Accueil

4 mai 2017

LA BARAILLE DU CHEMIN DES DAMES : AVRIL 1917 … suite 3 ….CRAONNE

tiré du Guide michelin

tiré du Guide michelin  1920

 

141-142.pages

141-142.pages

Craonne: le plateau de Californie , prés de l'église

Craonne: le plateau de Californie , prés de l’église

6582a7dc69_prise-de-craonne-282x400craonne--le-plateau craonne--le-plateau

Craonne 5 avril 1917

Craonne 5 avril 1917 de Flameng François

6582a7dc69_offensive-Nivelle-580x409                            CRAONNE : UNE BOUCHERIE SUR LE CHEMIN DES DAMES 

LE PLATEAU DE CRAONNE SE TROUVE SUR LE TERRAIN DE COMBAT DU  » CHEMIN DES DAMES  »  .  » Du 16 au 25 avril , en une dizaine de jours on dénombre plus de 30 000 morts

du côté Français  » . L’état-major décide , pour réduire le nombre de morts , blessés et disparus , de se livrer à des attaques   affaiblirl e front de l’ennemi . Le 4 mai le 18éme R.I. attaque et investit le êtit village de

CRAONNE  dont le nom va rester tristement célèbre dans l’histoire de la première Guerre Mondiale .

En deux jours d’affrontement ,le 18éme a perdu 20 officiers et 814 soldats. Le régiment est envoyé au repos à Villers sur Fère .

DESESPOIR ET MUTINERIES

APRÉS L’ATTQUE DU  » CHEMIN DES DAMES  » ET CRAONNE , la désillusion est immense chez les poilus.Ils ne supportent plus le sacrifices inutiles et les mensonges de l’état-major.

Des mutineries éclatent çà et là  ….. explosions de colère sans conséquence pratique ( aucun soldat n’a braqué son arme sur un gradé , aucune compagnie n’a déserté ) .  Elles surviennent à l’arr!ère

dans les troupes au repos qui ,  aprés s’être battues avec courage mais inutilement , apprennent que leurs supèrieurs veulent les renvoyer au front sans plus d’utilité  .

Le général Nivelle est limogé et remplacé par le géneral Pétain . Celui-ci s’applique à redresserle moral des troupes , il sansctioon  » avec modération  »  les faits d’indiscipline collecive , mais il faut faire des

exemples et des exécutions ont lieu.

Guy Péchouani ( historien ) estile à 3 000 le nombre de condamnations et les exécutions effectuées entre 60 et70 . Les autres condmnés voient leur peine commuée en travaux forvés , en peines de prison ,

lesquelles sont utilisées pour des missions de combat suicidaires . Jean Baptiste Duroselle évalue à 250 le nombre demutineriessur le front Français au printemps 1917 qui auraient impliquéun maximum

de 2000 soldats .

LE CAPORAL MOULIA

Coporal au 18éme R.I. il a pris part aux combats de CRAONNE les 4 et 5 mai . Le 27 ami , à la fête de Pentecôte , au  village de Villers sur fère , alors que son  régiment est au repos , au café les esprits

s’échauffent et une rumeur cours selon laquelle le régiment  devrait monter en ligne avant la fin de sa pèriode de  repos , afin de prendre la place d’une unité qui se serait mutinée ….une centaine de soldats

s’engagent en corttège dans les rues du village ,auxquels se joignent quelques civils … des cris de colère , des slogans , le chant de l’internationale . au cours de cette manidestation le colonel Derchef a été

bousculé … pendant la nuit les mutins otganisent un barrage afin d’empêcher l’embarquement  de leurs camarades vers le front , le lendemain matin .

Il n’y a pas eu de tués , ni de blesses , ni de dégradation de matèriel . Le 28 mai  un détachement de gendarmerie permet aux officiers de reprendre la situation en mains et petit à petit  , les uns aprés les autes ,

même les plus déterminés ) capitulent et rentrent dans le rang … les troubles n’ont duré que deux jours .

Le caporal MOULIA du 18 éme  n’a pas participé au défilé , mais dés le 28 avril il est arrêté par la police militaire .    12  soldats du régiment , sont arrêtés et passent en Conseil de Guerre … ce sont ceux qui on

fait le plus de prison pour indiscilplne et dans le lot il faut un caporal ….. le caporal CROUAU est arbitrairement désigné mais problème : il n’était pas présent à Viller s sur Fère au moment de la mutinerie ! qu’à

 

cela ne tienne  ,  un autre caporal est désigné ,le caporal MOULIA  … il fera l’affaire bien que décoré de la Croix de guerre pour son comportement à Verdun , même s’il n’a pas pris part à la mutinerie.

D’autres soldats dont arrêtés : 14 sont condamnés à 60 jours de prison aprés lesquels ils seront affectés en  » section spéciale d’infanterie  » . Une centaine seront condamnés entre 30 et 60jours de prison.

avecparfois l’envoi dans des  » sections spéciales d’infanterie  » .

Le Conseil de Guerre du 7 juin , a condamné à mort 4 des 12  » meneur » parmi lesquels le Caporal Moulia.  TROIS  SERONT FUILLES , LE 12 À MAIZY  , CASIMIR CANEL , ADOLPHE DIDIER ET

JEAN LOIIS LAPLACETTE   .

VINCENT MOULIA  , lui réussité à s’échapper et malgré les recherches de la gendarmerie , a réussi à rejoindre sn village natal , Nassist dans les Landes A Y S’Y CACHER JUSQU’EN 1918 .  Au moids de mai

,croyant d’avoir été dénoncé , il passe en espagne et il y restera jusqu’n 1936 . Il bénéficiera d’une amnistie mais n’aura pas droit à une carte d’ancuien Combattant ni aux avantages qui lui y sont liés. Sa Croix de

gGuerre ne lui sera restituée qu’en 1979 , 5 années avant sa mort en 1984 .

vincent Moulia est le seul  » poilu  » condamné à mort à avoir réussi à échapper au peloton  et a du faire preuve de persévérance et de courage même si la chance lui a donné un sèrieux  » coup de pouce  » .. Son

histoire est symbolique : soldat exemplaire selon les critères militaires classiques , no militant anti-militariste et ou

communiste . il est pourtant victime de l’aveuglement et de la stupidité de l’instit ution …. il partageait sans doute  » le ras-le-bol des mutins , mais n’a pas participé directeent aux évènements .Cela n’empêchera

pas certains officiers de le treîner dans la boue et de le condamner oà mort . IL FALLAIT A TOUT PRIX UN CAPORAL DANS LES CONDAMNES !!

REF:  La bataille du chemin des dames 1917 …. 16 avril 1917 , l’offensive du chemin des dames – herodote net .

A      S U I V R E

30 avril 2017

LA BATAILLE DU CHEMIN DES DAMES : AVRIL 1917 …. suite 2

139-140.pages139-140.pagesnivelle LE 16 AVRIL A 06 HEURES  , L’INFANTERIE ATTAQUE PAR UN TEMPS GLACIAL SUR UN FRONT DE 40 km … C’EST PARTOUT UN ECHEC SANGLANT  sur le  » Chemin des Dames  » comme dans la

plaine champenoise voisine.

APRÉS UNE PRÉPARATION D’ARTILLERIE DE 9 JOURS , AVEC UN MAGNIFIQUE ÉLAN , LES TROUPES MONTE,T À L’ASSAUT…. les hommes sautent les parapets et gagnent les premières lignes.

A 07 heures d’aprés le député Jean YBARBEGARY , le  » bataille est perdue  » . Les hommes qui se sont lancés à l’assaut échouent contre les deuxièmes lignes ennemies trés peu entamées par les bombardements

de l’artrillerie …. ils sont pris en enfilade par les nids de mitrailleuses allemandes bien protégées et même parfois pris à revers par les soldats Allemands qui sortent des souterrains.

Les pertes sont considérables parmi les troupes faisant partie de la première vague  d’assaut. Le soldat Paul Clairfeuille note dans son journal :   » la première vague part mais est est  deux

tiers fauchée par les mitrailleuses ennemies qui sont dans de petits abris en ciment armé  » . 

La 10éme division d’Infanterie Coloniale qui s’élance est décimée .Les pertes s’élèvent à 150 officiers et 5 000 soldats dont la moitié étaient des Tirailleurs Sénégalais.

A 09 heures  , à l’est du « Chelin des Dames  » les chars d’assaut sont engagés  , mais cette première intervention des chaurs de l’armée française est un échec. Sur les 28 chars engagés , 57 sont détruits , 64 sont

tombés en panne ou enlisés. Lours et lents ( 4 km/h )ils restent souvent prisonniers d’un terrain mérécageux et sont ine cible facile à etteindre.

A 14 heures , la siruation ne s’amèliore pas . Il s’est mis à neiger et les soldats s’aperçoivent qu’ils ne progrennent guère , que l’offensive est un échec . .Le soldat Paul Clairfeuille écrit dans son jpurnal :

«  O rdre nous est donné de creuser des trous individuels . Moi qui ai entendu parler du plan , je sais qu’à cette heure nous devrions avoir passe Craonne et être dans la vallée de l’Ailette . Je dis aux

camarades  » ça ne pa pas «  

C’ETAIT VRAI , LE PLAN D’ATTAQUE DU GENERAL NIVELLE EST RATE.

Le constat du fiasco est définitis le 8 mai et le 15 mai NIVELLE est remplacé par PETAIN à la tête de l’Armée Française.

Le 23 octobre , les Français parviennent à s’emparer du fort de Malmaison à l’poues du  » Chemin des Dames  »  , à l’issue d’une attaque limitée mais bien préparée. C’est un succés tactique avec des pertes

ingèrieures à celles infligées aux allemands , qui  valide la nouvelle conduite de la guerre prévue par Pétain.

Entre je 31 octobre et le 1er novembre 1917 , les Allemands abandonnet  leur position sur le  » Chemin des Dames  » pour se replier dèrierre une nouvelle ligne de défense au nord de l’Ailette.

LES PERTES SONT DE Q 17 000 MORTS , 20 OOO DISPARUS ( chiffre inculant les prisonniers ) pour les Français  . Du côté allemand elles sont estimées à 35 000 tués , blessés ou disparus .

L ‘ échec du  » Chemin des Dames  » met un terme au crédit de l’offensive décisive .Dés lors les états-majors alliés réfléchissent à une nouvelle mànière de poursuivre la guerre et optent pour des

attaques limitées  et sur le renforcement de l’armement pour tenter de limiter les pertes humaines et tenir jusqu’à ce que  l’engagement américain soit effectif sur le terrain. 

Cette nouvelle orientation portée en particulier par Pétain vise à  » industrialiser la guerre  » . En outre , pour limiter l’impact considérable de la mortée provoquée par l’artillerie  , il est décidé de réorganiser le

système défensif en profondeur efin de réduire la proportion de troupes exposées directement  en première ligne et permettre les replis sur des lignes bien protéjées .

REF de ces articles :   WIKIPEDIA

L’échec de l’offensive sue le chemin des dames ( avril 1917 )

Le chemin des dames et autres .. reims – les offensives de 1917

Centre d’histoire et de mémoire du Pas-de-Calais : yves le Mauer.

A          S U I V R E . 

C’

 

27 avril 2017

LA BATAILLE DU CHEMIN DES DAMES : AVRIL 1917 ….. suite 1  »

char Schneider

char Schneider

 

14-18_chemindesdames

 

char Saint-Chamond

char Saint-Chamond

800px-Attaque_sur_le_plateau_de_Craonne_en_1917                                      LE CHEMIN DES DAMES : pourquoi ce nom ?

Un petit chemin carossable empunté entre 1776 et 1789 par deux filles du Roi  louis XV ,  Adélaïde et Victoire appelées  »  Filles de France  » . Elles venaient de Paris pour rendre visite à la Duchesse Lara,

au château de La Bove dans l’Aisne . Pour faciliter leur voyage elles prenaient ce chemin … lequel sera  empierré sur le nom de   » Cmenin des Dames  » .

UNE OFFENSIVE PARALLELE EST MENEE PAR LES ANGLO-CANADIENS AU NORD DE LA SOMME , PRES D’ARRAS ET DE LA CRETE DE VIMY . Plus chanceux , que les Français ils

avanent dés le premier jour de 1 à 5 km , les allemands ayant allégé leur dispositif  pour center leurs efforts sur le  » Chamin des Dames  » .

                                             LES FORCES EN PRESENCE AU  » CHEMIN DE DAMES «  

COTE FRANCAIS :  GÉNÉRAL NIVELLE

La Véme Armée du général Mazel compte 16 divisions d’infanterie , 1 division de cavalerie , 2 brigades Russes et un peu moins de 200 chars d’assaut.

La VI émé Armée du général Mangin compte 17 divisions d’infanterie  , 1 division de cavalerie  , 1 division terriotoriale et de nombreux réguiments de troupes coloniales , Sénégalais et Zouaves

constituant des  » troupes de choc  » ( sur les 15 000 africains présents face aux lignes Allemandes , 6 000 mourront le 16 avril )

La X éme Armée du général Duchêne compte 9 divisions d’infanterie et est en réserve.

La IV Armée du général Anthoine est également en réserve avec 5 divisions d’infanterie .

EN TOUT : 850 000 hommes , 2700 pièces d’artillerie de 75, 2300 mortiers , dont 790 canons modernes .

COTE ALLAMAND :    HINDERBURG et ERICH LUDENDORFF

LA VIIéme armée est commandée par le général Boehn ,  elle compte 14 divisions

La Véme armée est sous les ordres du général Below

Les Allemands occupent une zone puissemment fortifiée avec des mitrailleuses sous abri , un excellent réseau souterrain communiquant avec la ligne de drête et dispose de 530 avions de chasse.

DU COTE FRANCAIS DES CHARS SONT PREVUS pour évoluer où celà sera possible.

Le groupement Bossutavec 82chars schneider , le groupenent chaubés avec 50 chars Saint – chamont .

C’est le premier assaut des chars de l’histoire militaire française a eu lieu le 16 avril 1917 . Des 128 chers engagés , 57 sont détruits entraînant la mort ou la disparition de 94 hommes d’équipage et

109 blessés. Difficilement manoeuvrables , sans tourelle , mal blindés , avec des réservoirs de carbuant mal protégés , les 22 tonnes des chars Schneider sont une cible facile pour l’ennemi.

Le moral des combattants était on , les troupes Françaises étaient pleines d’ardeur et d’élan , en bonne forme physique et bien préparées , faisaient preuve d’un bon souffle patriotique et d’un grand

esprit de sacrifice , d’une magnifique foi en la victoire …. bien qu’helles se rendent bien compte de la difficulté de leur tâche  , amis ce sera un échec sanglant .

A     S U I V R E

23 avril 2017

LA BATAILLE DU CHEMIN DES DAMES : AVRIL 1917

le-plateau-californiethth-1LA BATAILLE DU CHEMIN DES DAMES , EN AVRIL 1917, EST UN DES NOMS DONNÉS A L’OFFENSIVE PRÉPARÉE ET DIRIGEE PAR LE GENERAL NIVELLE AU PRINTEMPS 1917 ….

la seconde bataille de l’aisne ou  » offensive Nivelle  » se déroule entre Soissons et Reims sur le plateau dénommé  » Chemin des Dames « .

Le général Nivelle avait prévuque l’vancée des troupes françaises serait foudroyante  MAIS EN REALITE CE FUT UN ECHEC EFFROYABLE ET SANGLANT POUR L’ARMEE FRANCAISE..

Aprés un long bombardement par l’armée française , destiné à détruite les positions allemandes l’infanterie devait partir à l’assaut sous la protection d’un feu roulant d’artillerie et la front devait être percé dans la

journée. L ‘ attaque prévue le 14 avril  était lancée le 16 avrilà 06 heures et le 16 au soir le front Allemand était à peine entamé .

Les pertes françaises sont considérables , en particulier celles formées par les soldats des colonies.Malgré l’échec , les troupes françaises et allemandes se disputent le plateau jusqu’en juin.

L’ECHEC DE CETTE OFFENSIVE EST UNE DES CAUSES DES MUTINERIES DE 1917 .

«   L’HEURE EST VENUE , CONFIANCE , COURAGE ET VIVE LA FRANCE «  avait déclaré le général Nivelle !!! 

La décision d’une offensive de grande envergure avait été prise par le général Joffre lorsqu’il;était à la tête de l’armée Française . En décembre 1916 , le général Nivelle remplace Joffre et reprend son projet .

Son idée est de concentrer un maximum de forces sur cette partie du front afin de l’enfoncer . Le front a la forme d’un angle droit .Les anglais attaqueront sur la ligne entre Vimy et Soissons et les français entre

Soissons et Reims pour affonter les allemands en deux directions différentes .

 

Mais une offensive de cette ampleur ne permet pas de garder un secret absolu et les allemands se replient du 15 au 19 mars sur la ligne Hinderburg , front réduit à 75km , ce qui leur permet d’économiser

de nombreuses divisions. L’angle droit de l’offensive est gommé , la ligne de défense s’étend dans une direction nord-ouest / sud-est de Vimy à Reims en passant par le  » Chemin des Dames  » .

Les alliés mettent une semaine à se rendre compte de ce retrait allemand et le plan initial de l’offensive est caduc . Nivelle adapte son projet à cette situation nouvelle et dissocie l’attaque anglaise de l’attaque

française ,laquelle se redcentre sur le  » Chemin des Dames  » .

Le  » Chemin des Dames  » est un plateau calcaire entre la vallée de l’Aisne et la vallée de l’Ailette . C’est u bel observatoire que les allemands occupent depuis septembte 1914 . Ils l’ont transformé en forteresse

en aménageant les carrières souterraines , en creusant des souterrains permettant de relier l’arrière aux premières lignes , en édifiant et camouflant de nombreux nids de mitrailleuses. Les allemands tiennent la

ligne de crête et les Français sont établis sur les pentes .

REF:  » bataille du chemin des dames  »   wikipédia .

A      S U I V R E 

17 avril 2017

LES TERRITORIAUX PENDANT LA GUERRE 14-148 : ALBERT PONS , journal d’un non combattant .

PONS Albert est le militaire

PONS Albert est le militaire

 

extrait de journal de marche

extrait de journal de marche

 

Albe PONS

Albe PONS

NOUS PENSONS SOUTHAIBLE DE PARLET D’UN DE CES TERRITORIAUX QUI DANS LE CADRE DE LA GUERRE 14-18 N’A PAS ETE DE CEUX AYANT COMBATTU , ARMES A LA MAIN ,

C’EST SUR LE SITE  <http://www.chtimiste.com/ > dans la rubrique  » Carnets  » que nous avons découvert son carnet de guerre …  » journal d’un non-combattant de la guerre 14-18  » qui porte sur l’année 1915 ….

c’estle titre choisi par lui .

IL N’A PAS TIRÉ…. IL N’A PAS TUÉ ….. mais il est mécontent !

certes , dans les conclusions de son carnet de guerre il a compté les jours ou il a risqué sa vie , ou il a vu ses camarades mourir et ou il a servi son pays. Il semble régler ses comptes avec ceux qui lui font le

reproche de ne pas avoir combattu et qui ne prennent pas compte de ce qu’il a fait .

Ne pas avoir combattu , c’est presque être un  » embusqué  » et cela est insupportable à Albert PONS .

Albert PONS est né à Vidauban , village du Var le 3 mai 1869 . il afait partie de la classe 1890 , registre matricule 232 du recrutement d’Antibes .

Avant la guerre il était  » bottier resseumeleur dans son village natal et tenait boutique prés de la boulangerie de son grand père . Agé de 45 ans en 1914 il a fait partie d’un régiment de Territoriaux.

NOUS TETIENDRONS DE SON CARNET  quelques lignes qui nous permettent de vérifier que l’action de ces territoriaux non-combattants n’étéit pas de tout repos , n’était pas sans danger et souffrances , n’étant pas sans peur ….. et était foncièrement utile.

JANVIER 1915 :  Travaux consistant en l’édification de tranchées et abris souterrains sur le plateau de Bray-sur-Somme . La ligne de front est à maoins de 2 kilomètres  … les bombardements finissent

par détruite notre travail … il faut recommencer …

MARS :                      Travaux sur les tranchées à Brage et Albert . Temps épouvantable . Une compagnie réfectionne une route partiellement bombardée.

AVRIL :                     Même travaux jusqu’au 19 ou notre bataillon part au repos , mais chaque jour des exercices  et des marches d’épreuves , sac complet .

14 MAI :                   Nous repartons vers une direction inconnue et le 16 mai , dans les tranchées autour de Carency nous enterrons les corps de soldats allemands morts depuis déjà plus de 8 jours

avec un outillage presque inexistant … pas de brancards , pas de désinfectant , nous les enterrons sur place …. nous retournons les nôtres …… pus finissons par nous faire repérer et une grêle d’obus s’ensuit .

Ce travail continue jusqu’au 23 mai …. nous avons récupé res brabcards.

24 MAI :                  Nous avons un tué et un grièvement blessé , notre cantonnement étant bombardé

29 MAI :                  On enlève les corps sur un plateau entre Carency et le Cabaret Rouge … corps tombés en Novembre 1914 .

30 MAI :                  De nuit  (  le travail de jour devenant trés dangereux , et ce devient courant ) , prés de la route de Béthune nous relevons les corps de soldats tombés en novembre et décembre 1914 . Il faut

se munir de fortes toiles pour transporter ces corps dont les membres se détachent …; pas de désisfectant … nous sommes imprégnés de cette odeur cadavérique .

31MAI :                  Une corvée va en avant de la première ligne à 50 mètres des tranchées allemandes .Deux brancardiers de l’active doivent ramener le corps d’un capitaine . L’un est tué , l’autre grièvement

blessé . Un officier de l’active s’oppose à ce que notre corvée se risque à nouveau .

2 JUIN :                Albert Pons a la capote déchirée par un éclat d’obus . L’activité qui règne sur le front nous empêche de faire btre travail depuis trois jours .

3 JUIN:                Des obus éclatent partout  … le pays est entièrement démoli , des corps oartout dont beaucoup trénciens tombent en pièces. Un obus tombe sur le bureau ducolonel.

4 juin :                  Nous partons le soir à Ablain toujours en feu. difficulté de réaliser notre corvée …  à la briquetterie d’Ablain pas de peine à se pourvoir en cadavres .

7 JUIN :               Notre travail consiste à charger sur des voitures XX des claies , du fil de fer de tranchées , des munitions de toutes sortes et à les transporter en profitant de la nuit .

9  AU 12 JIUIN :  Réfection de tranchées et de boyaux … des obus tombent autour de nous …. vorvée de munitions … nous avons de la boue jusqu’à mi-jambes et sommes gratifiés de quelques obus …

13 JUIN :              Reprise de corvée aux morts . Travail de nuit . nous enterrons les corps sur place par 10 ou 12 ensembles , aprés les avoir identifiés . Les mouches , même en pleine nuit , nous environnent dés

que nous touchons les morts.

…..                         Alternance de corvée aux morts , de réfection de tranchées et de boyaux , de munitions …. et la 16 juin Albert est blessé à la tête …. pour varier , gaz lacrymogènes ! … etc … etc

23 SEPTEMBRE :     Nous avons quelques blessés … et 9 tués .

DU 6 OCTOBRE AU 1ER DECEMBRE :      Tous les bataillons réunis à Baumetz-Lès-Loges Même travail avec bombardement tant au travail qu’au repos et nombre de tués .

EN CONCLUSIONS :  86  jours de travaus dans une région bombardée par l’ennemi , à 2 km des lignes – 158 jours de travail sous un violent bombardement , souvent dans les lignes , même parfois

en avant. – 75 jours de travail effectués dans une région bombardée par l’ennemi à deux km des lignes avec bombardement répété sur le cantonnement -

VOILA LE LOT DE CEUX QUI NE SONT PAS ASSIMILES A LA QUALITE DE COMBATTANT .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15 avril 2017

LES TERRITORIAUX PENDANT LA GUERRE 14-18 : Le caporal André HALLIBERT

IMG_4662IMG_4663IMG_4661EN 2014 J’AI RENDU VISITE A PLUSIEURS ECOLES PRIMAIRES DE LA TASTE DE BUCH , pour parler aux élèves des classe de CM2 du Testerin Kléber Dupuy qui avec

ses soldats de la 3éme compagnie du 7éme régiment d’infanterie a défendu victorieusement le fort de SOUVILLE  les 11 et 12 juillet 1916 , mettant ainsi fin à la bataille défensive de VERDUN .

Dans la classe du professeur d’école , Cécile HALLBERT , de l’école Gambette ,j’ai reçu un accueil particulièrement chaleureux. Dans la bibliothèque de la classe , plusieurs ouvrages sur la Grande Guerre étaient à la disposition

des élèves et en évidence un cadre dans lequel étaient sept médailles de la guerre 14-18 délirvées à Monsieur André HALLIBERT caporal au 141 éme Régiment d’Infanterie Territoriale .

André HALLIBERT était le grand père du professeur Cécile HALLIBERT , qui n’a pu me donner que quelques informations sur son aïeul ,mais on sentait toute sa fierté de

pouvoir parler de ce grand père qui avait fait la Grande Guerre avec courage et héroïsme .

André Hallibert a fait toute la campagne , VERDUN , ORIENT ET SALONIQUE. Il a été cité à l’ordre du Régiment. et obtenu la CROIX de GUERRE avec une étoile , la MEDAILLE

MILITAIRE,LA MÉDAILLE COMMEMORATIVE DE LA GUERRE 14-18 , LA MEDAILLE COMMEMORATIVE DE VERDUN , LA MEDAILLE COMMEMORATIVE DE L’ARMÉE D’ORIENR ET DES

DARDANELLES ., la CROIX DU COMBATTANT

Il était gendarme à Roquefort dans les Landes , ce qui explique son appartenance au 141éme R.I.T.  » régiment des Landes  »

Son épouse avait gardé des prisonniers Allemands .

Aprés mon intervention , Cécile Hallibert et les élèves de sa classe   ont décidé  que chaque élève ferait une lettre à Kléber Dupuy pour lui dire ce qu’il pensait de son action et de celle de ses

soldats . Ces lettres ont été affichées sur u tableau dans l’entrée de la Mairie de La Teste de buch , avec aussi les interventions des autres classes de la ville ayant régléchi sur les divers aspects humains de cette

guerre .

Merci à André HALLIBERT pour sa participation à la défense de sa Patrie et merci à sa petite fille , Cécile Hallibert , qui avec ses élèves n’oublie pas le devoir de mémoire envers les  » poilus « de 14-18 .

 

 

Je

11 avril 2017

LES TERRITORIAUX PENDANT LA GUERRE 14-18 …. LE 141éme R.I.T. … suite 1

insigne Béret du 141e R.I.T.

insigne Béret du 141e R.I.T.

 

drapeau du 141e R.I.T.avec date des victoires

drapeau du 141e R.I.T.avec date des victoires

LE 141 éme RIT DANS DIVERS SECTEURS 

LE 15 MAI 915 , le régiment est relevé par les troupes britanniques  et reprend son aspect habituel …. mais dans le cesteur de Notre-Dame-deLorette  il subit des pertes dufait de bombardement d’artillerie .

il garde ce coin  de France jusqi’au 14 juillet . Le 15 juillet ,il est transporté en camions à Flers puis une série de déplacements pédestres vont l’amener au repos à Etouy  , à Rouquerolles à Gicourt et Agnetz.

Le 7 août il relèvera le 144° de ligne à Maucourt. Le 1° septembre et jusqu’au 21 septembre il exécute des travaux de défense à Berneville et Semincourt et le 22 septemtre il occoupe les tranchées de soutien vers

ßeaumetz-les-Loges … puis il occupe les tranchées de première ligne dans le secteur de Blairville jusqu’au 3 octobre date à laquelle le régiment est transporté en camions dans la région de Divion.

Pendant cette pèriode , le régiment subit des pertes dont celle du capitaine AUBRY , tué le 12 septembte 1915. Un discours fut prononcé par le colonel commandant le régiment , le jour des obsèques à l’endroit

ou il tomba. Avant la descente du cercueil dans un caveau , le commandant Bannel , chef du bataillon du capitaine AUBRY , pronnonça un discours empli d’émotion et de coeur :

CAPITAINE AUBRY , Mon cher camarade ,

«  Au nom du 2éme bataillon du 141éme , j’ai la triste mission de vous apporter le salut suprême . Tous ….. nous déposons devant votre dépouille le

téloignage éclatant de notre sympathie et de nos regrets . Vous partez, brutalement enlevé à notre affection avant d’avoir vu luire le jour grandiose

, vers lequel allaient toutes nos pensées , toutes nos aspirations , tous nos rêves . de la victoire , jour béni , vers lequel tendaient tous les

ressorts de votre être  » Pour voir la France victorieuse, je donnerai tout ce que j’ai de plus cher  »  Me disiez vous un jour  »  …  Vôtre tâche est

finie ! ….; Le capitaine AUBRY s’est révélé à nous dans cette campagne , ce qu’il a été toujours dans sa vie : un homme de coeur , travailleur

infatiguable , esprit droit , trés cultivé , épris de justice et de sacrifice , caractère ferme , loyal , d’une sensibilité exquise , infiniment bon

, d’une bonté parfaite , admirable , qui ganait la sympathie dés le premier abord , et forçait l’affection ensuite . Estimé de ses chefs , aimé de

ses camarades , adoré de ses soldats , il a su toujours ou était son devoir .Dans des circonstances diffilciles et pénibles , il a montré sous une

apprence froide qu’il avait une énergie peu commune , une volonté de fer , un coeur d’or et sa modestie excessive lui a fait abandonner à d’autres

les éloges qui revenaient à lui seul et les récompenses qu’il méritait …. «  

Le 15 octobre 1915 , le régiment monte dans le secteur de Loss-Grenay qu’il tiendra jusqu’au 5 janvier 1916 ….. le 17 janvier il s’installe à Aix-Noulette ,Bracquencourt , Hersin ou il exécute  des travaux

dans cette région . Les 6e et 7e Cie tiennent la tranchée de Calonne du 15 au 27 février.

Il quitte la région le 3 mars et est au repos . Le 31 mars1916 commence un mouvement par voie de terre qui l’amènera le 7 avril dans la région d’Ansauvilliers ou aprés une pèriode d’instruction il est embarqué

le 13 avril à destination de la Meuse … aprés quelques marches il cantonne le 20 avril à Montzeville et dans les abris environnants .

13 avril à destination de la Meuse.

LE 141 éme DANS LE SECTEUR DE VERDUN

Du 20 avril au 30 mai , il paye son tribut à la ville martyre en prenant position à la côte 304 et assure les travaux de ravitaillement… tâche obscure , mais pourtant héroïque. Le régiment ce ces vieux braves

remplit son rôle effacé avec la vaillance des jeunes et participe à la victoire de Verdun .

Il est enfin relevé , accablé de fatigues , ayant subi des pertes cruelles ….glorieux jalons qui resteront dabs le coeur des hommes comme de vivant drapeaux rappelant sans cesse les souvenirs d’une tâche

pénible mais sublime .

Enlevé de la fournaise , le 27 mai il cantonne à Saint-Amand-sir-Fion et le 1er juin est transporté en autos-camions dans la région de Suippes-Jonvhery . Il organise et ravitaille les premières lignes .

Le 21 juillet , satisfait de son action le général Gouraud lui adresse la note suivante  »  …. effort sèrieux et soutenu qui a permis de réaliser en un temps trés court une

organisation des plus délicates  » et le général commandant la 18éme division ajoutait : «   je félicite la 141éme régiment Territorial et tout

particulièrement la 5éme compagnie et son chef : le capitaine Lameignere , qui ont été d’une aide précieuse pendant cette pèriode de travail

intensif. » 

Le 4 septembte il est embarqué pour le camp de Mailly qu’il doit déménager …. puis pèriode d’instruction dans la région d’Hescamps-sur-Somme jusqu’au 8 octobre … ou il repart pour travailler

jusqu’au 4

décembre dans le secteur de Combles avant d’être mis au repos dans la région d’Hescamps.Le 22 décembre il va relever le 97éme territorial dans la région de Vaux-Suzanne.

A          S U I V R E 

 

 

9 avril 2017

LES TERRITORIAUX PENDANT LA GUERRE 14-18 …. le 141 éme R.I.T.

141° RIT - 1915

141° RIT – 1918

 

 quelques "poilus " du 141° RIT

quelques « poilus  » du 141° RIT

 

141° R.I.T.

141° R.I.T.

                LE  141éme REGIMENT D’INFANTERIE TERRITORIALE 

POUR SE FAIRE UNE IDEE DE L’ACTION DES RIT PENDANT CATTE GUERRE , IL M’A SEMBLE SOUHAITEBLE DE CHOISIR QUELQUES REGIMENTS

POURQUOI LE 141éme ?  … ce n’est pas par hasard , mais parce que le grand père d’un des professeur d’école ayant réfléchi avec sa classe sur Kléber Dupuy ( le

défenseur du fort de Souville lors de la dernière attaque sur VERDUN en juillet 1916 ) André HALLIBERT a fait la guerre dans ce régiment .

Il se trouve que le 141° RIT avait , en août 1914 , Mont de Marsan comme ville de regroupement ( 18° région militaire , 92° division d’infanterie territoriale ) , donc

en Aquitaine …. région ou réside le rédacteur de ce blog …. région aussi dans laquelle Kléber Dupuy a été mobilisé .

Le 141° RIT est passé de la 92°  division d’infanterie territoriale au 9° corps d’armée en juillet 1915 ce  jusqu’en juillet 1918  , puis tous les bataillons ont été affectés aux  129° e t59° division d’infanterie

d’août à novembre 1918 .(ndlr : ces informations seront utiles lorsque nous parlerons de André Hallibert )

AOUT – SEPTEMBRE 1914

Le 8 août 1914 , le régiment quitte les landes et aprés quelques jours à Bayonne , embarque à destination du camp retranché de Paris puis dans la région de Mirty-Mary il creuse des tranchées et assure la

sécurité à l’arrière des lignes .  De longues étapes à pied lui permettront de se retrouver le 30 octobre dans la région de Montdidier ou il est employé à l’organisation d’une position défensive.

DANS LE SECTEUR DE CAMBRAI du 10 octobre à mai 1915

Le 10 octobre le régiment embarque vers la région d’Arras ou il restera à l’arrière du secteur assuant le ravitaillement des premières lignes.

Le 23 octobre l’artillerie lourde allemande cause les premiers morts du régiment . dans le secteur de Cambrin il s’acquittera de sa tâche avec bravoure et vigilanceet le 22 septembre , sa première citation :

«  A l’ordre de l’armée – La 5) cie et le 2° bataillon de la 7° Cie du 141° RIT qui , étant chargé de la défense du  » Puits Noir  » à Cambrain ,

ont donné des preuves de fermeté et de courage en se maintenant sur leus positions malgré un violent bombardement et en résistant énergiquement à

plusieurs attaques de l’infanterie ennemie «  

Le 141° allait encore supporter dans ce secteur de rudes épreuves et de lourdes partes. La vaillance des vieux poilus du régiment s’affirme et rien ne peut ébranler leur moral ni la volonté d’empêcher l’ennemi

de briser la barrière qu’ils opoosent à ses assauts .

Le 25 janvier 1915 à 07 heures , les allemands attaquent avec violence sur le front du régiment … il réussit à pénétrer dans quelques éléments de tranchées … une contre- attaque du 2°bataillon qui est en

réserve , puis celle des 4°et 6° cie chassent les allemands et reprennent les tranchées enlevées . Le lieutenant Duchene à la tête du 1° peloton et de la 6° compagnie pénètre dans le boyau qu’il faut conquérir

et se heurte à un barrage de sacs de terre à l’abri duquel les boches fusillent les nôtres .Encadré par les sergents Duport et Sarrade qui font feu , le lieutenant couché dans la tranchée ouvre le passage en arrachant

les sacs de terre qu’il passe à ses hommes en arrière … l’ennemi tente de rétablir un nouveau barrage , mais le lieutenant Duchene pousse de l’avant toujours … les boches lâchent pied et aprés d’héroïques efforts

la fraction avancée de la 6° Cie  , précédée cette fois du sous-lieutenant Bellegarde  parvient à la tranchée de première ligne.  . De son côté deux sections et demie de la 5° cie , sous les ordres du lieutenant Chaubet

reussissent à déborder mes allemands  .

Une section de la 8° Cie , en allant occuper un emplacement fixé tombe sous le tir  d’écharpe de mitrailleuses  ennemies et pard 19 tués dont le lieutenant Laffargue qui la commandait, et 19 blessés .

Pendant les jours suivants , le 29 à 08 heures une nouvelle attaqueennemie débouche des  » Briques  » , arrêtée par le feu nourri de la 9° et 10° Cie qui contre-attaquent  .

Le 1° février à 04h45 les allemands s’efforcent à nouveau de se porter en masse sur nos premières lignes mais ils sont repoussés avec des morts et des prisonniers . La farouche énérgie des h »roïques soldats

du 141° RIT a eu raison des fanatiques efforts des troupes du Kaiser .

Ces   » vieux  » poilus ont su donner des preuves de leur courage. on les a retrouves ces mains dures commes des rocs pour serrer à la gorge le boche …. on a retrouvé cette endurance et cette

abnégation , sous le feu d’enfer de l’artillerie ennemie , ce calme et cette sérénité dans le travail de la terre … il fallait tenir !

A     S U I V R E 

 

 

 

 

7 avril 2017

LES TERRITORIAUX PENDANT LA GUERRE 14-18

 

Lt. H. Martin avec son équipe en mai 1915 dans une écurie de " mulets ".

Lt. H. Martin avec son équipe en mai 1915 dans une écurie de  » mulets « .

th-1thLORSQUE L’ON PARLE DE LA GUERRE 14-18, ON OUBLIE SOUVENT LES SOLDATS DE L’INFANTERIE TERRITORIALE . ILS ONT POURTANT JOUE UN ROLE CERTAIN , MÊME IMPORTANT

ET NOMBRE D’ENTRE EUX EON SONT MORTS.

NOUS SOUHAITONS LEUR RENDRE HOMMAGE AU COURS DES ARTICLES QUI VONT SUIVRE. 

NES ENTRE 1868 A 1880 ,  ils étaient considérés comme trop âgés ( plus de 40 ans ) et pas assez entraînés  pour intégrer un régiment d’active ou de réserve allant en première ligne.

Les Régiments d’Infanterie Territoriale  ( R.I.T. ) étaient composés d’hommes de 34 à 39 ans .   » les territoriaux ou Pépères  » devaient être , en principe , employés à diverses tâches de logistique.

La réserve de l’armée terrotiriale ( R.A.T. ) était composée d’hommes de 40 à 45 ans.

Dés le 1er août 1914 , la mobilisation générale décrète que dans chaque subdivision de région un RIT sera constitué.

En principe , l’armée territoriale ne doit pas être engagée en première ligne . Mais le besoin d’hommes aidant  elle sera en première ligne durant la guerre de mouvement comme à Maubeuge , sur le front de la

Somme  sous le commandement du général Joseph Brugère .

aprés avoir joué un rôle efficace les groupes de divisionn territoriale engagés en première ligne sont dissous en octobre 1914 , la guerre se stabilsant dans les tranchées . Mais pour compenser les fortes pertes

en hommes , les soldats de la territoriale sont envoyés au front en incorporant des régiments d’active , fin 1914 et début 1915 .

ROLE DES TERRITORIAUX :

- Initialement , assurer un service de garde et de police dans les gares , les villes , les frontières , sur les voies de communication , la défense des forts et des places fortes , des ponts et autre lieux sensibles ;

- Ils effectuent aussi des travaux de terrasemment , de fortifications , de defense et d’entretien des routes et des voies ferrées , creusent et réparent les tranchées et boyaux ;

- Ils forment avec les gendarmes et les chasseurs forestiers… des détachements qui suivent l’armée en marche pour explorer et nettoyer le champ de bataille , arrêtent et escortent les soldats allemands isolés

ou blessés , ramassent et ensevelissent lmes cadavres , construisent et gardent des camps de prisonniers , saisissent le bétail égaré ;

- Ils ont  également pour mission la garde de tranchées de première ligne dans les secteurs, » dits calmes  »  , le mitraillage des lignes allemandes par tir indirect , l’occupation des tranchées de départ en soutien

des divisions d’attaque.

DONC , UNE ACTION IMPORTANTE CENSEE COMPLETER L’ACTION DES REGIMENTS D’ACTIVE.

EN REALITE , dans les régions de l’est et du nord les RIT seront engagés d’emblée dans la bataille pour défendre mleurs villes et villages  et dés la fin aoôt 1914 , les plus jeunes territoriaux sont intégrés

dans des régiments d’active   et de réserve pour compenser les pertes . ILS S’Y ILLUSTRERONT JUSQUE DANS LES GRANDES OFFENSIVES ALLEMANDES DE 1918.

EN DEHORS DE L’INFANTERIE TERRITORIALE , LES TERRITORIAUX SERVIRONT AUSSI  dans la cavalerie , l’artillerie , le génie , le train  , l’administration , les infirmiers militaires . …. 8200

territoriaux sont mis en service dur  » la voie Sacrée  » .

Le 114° a du s’exiler sur le sol marocain des août 1914pour assurer l’occupation des postes avancée du Maroc occidental et oriental. au Maroc les R.I.T. ont une haute mission : surveillance et protection

de divers postes avancés , certains avec la Légion Etrangère , d’autres avec la cavalerie . Ils entreprennent des travaus de maçonnerie , d’habitations , escortent les convois de ravitaillement atteignant parfois

500 chameaux auusrent avec d’autres  dérachements la sécurité  des généraux et de leur état-major en tournée d’inspection .

LES TERRITORIAUX ONT DONC EU UNE PART NON NÉGLIGEABLE DANS CETTE GUERRE  , et pourtant peu de gens se souviennent qu’ils étaient là et qu’ils y laissent leur vie . Leur rôle

sans avoir le panache de certains autres combattants a été prépondérant .

 

Ref :  Wikipédia :  < les régiments d’infanterie territoriale .-  < www. chtimiste . com >   < la première guerre mondiale : un peu d’histoire – les territoriaux >

A     S U I V R E 

4 avril 2017

UN  » TRESOR  » CORSE RETROUVE : LE LIVRE D’OR DES CORSES MORTS EN 14-18

ajaccio-photo22ajaccio-photo1CONCU POUR HONORER LA MEMOIRE DES SOLDATS CORSES TOMBES LORS DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE , LE  »

LIVRE D’OR  » DES CORSES MORTS POUR LA FRANCE lors de la Grande Guerre , dormait dans les archives de l’église du =Sacré-Coeur d’Ajaccio .

Il recensait village par village  ceux qui se sont sacrifiés il y a 100 ans  et a été remis à nice , le dimanche 14 septembre 2014 lors d’une rencontre entre corses de Nice.

 » Sa reliure en lambeaux etles pages de velin  où chaque village Corse avait consifné ses morts étaient en danger . Ene équipe de restauration a sauvé le  » livre d’or  »  qui reste tout de même fragile et ne pourra être

manipulé sans grandes précautions  » dit l’Abbé Barbazzani.

Dans l’équipe de restauration figurait  Lucienne Jouve Professeur d’histoire ai lycée Loetitia d’Ajaccio  . elle s’en est inspiré pour initier ses élèves au devoir de mémoire .`

Dans ce livre , chaque village est représenté . c’est un livre unique . La liste des morts est ornée d’aquarelles  naïves chargées d’émotions .   » il nous parle encore maintenant  » .

Pages aprés pages , les villages corses ont envoyé des illustrations de fleurs , de barbelés , de soldats … aussi de saints .C’est la corse de l’immédiat aprés guerre qui se souvient   » de soldats partis parfois

pieds nus  de leur village , ce sont des soldats qui sont morts pour des valeurs . ;

Pour mr Casalonga plus particulièrement chatgé de la restauration de la reliure , grâce au concour des Anciens Combatants , cette opération a été une belle aventure .

 » Grâce à ce livre on a pu dénombrer un peu moins de 10 000 morts Corses. Ce sera l’occasion pour certaines familles de porter à la mémoire des historiens de l’existence de telou tel défunt de leur famille  »

Mr de Gentille , représentant des A.C .

ref : < diocése d’ajaccio : le livre des morts corses de 14-18 > de pholippe Casablanca .

 

12345...52

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...