A     S U I V R E 

 

 

12345...62

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...