Accueil

4 février 2013

LA TESTE DE BUCH ET LA GUERRE 14/18

NOUS AVONS DEJE PARLÉ DE KLEBER DUPUY , DE GILBERT SORE , DE LA NECROPOLE DU NATUS ,nous pourrions

aussi parler de la Base Aèrienne de CAZAUX  crée en 1914 et de son utilisation par les Américains à partir de 1917.

La ville de La Teste de buch a de nombreuses rues en souvenir de la Grande guerre :

LA RUE DES ALLIES ,en l’honneur des 27 Etats vainqueyrs de la guerre 14/18

LA RUE DU GENERAL CASTELNAU … le général =edouard de Curières de Castelnau adjoint de JOFFRE

LA RUE DU CHEMIN DES DAMES  théâtre d’une bataille meurtrière du 9 au 16 avril 1917

LA RUE GEORGES CLEMENCEAU  , le   » Père de la Victoire  » qui a dirigé e gouvernement de 1917 à 1920

LA RUE DES FRERES DUPUY  a Cazaux , Armand et Jean   . Tous deux furent tués au combat

LA RUE KLEBER DUPUY

LA RUE DU MARECHAL FOCH qui a dirigé les batailles de la Marne , des Flandres et de la Somme , Commandant et chet des

armées Alliées en 1918

RUE DU GENERAL GALLIENI , Gouverneur Militaire de Paris en 1914 , qui se rendit célèbre par l’épisode des  » Taxis de la Marne  »  ,

ministre de

RUE GUYNEMER , l’aviateur aux 57 victoires , mort au chamo d’honneur

RUE DU MARECHAL JOFFRE , commandant en Chef en 1914

RUE ANDRE LAFON , mort pour la france sur le front de l’Aisne   , titulaire le la Médaille militaire et de la croix de guerre

RUE ANDRE LESCA  grand mutilité de guerre 14/18 , titulaire de la Légion d’honneur et de la Médaille Militaire

RUE DU MARECHAL LYAUTEY , Ministre de la guerre de 1916 à 1917

RUE LODY ,  mort pour la france  en 1916 à Landrecourt

RUE DE LA MARNE , deux batailles eurent lieu sur la marne en septembre 1914  et en Juillet 1918

RUE DU 11 NOVEMBRE , ÉVOQUE L’ARMISTICE DI 11 NOVEMBRE

RUE DES POILUS , surnom donné aux combattants de la guerre 14/18

RUE GILBERT SORE

RUE DU SOUVENIR FRANCAIOS , crée en 1887 p qui perpérue le souvenir de tous les Français morts pour la france

RUE DE VERDUN , du nom de la grande bataille de la guerre 14/18

RUE DE LA VICTOIRE , CELLE DE LA GUERRE 14/18

    DE NOMBREUSES RUES DE LA VILLE RENDENT AUSSI HOMMAGE AUX MORTS DE LA GUERRE 39/45 .

 

 

la guerre

29 janvier 2013

GILBERT SORE CAMARADE D’ENFANCE DE KLEBER DUPUY

GILBERT SORE CAMARADE D'ENFANCE DE KLEBER DUPUY sc00036f341-729x1024

caricature de R . Thoumazeau sur  » La Voile sur un Pin « 

NOUS AVIONS PROMIS UN ARTICLE SUR UN CAMARADE D’ENFANCE DE Kléber  DUPUY , né lui aussi à La Teste de buch.

Ils ont parcouru de nombreuses années ensemble et joué dans la même équipe de Rugby   , ils étaient ensemble à l’Ecole

Normale d’Instituteurs . Son père était boulanger à La Teste de Buch , rue des alliés

 

 

Enseignant enthousiaste , combattant exemplaire , journaliste courageux , mais avant tout un poète.

 

Officier des palmes académiques , Commandeur de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de guerre 14/18 et 39/45 et de la Croix des Combattants

de la Résistance, Chef de Bataillon d’Infaterie à titre honoraire .

Président d’honneur de la société Historique d’Arcachon et du Pays de Buch.

C’est grâce à lui qu’une partie des traditions Testerines ont pu subsister . Il a su faire pendant toute sa vie honneur

à sa petite patrie , la capitale du Pays de Buch….LA TESTE DE BUCH.

Evoquant son enfance  » Entre dune et bassin   » en 1971 , il écrit:

 » Une mutation.. Le mot est à la mode , mais la chose est bien réelle. Notre Pays de Buch , comme les autres , a subi une mutation….. au point

que les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent imaginer ni l’espect de la région en 1900 , ni la vie de leur grands -parents .  »

On lui doit de nombreux écrits:   » Mon vieux Pays:poèmes de la lande  » 1926 ,  »  Siréna  » 1936 ,  » De sable et d’émeraude  » 1939 ,

 » Une voile sur un pin  » 1965  » le fanal sur la dune  » 1966 ,  » entre dune et bassin  en 1900  » 1979 , ainsi que d ‘ autres recueils de poèmes :

 » Les chants du rugby  » , Babel  » ,  » Hélène ma petite finne  » ,  » le voyage ardent » .

TOUS LES ANCIENS TESTERINS SE SOUVIENNENT DE CET HOMME SIMPLE ET CULTIVE , DE CE CITOYEN QUI A SU AU COURS DE

DEUX GUERRES DEFENDRE SON PAYS ET LA LIBERTE , DE CE POETE QUI A SU SI BIEN DÉCRIRE ET DEFENDRE LES TRADITIONS

DU PAYS DE BUCH

IMG_3671

26 janvier 2013

LES TIRAILLEURS SENGALAIS AU COURS DE LA GUERRE 14/18 suite

LES TIRAILLEURS SENGALAIS AU COURS DE LA GUERRE 14/18  suite sc00002da5-195x300

Soldat Sénégalais

« DEPUIS 1918 , ME CARRÉ DES TOMBES MUSULMANES DU CIMETIERE DE DOUAUMONT ,rapelle la contribution de ce que l’on

appelait  » les troupes de l’Empire  »  à la bataille de VERDUN . LES TIRAILLEURS SÉNÉGLAIS sont entrés trés vite dans la légende de la grande Guerre( aussi les régiments Marocains  »

Les échecs de 1914 et les saignées opérées en 1915 dans les troupes Françaises ,  incitèrent la france à enrôlet des  » indigènes  » des colonoies de la

IIIÉME RÉPUBLIQUE. .Ces enrôlements furent réalisés parfois sous la contrainte….. Les décrets de l’automne 1915  , fixérent pour chaque colonie de nombre d’hommes à recruter.

Plus de 600 000 hommes originaires de toute l’afrique noire française furent enrôlés au cours de la guerre14/18 , représentant envoron 7,5% des soldats présents sous les drapeaux  ( y compris des mamgaches , des somalis , des indochinois , des mélanésiens , des canaques , des créoles , des Afro-Antillés ).

Ils jouérent parfois un rôle essentiel dans le déroulement de cette guerre.On contate cependant que la moyenne de leurs pertes est un peu moins importante en proportion , que celles des combattants de la métropole .

Les recrutements massifs cimmencèrent dés l’hiver 1915-1916 . hâtivement engagés dés qu’il est décidé de reprendre m’offesive dans la région de verdun , ils témoignèrent de belles qualités militaires malgré leur inexpérience du feu et leur manque de formation. au total ,6 bataillons des troupes coloniales et 12 régiments de l’Armé d’Afrique passèrent par verdun.

Mis sur pied au printemps 1916 ,transportés en métropole en juin  er engagés dans la reprise du Fort de Douauomont à l’automne. Présents dans les principales opérations à partir de 1916.

Le 24 Octobre , le R.I.C.M. , participe à la reconquête du fort de Douaumont etcela lui vaudra une citation .  » Le 24 Octobre 1916 , le R.I.C.M. ,

renforcé du 43è Bataillon Sénégalais et deux Compagnies de somalis , a enlevé d’un admirable élan les premières tranchées Allemandes , a progresseé

ensuite…. brisant les résistances succéssives de l’ennemi sur une profondeur de deux kilomètres .  inscrit une page glorieuse de son histoire en s’emparant

d’un élan irrésistible du fort de Douaumont , en conservant sa conquête malgré les contre-attaques répétées de l’ennemi « . C’est le Président POINCARE qui épinglera la croix de la légion d’honneur sur leur drapeau.

A Verdun même , alors que les dépouilles mortelles des soldats français et Allemands , de toutes origines et de toutes confessions sont , initialement , réunies dans l’ossuaire , un carré musulman est aménagé aux premiers rangs du cimetière de Douaumont . a partir de la fin des années 1930 on vit apparaître monuments et stèles  » particularistes  » . En 1938 ,fut inauguré , à côté de l’ossuaire , un mémorial consacré aux soldats juifs morts sur le champ de bataille.

Dans le cadre de la commémoration du centnaire de la permière guerre mondiale , une mission interministèrielle a été mise en place avec , pour objectif , la coordination de toutrd les manifestations participant à la célébration de cet évènement national.`dans le département de la gironde , cinq faits historiques sont retenus dont trois se sont déroulés sur le territoire de la Teste de Buch:

-  La création d’un camp d’entraînement pour l’activiyé aérienne militaire à CAZAUX , en 1914 .

- L’installation du  » camp du Courneau  » ,pres de cazaux où 940 soldats sénégalais,87 soldats américains et 12 soldats russes

reposent à la Nécropole Nationale du  » natus ».( Les dépouilles des soldats américains et russes ont été depuis transférées )

- L’utilisation du camp d’entraînement de Cazaux par les troupes américaines en 1917

REF:   Lieutenant Colonel Rémy PORTE   Hors -série du FIGARO   ( 1916-2006  CEUX DE VERDUN Les chemins de mémoire )

21 janvier 2013

UNE NECROPOLE A LA TESTE DE BUCH POUR QUE NUL NOUBLIE LES SÉNÉGALAIS DE LA GUERRE 14/18

UNE NECROPOLE A LA TESTE DE BUCH POUR  QUE NUL NOUBLIE LES SÉNÉGALAIS DE LA GUERRE 14/18 dscn1620-300x225

carré militaire au cimetière de La Teste de Buch

dscn1632-bis-202x300
monument des Americains
stele-le-natus-300x225
monument de la nécropole des tirailleurs sénégalais;

A L’ECART DE LA COMMUNE , AU LIEU DIT  » LE NATUS  »  , sont aménagés deux cimetiéres dédiés aux SENEGALAIS et aux

AMERICAINS présents et décédés pendant la Grande Guerre au Cap du Courneau.

917 Tirailleurs Sénégalais dans une Nécropole  ,  87 Américains ,12 Russes ( les dépouilles des soldats américains et russes ont été transférées )

LE SAMEDI 26 SEPTEMBRE 1959 , NAISSAIT SOUS L’IMPULSION DE L’ABBÉ Camille LABAT  le Comité Cantonal du  » Souvenir Français.

Trés vite ce comité  se mit à la tâche pour que fut érigé un monument destiné à commémorer le souvenir des soldats qui séjournèrent pendant la

`Grande Guerre dont le sacrifice de mille d’entre eux n’était rappelé une par une modeste stèle.

POURQUOI CE CAMP ?

AMÉNAGÉ DÉS MARS 1916 , IL ÉTAIT COMME CEUX DE FRÉJUS – SAINT RAPHAEL ou d’ORAN ,d’abord destiné au repos des troupes

coloniales des quelques 38 Bataillons de Tirailleurs Sénégalais ( BTS ) engagés en métropole. Cet  » hivernage  » avait pour but de préserver les

combattants coloniaux positionnés sur le Front , des rigueurs de l’hiver . Le restant de l’année , ces camps servaient de  formation aux rudiments

militaire des recrues entre leur  » enrôlement  » et eur envoi au combat. Chaque Camp militaire disposait d’un hôpital médical et chirurgical de

plusieurs centaines de lits.

Le Camp du COURNEAU  fut utilisé par les BPS de 1916 à 1917 , jusqu’ au moment ou  force fut de constater que les conditions climatiques et

sanitaires n’étaient pas favorables … endroit trés humide en hiver , venté du fait du déboisement pour installer quatre cents baraques en bois pouvant

accueiller cent hommes.

On pense que ce camp a vu passer envoron 40 000 Tiraileurs Sénégalais et leur encadrement . il pouvait recevoir simultanément 18 000 homme

leurs 300 Officiers et sous Officiers.

Séquelles de blessures , d’accidents , de maladies ( tuberculose , dysenterie , maladies coloniales …etc..) 919 d’entre eux perdirent la vie dont  deux

n’appartenant pas aux BTS.

Tous furent inhumés au lieu dit  » LE NATUS  »  .  EN RAISON DU FORT TAUX DE MORTALITÉ , LES AUTORITÉS DÉCIDÈRENT QUE   » l’hinernage  »

des BTS se ferait à Fréjus.

En Octobre 1917 , ce fut la Révolution Russe….des troubles écatairent parmi les deux Brigades RUSSES qui combattaient en Champagne aux côtés

des Alliés. Les moins politisés d’entre eux furent envoyés au Camp de Courneau ….ils semèrent un certain émoi  parmi la population Testerine , il

fallut donc les disperser.Les uns volontaires furent intégrés à la Légion étrangère , les autres partirent pour des unités de travailleurs.

Dés Janvier 1918 ,l’hopital du Courneau fut transformé en véritable hôpital chirurgical et le camp prit le nom de  » CAMP HUNT  » .

A partir de Mars 1918 , plusieurs décés chez les américains qui furent inhumés à proximité de la dune ou se trouvaient les tombes des Tirailleurs

Sénégalais. Une petite Nécropole fut aménagée  pour y recueillir 87 hommes, parmi lesquelles étaient celles d’aviateur américains basés à Cazaux

et morts lors d’exercices .

kléber DUPUY , aprés sa blessure le 31 Mai 1918 et son amputation  fut soigné à l’hôpital Américain du  » Camp hunt « .  son frère âgé de 16 ans

allait le voir. Il devait ventiler le moignon de la jambe amputée de son frère kléber ….;il devait s’appliquer sans cela il se faisit  » engirlander  » !

 

C’EST AINSI QU’IL EXIQSTE AU  » NATUS  » DEUX CIMETIERES ET DEUX MONUMENTS  AU « NATUS « .

LA NECROPOLE DU  » NATUS  » .

DÉS JUILLET 1916 , LE CONSEIL MUNICIPAL TESTERIN avait donné son accort pour crées à cet endroit deux cimetières .Pendant de trés

longues années , jusqu’en 1948 , l’endroit fut mal entretenu ;

il fallut de longues années au Comité du  » Souvenir français  » pour faire naître son projet de Mémorial . Le 30 juin 1963 , le conseil municipal

de La Teste de Buch donna un avis favorable à l’érection d’un monument aux morts du Courneau . C’est en Février 1965  , grâce à la tenacité du

 » Souvenir Français  » et une souscription publique que commencèrent les travaux .

 » Des lignes sobres , revétues de marbre d’Italie et ornées de sculptures évocatrices de visages de Noirs dues au sculpteur PICHAUD « .

Le monument fut inauguré le 1er novembre 1965 .

ET DEPUIS , CHAQUE 11 NOVEMBRE UNE DELEGATION DE SENEGALAIS  VIENT S’AJOTER AUX TESTERINS POUR PERPETUER

LE SOUVENIR DE CES SOLDATS SENEGALAIS ET AMERICAINS.

   a  suivre…..

 

 

.

 

 

 

leurs 300 Officiers er sous-Officiers.

chacune quelque

 

 

 

 

 

 

 

 

16 janvier 2013

OUVRAGES , ARTICLES RELATANT LA DEFENSE DU FORT DE SOUVILLE

OUVRAGES , ARTICLES RELATANT LA DEFENSE DU FORT DE SOUVILLE sc00002cb81-281x300

presses de la cité 1961

sc00033855-192x300hs3enkiosque-226x300sc00010653-206x300sc000330ae-218x300
Tallandier 1995

 

sc000315cd011-198x300

Payot 1929

DE NOMBREUX OUVRAGES PARLANT DE VERDUN RELATENT LA DÉFENSE DU FORT DE SOUVILLE PAR Kléber DUPUY

ET LA 3° CIE DU 7° R.I.

VERDUN      Georges BLOND     Presses de la Cité    1961

HISTOIRE VERIDIQUE DE LA GRANDE GUERRE    J. ISORNI   tome 3    Flammarion    1970

VERDUN LA PLUS GRANDE BATAILLE DE L’HISTOIRE    J.H LEFEBVRE    Durassiè    1960

LA BATAILLE DE VERDUN    Mal PETAIN  Payot 1926  ( la bataille pour le fort de souville n’est pas décrite )

VERDUN LE PRIX DE LA GLOIRE    A. HORNE     Presses de la Cité     1964

LE SOLDAT DE VERDUN     J. PERICARD     1934

VERDUN  OPERATION JUGEMENT    ETTIGHOFFER    1965

MOURIR POUR VERDUN    R;C FROGE

MOURIR A VERDUN    P. MIQUEL  1995

VERDUN ( les grandes baratiiels des temps modernes ) P.WEDELMAN     Ed. Crémille    1972

REVUES

LES CAHIERS DE L’HISTOIRE   n° 53   Février 1966

TRANCHEES    hors série N° 3   Juillet 2012

VERDUN  JUILLET 1916     Générl MICHEL    1966

LE FIGARO    CEUX DE VERDUN    hors série   2006

Le 7° R.I. QUELQues souvenirs ( PLAQUETTE )   DR DELON

PARIS MATCH   N° 894    VERDUN     Mai 1966

COLLECTION 1914/1918   LA GRANDE GUERRE   opuscule N°2   1996

MIROIR DE L’HISTOIRE : L’ENFER DE VERDUN  N°spécial 1976

PRESSE

LA PETITE GIRONDE     Mardi 21 Octobre 1930

JOURNAL DES COMBATTANTS    21 juillet 1956

LA FRANCE        25 FÉVIER 1962

OPINION INDEPENDANTE DU SUD-OUEST    04 12 1964 – 18 06 1966 – 14 03 1973 – 17 06 1976 – 28 09 1984

JOURNAL D’ARCACHON   15 04 1967

SUD OUEST  11 11 1992

TRIBUNE DU PAYS DE BUCH    N°15   MARS/ AVRIL    1993

Dans les articles qui vont suivre , nous parlerons :

Des tirailleurs sénégalais qui ont une Nécropole à La Teste de buch , et qui étaient particulièrement appréciés par K. DUPUY et mon Père ;

De Gilbert SORE , Testerin ami d’enfance de Klber DUPUY -

Des diverses rues de la ville La Teste de Buch qui a donné le nom d’un de ses  fils Mort pour la France .

etc…..

sc000315cd01-198x300

Payot 1929

 

12 janvier 2013

AUTRES ACTIONS POUR PERPETUER LA MEMOIRE DE KLEBER DUPUY

AUTRES ACTIONS POUR PERPETUER LA MEMOIRE DE KLEBER DUPUY sc0003a948-737x1024

une des pages du tableau d’honneur de la 3° Cie du 7° R.I.

img_3012-225x300
document remis à la bibliothéque de La Teste de Buch

 

img_1612-300x168

fanion de la 3° Cie du 7° R.I

MORT POUR LA FRANCE

Madame Renée Kléber DUPUY aurait souhaité , compte tenu des bessures de guerre de son mari et des souffrances endurées par lui

pendant les dernières années de sa vie , que la mention  » MORT POUR LA FRANCE  »  puisse être ajoutée sur son acte de décés.

Des démarches ont été faites  auprés de Mr J. DUVILLARD , Ministre des ancienx Combattants en 1967. Un dossier circonstancié

a été adressé au ministre , avec un certificat du Dr G.MONNEREAU ,qui suivait K. DUPUY précisant  entre autres  » on peut estimer que

le décés de K. Dupuy est consécutif à sesblessures de guerre pour lesquelles il était pensionné. »

Aprés une réponse négative , un recours  » gracieux  » a été fait et la réponse suivante a été faite à Mme R.K. DUPUY :

 » Le droit à la mention  » Mort pour la france dans le cas d’un décés par maladie étant obligatoirement fondé sur l’appréciation médicale

et celle-ci faisant apparaître,dans le cas présent , que M. kléber DUPUY n’est pas   » mort de maladie contractée en service en temps de guerre  » ,

ainsi que l’exige l’article L. 488 ……  »  le droit a cette mention est définitivement refusé …. dont acte.

80 éme ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE VERDUN.

Dés cérémonies devant être  pévues fin  juillet 1996 , nous avons engagé des démarches auprés du ministre PierrePASQUINI  , parl’intermédiaire du

Député de la Gironde Robert CAZALET ( Secrétaire de la commission de la Défense Nationale et des Armées ! pour que la mémoire de K. DUPUY

soit plus particulièrement  honorée soit par ‘émission d’une vignette ou la frappe d’une médaille commémorative.

La réponse a été la suivante  » Je suis parfaitement conscient de l’héroïsme de Kléver DUPUY et de ses compagnons……. il y a lieu cepandant

à ne pas trop individualiser le mérite de la victoire…..Exhalter le courage de l’un sans évoquer celui des autres sertai particulièrement injuste….

Je demande à mon Collègue  en charge des postes de bien vouloir envisager l’émission d’une vignette philatélique  » Verdun 80éme anniversaire …..

En réalité , rien n’a été fait  . LeMinistre avait demandé au Préfet de la Meuse d’examiner  ce quipourrait être fait sur place , pour commémorer

les journées des 11 et 12 Juillet 1916 …. sans suite !

LORS DU 90 éme ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE VERDUN , nous avions demandé à MR Le Maire de La TESTE  DE  BUCH d’envisager

une manifestation au moment du 14 juillet pour rappeler à ses concitoyens l’action d’un des Testerins ayant mis fin à la Bataille défensive de Verdun.

Mr le Maire avait répondu…. » Oui on pourrait faire….. je vais en référer à la majorité du Conseil Municipal ….il est vrai que pendant cette

mandature municipale , le Maire était – semble-t-il  ,trés dépendant de sa majorité !!! …. donc , rien n’a été fait .

Pas facile de défendre le souvenir des Anciens Combattants  et de mettre en évidence une action qui ,même si elle a sauvé VERDUN , de l’invasion

allemande , n’a jamais été mentionnée dans les communiqués de guerre , volontairement par les Etats-Majors , pour ne pas mettre en évidence

que VERDUN avait prés d’être investi par les troupes ennemies.

D’ AILLEURS ON PEUT REMARQUER que , pour le défense du Fort de  SOUVILLE , LA 3é Cie du 7° R.I. a seulement obtenu 23 citations ,

alors que pour une action moins importants telle que celle  » du CASQUE  » dans les Monts de Champagne elle en a obtenu 31 et dans celle

de Villers-Cotterets 31….

DONS  DE DOCUMENTS.

LE FANION  de la 3° Cie du 7° R.I. a été remis au Mémorial de VERDUN et figure , ainsi que la photo de K. DUPUY dans une vitrine

d’exposition.

LES MEDAILLES de Kléber DUPUY ont éré remises à sa ville de naissance au cours d’une cérémonie dont nous avons rendu compte

antèrieurement .

LE MANUSCRIT DES 301 citations de la 3° Cie du7° R.I. a été remis au Mémorial de VERDUN enjuillet 1996

Le 11 juillet 1996 , J.C.FARINET LE DIRECTEUR DU MEMORIAL , nous en accusait réception :

« ……… Ce document a une grande valeur patrimoniale et pour nous c’est un honneur de le détenir.Croyez qu’il sera conservé avec toute l’attention

qui lui est dûe. Ce sera à n’en pas douter une référence  pour les historiens, les chercheurs qui veulent mieux connaître cette grande guerre. ….. »

NOUS AVONS REDIGÉ , POUR LA FAMILLE ET POUR LA BIBLIOTHEQUE de la ville de LA TESTE DE BUCH , un document de plus de 200 pages,

concernant Kléber DUPUY accompagné de photos et copie de textes manuscrits de références. Il nous a semblé intéressant que les Testerins qui

le souhaitent puissent mieux connaître celui de ses enfants qui s’est particulièrement distingué pendant la guerre 14/18 . Certes , il y en a eu d’autres

dont nous parlerons ultèrieurement, en particulier de Gilbert SORE un des Amis d’enfance de kléber DUPUY .

L’Epouse de J.K. DUPUY , Andrée , nous accusait réception de ce document  en ces termes : J.K. trés malade ne le pouvant pas  , je reponds à sa place:

« … un chaleureux merci pour l’envoi de ces précieux documents . nous avons été , bien sûr , trés émus en nous penchant sur ces pages qui sont la

mémoire de la famille en souhaitant que les générations futures en gardent le témoignage et l’exemple .

 » nous avons particulièrement apprécie le soin que vous avez apporté à ce classement et pour ce tavail si minutieux nous vous disons toute notre gratitude.

NOUS REVIENDRONS ULYERIEUREMENT  sur les décorations de Kléber DUPUY qui , malheureusement ont disparu des archives de sa ville .

 

 

 

 

 

 

 

 

8 janvier 2013

LA VIE NE VAUT RIEN …MAIS RIEN NE VAUT LA VIE ….suite 2

LA VIE NE VAUT RIEN ...MAIS RIEN NE VAUT LA VIE ....suite 2 sc000160b8-300x269

a l'assaut baïonette au canon... quel courage !

img_2984-225x300
bivouac ..lea tente de paroi aprés une nuit de neige
img_2983-300x225
dans le 16° longueur jérôme a dévissé et a abîmé un cordage
10-300x224
il faut aussi monter les sacs
img_3334modif-300x200
jérôme de l’Equipe patagonie

Dans l’article   » Ouverture du Pilar del Sol Nociente  » une première par des français sur la face sud Est du Cerro Muralon

en Patagonie  ( decembre 2012 ) je m’étais posé la question : Comment accepter de risquer sa vie pour grimper 1000 mètresde

montagne  ? …. et de tenter dans les 2 articles suivants de me poser la question de  » l’importance de la vie et comment la risquer  »

lors de la guerre  ?

Y A-T-IL DES COMPARAISONS POSSIBLES ? DES POINTS DE CONVERGENCE ET DE DIVERGENCE  ?

DES DIFFÉRENCES …. bien entendu .

- Les uns risquent leur vie dans le cadre d’une action civique , en service commandé en général ( en service volontaire par exemple dans la

Résistance ) les autres volontairement , pour leur plaisir , (sauf par exemple dans le cadre de secours.

On peut cependant noter que , pendant la guerre de 14/18 , concernant notre  » site  » que les coureurs porteur d’ordres sont en général volontaires.

- Les uns sont dans une action qu’ils n’ont pas programmée , les autres dans une action imaginée en fonction de connaissances des lieux à

explorer , dont ils ont pu préparer la stratégie….

- les uns ne sont pas préparés spécifiquement , pas ou peu de préparation physique et psychique , les autres se sont entraînés  comme des

sportifs de haut niveau , parfois pendant des années….

-  les uns sont engagés dans une action de défense ou le bruit est étourdissant , démoralisant  les autres dans le calme de la nature , sauf

quand des circonstantes athmosphèriques imprévues ( orage , pluie , neige, vent  , froid) viennent ralentir l’action , la rendre plus difficile voire

l’abandonner .

- Les uns peuvent être  » récompensés  » pour leur comportement ( décoration , médaille commémorative…) les autres non ( sauf cas exceptionnel ))

DES SIMILITUDES …. Je pense

- Les uns et les autres savent qu ‘ ils risquent leur vie , mais à la guerre les chances de perdre la vie sont plus importantes que dans l’alpinisme.

- Dans le cadre de l’action les uns et les autres subliment leur peur , l’évacuent et par là la dépassent  , car la peur peut rendre impossible

de faire face au danger .

- le froid , la neige peuvent surprendre les alpinistes …en patagonie  , neige,froid,pluie vent,faim ( sur les derniers jours) ont rendu l’expédition

plus risquée parce la possibilité de rester bloqué sur la paroi pusieurs jours durant est possible …… pour les combattants , le froid , la boue , la faim

rendent le combat plus difficile ,les moyens physiques tant diminués le risque de perdre la vie est pus important .

- La solidarité dans la difficulté est plus importante , aussi bien pour les combattants que pour les alpinistes  , dans une cordée .

-   » pour la gloire  »  vrai pour les expéditions ou autres tentatives vers des sommets difficiles …. pour les alpinistes , ce sentiment peut sans

doute exister dans le combat , en particulier pour les  » coureurs  » qui portant les ordres sous la mitraille , la canonade ….

-   peut-on aller volontairement vers la mort ?  il ya quelques années , en Patagonie , 2 alpinistes se sont trouvés bloqués par la tempête

dans la paroi plusieurs jours sans pouvoir appeler les secours …pour ne pas mourir  » à patit feu  » ils se sont jetés dans le vide , certains de

mourir d’un seul coup !

Je pense qu’une telle situation peut exister à la guerre , enparticulier lors de blessure grave … choisir la mort peut sembler une solution

et ce cas a existé.

CONCLUSIONS : La prise de risques est permanente à la guerre , malgré soi…. elle est importante en alpinisme , en particulier dans

les  » premières » dans une escalade encore jamais faite et dont on ne peut mesurer exactement toutes les difficultés …

Le risque de perdre sa vie est réel : pour les uns dans une action volontaire , organisée méthodiquement …pour les autres en général dans une

action dont on  ne maitrise pas les séquences ( action commandée ) et pour un mobile d’une grande noblesse :D EFENDRE LA LIBERTE ET

SA PATRIE.

LECTEUR DU BLOG , SI VOUS VOULEZ D’AUTRES PHOTOS SUR CETTE PREMIERE EN PATAGONIE ALLEZ SUR LE SITE:

http://lisebill.wix.com/horizons-verticaux        dans le bandeau cliquez sue   » voyages  » et dans patagonie sur   » cerro murallon »

 

 

 

 

 

r

2 janvier 2013

LA VIE NE VAUT RIEN , MAIS RIEN NE VAUT LA VIE … suite 1

LA VIE NE VAUT RIEN , MAIS RIEN NE VAUT LA VIE  ... suite 1 sc00014878-300x261

montée en ligne à Verdun

ILS MONTAIENT EN LIGNE EN CHANTANT ….alors qu’ils savaient ce qui les attendait…. l’horreur , la peur …

ILS SAVAIENT QU’ILS RISQUAIENT LA MORT ,et cependant le 7° R.I. , en montant à verdun , chantait la Marseillaise.

COMMENT CELA PEUT IL ETRE ? QUELLES RAISONS A CE COMPORTEMENT  ? Elles sont sans doute nombreuses pas

faciles à décrire car le subconscient agissait sans qu’ils le sachent …

A LA GUERRE , dans leur unité , dans leur compagnie ils formaient un groupe dans lequel il n’y avait plus de conventions sociales

tout le monde était au même niveau…plus de riche et de pauvre , plus d’ouvrier et de col bleu , plus de villageois et de citadins , simplement

des hommes qui se battaient pour leur pays , pour leur liberté ….toutes les poitrines avaient la même importance.

MOI , HUMBLE CITOYRN ,je suis de ceux qui défendent mon pays , j’ai autant d’importance que n’importe quel autre….je comprend et je

suis compris …je partage la solidarité .

NOUS SOMMES DE TOUTES LES REGIONS DE FRANCE , de Bretagne et d’Anjou , d’Aquitaine et de Provence , de la montagne et de

la plaine , des terres et du bord de mer et chacun nous parlons notre patois ….ce qui est parfois dangereux car les ordres peuvent ne pas être

convenablement compris . LE FRANCAIS NOUS RASSEMBLE ET FAIT DE NOUS REND PATRIOTES …. LA PATRIE , le pays de nos pères ,

celui qui nous a vu grandir…. nous voulons être aussi héroïques que nos pères et ne voulons pas laisser mourir nos ancêtres sans nous

battre pour eux.

PENDANT NOS PERMISSIONS , nous n’étions guère compris parce que nous ne parlions pas de là-bas …. qui pourrait comprendre

sinon seulement ceux qui ont vu ce que nous avons vu qui ont souffert comme nous avons souffert …et notre petit pays ne ressemble plus à

celui que nous avons quitté , àmoins que ce soit nous qui avons cganhé , OUI , C’EST CELA. En retrouvant notre secteur , notre section , notre

compagnie nos chefs , nous redevenons nous-même, un autre personnage que dans le civil , une personne qui veut s’affirmer , se dépasser….

se sublimer .

SANS DOUTE , JE SUIS DES ORDRES et c’est en les respectant que je m’élance à l’assaut avec tous mes camarades …. je deviens un autre

 » MOI  »  capable d’actions qui me semblaient impossibles dans ma vie d’avant. Je suis un autre homme qui veut se surpasser qui veut s’oublier

jusqu’a risquer la mort …un homme capable de choisir son destin …un homme libre de s’affirmer de vaincre la peur , la peur de perdre  MA VIE..

LA MORT , je n’y pense pas comme une fin à ces moments là , mais comme la réalisation d’un rêve autrefois impossible à atteindre …et la PEUR

n’existe plus ,

elle se fond dans l’action.

LE FEU DU COMBAT SEMBLE LIBERER LE SOLDAT , IL DEVIENT AUTRE , CAPABLE D’EXPLOITS  , D’HEROISME , DE SACRIFIER SA

VIE POUR SAUVER CELLE D’UN AUTRE , et tout cela il ne peut l’exprimet dans une lettre , il le ressent  tout au fond de lui – même …il ne peut pas

l’exprimer à haute voix , mais il le sait et en est fier.

     OUI , C’EST TOUT CELA QUI LEUR PERMETTAIT DE MONTER EN LIFNE EN CHANTANT….LA MARSEILLAISE

                  Quelques phrases de A de SAINT EXUPERT dans   » Terre des Hommes  » peuvent sans doute nous aider

dans notre réflexion :

 »  L ‘ homme se découvre lorsqu’il se mesure avec l’obstacle. »

 »  Seul l’inconnu épouvante les hommes…..mais pour quiquonque l’affronte , il n’et déjà plus inconnu.  »

 »  La grandeur de l’homme c’est de se sentir responsable  »   …. il le devient lorsqu’il lutte pour défendre sa Parrie, pour la Liberté

 »  Je me moque du mépris de la mort s’il ne tire pas racine d’une responsabilité acceptée.  »

 

 

 

 

 

 

 

30 décembre 2012

LA VIE NE VAUT RIEN , MAIS RIEN NE VAUT LA VIE .

LA VIE NE VAUT RIEN , MAIS RIEN NE VAUT LA VIE . fort_souville_period_002-300x183

mais dans quelques " heures " il feront preuve de courage dans cet univers

poilus_souvillebw-01-300x262
ils semblent tranquilles quand l’ennemi semble loin

CE TITRE EST UNE PHRASE DE MALRAUX et je trouve qu’elle convient trés bien à la situation des Poilus de la Grande guerre ,

comme à toutes les guerres d’ailleurs.

QUELQUES PHRASES DE TEXTES DE CITATIONS DE LA 3° CIE DU 7° R.I. vont nos permettre de nous questionner

sur l’importance à donner au comportement du Soldat qui semble être un autre homme que dans la vie courante.

 » …. la 3° cie du 7) R.I. s’est élancée à l’assaut de plusieurs fortins ennemis que notre artillerie lourde n’avait pu détruire … est parvenue à s’en

emparer….

 » ….a fait preuve d’un beau courage et d’une grande hardiesse en repoussant dans un combat à la grenade un ennemi ayant fait irruption dans

un ouvrage. Mortellement blessé ….  »

 »   …. s’est élancé  le pemier à la tête d’une poignée d’hommes et a repoussé l’ennemi à coup de grenades …..  »

 »  …..s’est signalé par son sang froid et son audace lors d’une attaque au ours de laquelle ila été grièvement blessé …..  »

 » …. s’est porté résolument à la contre-attaque malgré de violentes rafales de mitrailleuses …; a été grièvement blessé au cours ce cette action…. »

 » …. a fait preuve d ‘ une énergie et d’un courage au-dessus de tout éloge en se traînant à découvert jusqu’à la première ligne dans une zone battue

par les mitrailleuses palgré une blessure trés grave …  »

 » …. dans la nuit du 25 au 26 avril 1918 s’est élancé à la nage malgré de violentes rafales de mitrailleuses , pour traverser une rivière et établir la

liaison avec le régiment voisin…. par 2 fois a rempli cette délicate et périlleuse mission …  »

 » … deux de ses camarades venant d’être grièvement blessés s’est offert spontanément pour les remplacer en disanr  » puisqu’ils se sont fait démolir

à quatre pattes , j’iraoi debout …. ‘

 » … ayant au genou une blessure trés douloureuse a secouru un homme trés grièvement blessé et l’a conduit au poste de secours.Il a exigé que tous

les blessés soient soignés avant lui et a demandé à ne pas être évacue …  »

 » …. agent de liaison hors de pair a montré au cours des jurnées des 17. 18 et 19 juillet 1918 un mépris absolu de danger en transmettant les

ordres sous des rafales de mitrailleuses d’une extrême violence …. »

NOUS POURRIONS CONTINUER DES PAGES ET DES PAGES ces extraits de citations ou l’on peut lire … le mépris absolu du danger ,

la hardiesse , le courage , l’énergie , l’abnégation ,l’audace…… ET NOUS DEVONS NOUS QUESTIONNER SUR CE COMPORTEMENT DES POILUS..

ET DE LEURS OFFICIERS .

Ils savent qu’ils risquent d’être blessés  , blessés mortellement , tués à chaque minute et cependant ils vont braver la mort alors qu’ils sont fatigués ,

parfois épuisés , qu’ils ont faim et soif  …. dans la boue , sous la mitraille , l ‘ éclatement et le sifflement des obus…

QUI SONT ILS CES HOMMES QUI BRAVENT AINSI LA PEUR , L’HORREUR QUI VOIENT AUTOUR D’EUX DES CADAVRES , DES

MORCEAUX DE CADAVRES ?

OU VONT ILS CHERCHER CETTE CAPACITÉ À SE TRANCENDER ?

SERAIT-CE QU’UN HOMME ORDINAIRE … ne devient un homme courageux que s’il est confronté à une peur plus grande que la peur de mourir….

une peu  qui lui faire oublier qu’il est mortel , lui aussi ?

AUTANT DE QUESTIONS , dont on ne trouve pas de réponse dans les courriers ordinaires de ces soldats , lettres dans ils déplorent certes , la guerre

et son lot de souffrances …. mais dans lesquelles ils ne séépanchent pas sur leur comportement face au feu  , au bruit … au risque de perdre sa vie.

Ils quittent pourtant les lignes de combat , pour le repos à l’arrière avec joie , quiétude, bonheur ….en pensant à un avenir meilleur à retrouver

famille, femme , enfant …..

Et aprés ces quelques de jours de repos , voire de rare permission , ils remontent en ligne vers une nouvelle aventure , vers le danger..ils le savent ,

vers la peur qui  » noue les tripes  » ….. mais aussi vers des émotions qui inconnues leurs deviennent presque familières , vers cette peur qui les  » dédouble  » ,

vers la peur qui va leur petmettre de se surpasser….. ils oubient la soif , le froid , la boue , le bruit ….et devienent un autre homme qui n’a rien à voir

avec celui qu’ils étaient avant cette guerre , qui n’a même rien à voir avec celui qu’ils étaient il y a quelques jours , à l’arrière.

à suivre…..

 

27 décembre 2012

OUVERTURE DU  » PILAR DEL SOL NOCIENTE  » ! ! !

OUVERTURE DU

J. SULLIVAN:départ exp. chili. oct.2011

p9021926-225x300
BIVOUAC EN PAROI
p90219281-225x300
BIVOUAC EN PAROI
img_3334modif-300x200
Jérôme SULLIVAN
23
bivouac dans la voie des  » PAPAS « 
climbing_notes-4-196x300
le Erro murallon
photo-16-600-x-450-300x225
le Cerro murallon face sud-est

CEUX QUI SUIVENT CE BLOG VONT SE DEMANDER CE QUE VIENT FAIRE UNE ASCENTION DE LA FACE SUD-EST DU

CERRO MURALLON ( 2626M ) EN PATAGONIE EN CE MOIS DE DECEMBRE 2012 . Je leur demande de me faire confiance de lire

et de réfléchir quel rapport il peut y avoir avec les  » POILUS  » de 1916 …..

L’ ouverture d’une voie impressionnante de 1000mètres offrant des difficultés de 7b , A1 , WI6 et M6 par les français JEROME SULLIVAN

( un arrière arrère petit neveu de kléber DUPUY ) ,LISE BILLOPN , FRANçOIS PONCET , JÉRÉMY STAGNETTO  en compagnie de l’Espagnol

PEDRO ANGEL GALAND DIAZ…..  » L’exploit d’une Equipe qui avait été élue expe. du public il y a quelques mois  » .

Le CERRO MURALLON rerésente un défi d’engagement important. Isolé en patagonie , battu par les vents , sa face Nord avait été le théâtre

d’une ascension remarquable en 2006 , oeuvre de Robert JASPER etstéphane GLONACZ.

Jérôme SULLIVAN et Pédro angel GALAND DIAZ ont été récompensés par la Fédération Internationale de Montagne ( FEDME ) du Prix de

l’Alpinisme  Eurpoéen 2012 , pour leur parcours en hivernale de la face Ouest des DRUS par les voies des  » PAPAS » du Pilier Bonatti et de l’ouverture

de la variante  » LES GUTANS  » (7A , A 3 , 800mètres ).

La voie a été ouverte en libre , en 9 jours avec 7 bivouacs en  »  hamac de paroi  » en neposant que 15 goujons par relais.

 » Une éthique que n’auraient pas renié les argentins Luis FRONTEROUGE et Raphaël JUAREZ qui en 1976 furent les premiers à tenter la voie ,

sans la réussir  » .

Rolando GARIBOTTI , GÉRANT DU SITE PATACILB er alpiniste Arentin parle d’une voie majeure , qui a vu plusieurs tentatives échouer .

 » SI UNE LIGNE ATTENDAIT D’ETRE FRAVIE , C’EST CELLE LA « .

L’expédition a duré 32 jours , sans avoir vu personne ….. Ils savaient qu’ilq s’attaquaient , avec le CERRO MURALLON , à une isolation totale

 » extrême  » d’une montagne battue par le vent , la pluie , la neige …. ils savaient que l’approche serait trés longue , 70 km , sur un glacier . ils pensaient

pouvoir utiliser skis ou traineaux…. mais se sont rendus compte, trés vite que compte tenu de la glace   » vive  » (sans neige ) ils ne pourraient compter que

sur leurs jambes et leur dos.

L’approche a été rendue trés fatiguante , avec le froid , la neige, le vent , les sacs trés lourds rendant le déplacement trés périlleux compte tenu de

l’équilibre difficile du sol glacé beaucoup plus accidenté que la mer de glace …. , sans traces  » on ne savait pas trop ou on allait  »  …. trajet incertain ,

inconnu…..12 heures de marche par jour , épuisant … prés de 5 jours pour le premier trajet…. par la suite ils ont trové un chemin plus court .

Compte tenu de l’isolement , tout le matèriel , le nécessaire pour manger et faire chauffer devait être porté à dos d’   » homme « ….ce qui fait qu’avec les

aller et retour ils ont porté environ 300 kilos chacun !

Les deux premières semaines ont été trés dures , avec un moral accentué ( des hauts et des bas ) , mais heureusement ils n’avaient pas le moral en

baisse tous ensemble .

Arrivés au pied de la paroi ils ont du creuser grotte pour se protéger du froid car il convenait d’attendre une météo plus clémente. Mais comme

à 100 mètres du ommet ils

n’est pas possible d’attendre trop longtemps ; il leur a fallu prendre quelques risques et retourner s’abriter dans une cabane en tôle  sans electricite

sans eau sans matèriel de couchage…, ou ils avaient

laissé une  partie du matèriel….. l’un d’eux a du retourner prés de la civilisation chercher de la nourriture car il n’était pas possible de risquer en

manquer pendant l’assaut de 9 jours de la paroi de 1000mètres.

COMPTE TENU DES TENTAVISES ANTERIEURES NON REUSSIES , ILS ONT DU ECHAFAUDER UNE STRATEGIE DEVANT LEUR PERMETTRE

LA REUSSITE EN PENSANT QU’ISOLES COMME ILS ETAIENT IL NE POUVAIENT PAS ATTENDRE DE SECOURS AU CAS D’UN ACCIDENT GRAVE

DE L’UN D’EUX ET DE L’IMPOSSIBILITE DE COMMUNIQUER DEPUIS LA PAROI…..pas de secours possible avant 10 jours mimimum !!

Il convenait donc de réduire les risques au ùmaximum et de se ménager une retraite aussi rapide que possible en cas de nécessité.

LEUR CHOIX S’EST PORTE VERS UN CAMPS DE BASE A 400 mètres d’altitude du pied de la paroi. Ils étaient organisés en deux cordées

une de 2 grimpeurs , l’autre de trois et veillaient à être toujours assurés .

Une fois leur camp de base en place , ils ont continué à aménager 300 mètres de paroi. Il restait 300 mètres à grimper qu’ils ont du tenter 2 fois.

Pas toujours facile d’équiper la paroi avec le froid ….la pose d’un piton demande au moins 15 minutes et il faut garimer en chausson de montagne ,

les pieds au froid….l’un  d’entre eux se dévouaient et les aures grimpaient avec leur chaussure de montagne !

Les derniers 150 mètres ont été réalises la paroi non équipée ….30 heures de grimps , dont une nuit , sans arrêt par -15 degrés….ils ont ou froid…

et à 100 mètres du sommet cru devoir faire demi-tour à cause de la trés grande difficulté d’un passage.

ENFIN LE SOMMET ….ET LE PLAISIR D’AVOIR VAINCU ENSEMBLES , EN EQUIPE….. trente minutes afin de jouir de la vue du plaisir de

la réussite , de faire des photos et de filmer puis le retour car en patagonie on ne peut jamais prévoir le temps , la météo est toujours incertaine….

et de toute façon ils n’avaient plus grand chose à manger et depuis le pied de la montagne il leur fallait encore parcourir plus de 60 km !

ILS N’ONT PAS REELLEMENT EU PEUR …… mais ils ont été parfois indécis … les décisions toujours prises en accord de tous prés réflexion et

 avis de chacun car il n’y avait pas de chef dans l’Equipe….tous responsables….

La concentration était constante , dans l’escalade bien sûr , mais aussi dans  les aller et retour pour les portage sur le glacier ….il était indispensable

d’éviter tout accident compte tenu de l’impossibilité d’obtenir rapidement du secours.

Ils ont laissé dans la paroi environ 60 pitons et ont laissé toutes les cordes car elle étaient abimées , ils les ont brûlées.

LE RETOUR A ETE TRES DIFFICILE….  »  ils en ont chié « ….ils ont eu de la pluie , de la neige , du vent avec des rfaces à 150/160 kmh….ils

étaient fatigués et n’avaient plus que du riz blanc , sans sel à manger…. ils avaient faim …. et avaient besoin d’une énergie extraordinaire….mais

en pensant à leur réussite à leur entente l’énergie reépparaissait . ils étaient imprégnée de la rudesse de leur expédition …. sans se laver ou preque

pendant 32 jours ….ils n’avaient pas le temps de penser à   » leur corps  » ,de penser   » à soi  » …toute l’énergie vers le but final !

Ils sont arrivés à la  » civilisation » complètement déphasés ….trop de confort….trop à manger ( ils ont vomi tout leur premier vrai repas ) ….

mais ils ont pprécié la ptemière douche et tout un tas de petits gestes de chaque jour .

UNE FILLE  dans l’Equipe ,   » ils ont été sympa avec moi….presque tous les jours ….mais la charge à porter était vraiment lourde ….

QUELLE VOLONTE POUE CETTE GUIDE DE CHAMONIX !

POURQUOI FAIRE UNE TELLE CHOSE ? POURQUOI PRENDRE DE TELS RISQUES  ( même calculés « )  ?

  pour la gloire ? même pas …. POUR LE;PLAISIR D’ETRE LA – HAUT , ENSEMBLE , SEULS A FAIRE LA TRACE…..

UN GUIDE CHAMONIERS ECRIT  , CHRISTOPHE ECRIT :    » chaque grimpeur , chaque cordée réinvente l’alpinisme à sa manière , éprouve

des émotions , des sensations toutees personnelles ,et ce sont toutes ces avantures qui font l’Alpinisme « .

Il dit aussi  » je garde un immense respect pour ces jeunes qui réalisent de véritables exploits , s’entreignent à un entraînement sportif

rigoureux et quotidien…. je suis en réelle admiration « .

CETTE LUTTE CONTRE LES ELEMENTS , CE BESOIN DE SE DEPASSER SANS CESSE , CETTE PRISE DE RISQUE , CE

MEPRIS DU DANGER , CE BESOIN MEME DE FAIRE FACE A LA MORT EST-IL EN PARTIE COMPARABLE A CE  

QU ‘EPROUVAIENT NOS POILUS PENDANT LA GRANDE GUERRE  ……

EST IL ‘ normal  » de passer des nuit  suspendu en pleine paroi à plusieurs centaines mètres du sol  ?  à la merci des variations de la météo….

quelle confiance aux pitons et aux cordes !!

POUR DES PHOTOS SUR CETTE PREMIERE , allez sur le site:

http://lisebill.wix.com/horizons-verticaux          dans le bandeau , cliquez sur   » voyages  »   et dans patagonie sur  » cerro-muralon »

 

 

 

 

 

1...4748495051...58

histoirefanonfalsifiee |
franckkokria |
Le rideau d'Arlequin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marciana Brooks. ▲
| Thelifeisajoke
| Rudy Mbemba-Dya-Bô-Benazo-M...